Navigation – Plan du site
Mondes en narration

De la place de l’événement dans le récit.

Deux visions du monde, de Cuvier et Balzac à Darwin et Flaubert.
Marc Courtieu

Résumés

Depuis le XIXe siècle, deux visions du monde s’opposent. L’une, dite « essentialiste », est repérée dans le récit correspondant à « l’histoire naturelle » de Cuvier et présente chez Balzac qui place la « catastrophe »  l’événement  au centre de ses histoires, neutralisant sa portée en l’intégrant dans un fil narratif. L’autre « commence » avec Darwin, qui met au cœur de sa théorie une continuité sans rupture, et avec Flaubert qui a cherché à écrire l’impossible roman sans événements. Ces deux Weltanschauung ne cessent de se croiser et de s’opposer tout au long du XXe siècle, une évolution dont la conjonction actuelle, aux États-Unis, entre le retour du créationnisme anti-darwinien et la pratique généralisée du storytelling, est la marque la plus récente de la persistance d’une vision essentialiste du monde.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a déjà près d’un siècle, Paul Valéry faisait ce constat : « La notion d’événement, qui est fondamentale, ne semble pas avoir été reprise et repensée comme il conviendrait » (Valéry, 1982 : 16). Fondamentale ? C’est qu’il y va de visions du monde, de Weltanschauungen, où, à travers l’événement, se jouent les relations entre continuité et discontinuité. Deux modèles vont rapidement s’opposer, dont les tenants sont particulièrement visibles dans les sciences naturelles. Au paradigme catastrophiste, largement dominant, popularisé par Cuvier (son Discours sur les révolutions à la surface du globe date des années 1810), et qui voit l’histoire du monde comme trouée d’événements dramatiques qui en bouleversent le cours, s’oppose le darwinisme, emblématique de la nouvelle vision du monde, selon lequel l’histoire est évolutive, graduelle et continue (le vieil adage leibnizien, Natura non facit saltum, est remis au goût du jour). Nous voudrions montrer que ce changement d’épistémè est en fait un changement qui joue plus généralement sur la forme du récit. La question tourne autour de la place de l’événement dans tout texte qui prétend à se constituer comme récit, question dont les implications se font sentir dans de très nombreux domaines du savoir, jusqu’à nos jours. Nous allons dans un premier temps préciser les formes que revêtent ces deux paradigmes chez Cuvier et Darwin, en les reliant aux conceptions narratives de Balzac et Flaubert, avant d’esquisser un panorama de la situation au XXe siècle. On verra alors que ce deux conceptions du monde, qui sont donc aussi deux façons de raconter celui-ci, ne cessent de se croiser et de s’opposer jusqu’à nos jours.

Le modèle « essentialiste » : prédominance de l’événement

2Le débat porte sur l’existence de processus continus et graduels de changements dans la nature. À cet égard, le paradigme cuviériste a pu être dit « essentialiste » par Karl Popper : le monde est constitué d’un nombre limité d’essences, fixes, qui sont des espèces. « Toute novation alors ne peut résulter que de l’apparition d’une essence nouvelle, soit par création, soit par transformation brutale (mutation) » (Mayr, 1978 : 17). On ne « passe » d’une essence à une autre que par un saut, une « catastrophe » : les limites des espèces sont parfaitement claires et définies.

3La Weltanschauung qui sous-tend ce modèle postule une intention de la Nature, et s’attache à prouver le principe téléologique naturel. Or, loin de se cantonner à la seule sphère scientifique, ce caractère informe également, d’une manière très générale, le roman du XIXe siècle, toujours orienté vers sa fin, dans la double acception de ce mot. Un archétype s’est constitué, qu’on va voir largement perdurer : la narration doit s’organiser autour d’un événement central, on en développe les prémisses, on en mesure les conséquences, selon le principe rhétorique classique du Post hoc ergo propter hoc. Pour ne donner qu’un exemple de cette structuration du récit, empruntons-le au genre de la nouvelle, qui impose de concentrer le trait. Voici l’incipit de La Marquise d’O : « À M…, ville importante de Haute-Italie, la marquise d’O, dame d’excellente réputation, veuve et mère de plusieurs enfants fort bien élevés, fit savoir par la presse qu’elle était, sans savoir comment, dans l’attente d’un heureux événement » (Kleist, 1999 : 5). Kleist place l’événement central autour duquel tourne tout le récit dès l’ouverture, ce qui le rend particulièrement visible.

4Il faut cependant signaler que ce genre d’incipit reste exceptionnel au XIXe siècle. La plupart du temps, l’événement central ne se situe pas au début du récit, ni même à sa fin, mais en son cœur. Balzac, en particulier, n’illustre pas seulement ce type de construction dans ses romans, mais le théorise, et notamment en invoquant le modèle cuviériste, ce qui ici nous intéresse. Qu’on relise ces dithyrambes de La Peau de chagrin (Balzac, 1965 : IV, 55) : « Vous êtes-vous jamais lancé dans l’immensité de l’espace et du temps, en lisant les œuvres géologiques de Cuvier ? Emporté par son génie, avez-vous plané sur l’abîme sans bornes du passé comme soutenu par la main d’un enchanteur ? » Outre sa fameuse méthode analogique et déductive, qui « d’un fragment reconstruit toute une création » (Louis Lambert, Balzac, 1965 : IX, 67), ce que Balzac trouve chez Cuvier, « plus grand poète de notre siècle » (Balzac, 1965 : IV, 55), c’est l’impulsion inspiratrice qui dans et par le poème recrée l’univers. Mais de quel univers s’agit-il ? Car il y a des trous dans cette histoire du monde : comment expliquer l’existence de ces restes fossiles d’espèces disparues ? C’est la théorie des révolutions qui va répondre : l’univers s’avance par à-coups, à travers une succession de catastrophes qui à chaque fois détruisent l’ordre ancien pour en reconstruire un nouveau avec ses débris qui lui ressemble. Telle est l’« histoire » de la Terre selon Cuvier. Le tissu temporel, qui reste en son fond continu, est néanmoins troué de « catastrophes », qui ont fait subir au monde biologique des « révolutions », d’où les discontinuités des espèces animales et la présence des fossiles. Et, comme dans tout bon récit, cette histoire débouche sur un état final : c’est l’homme qui sort en définitive vainqueur des catastrophes qui ont bouleversé le monde.

  • 1 Cf. Ricœur, 1980 (les citations de ce paragraphe sont issues des pages 20-21). Pour Ricœur, il ne s (...)

5Il y a donc une double dimension dans le récit dix-neuviémiste – ce que Paul Ricœur a explicité1. L’une est « épisodique. Elle s’exprime dans l’art de suivre une histoire, par l’attente de contingences affectant le développement de l’histoire ; c’est cet aspect épisodique du récit qui suscite des questions telles que : et alors ? et puis ? qu’est-il arrivé ensuite ? quelle a été l’issue ? etc. ». C’est la dimension de l’événement. L’autre est « configurationnelle » : « l’activité de raconter ne consiste pas simplement à ajouter des épisodes les uns aux autres. Elle construit aussi des totalités signifiantes à partir d’événements dispersés. […] L’art de raconter par conséquent […] requiert que nous soyons capable de dégager une configuration d’une succession ». Tout récit dès lors « peut être conçu comme la compétition entre ses deux dimensions ». Cette discontinuité de la vie, ces ruptures dans le champ continu du temporel que sont les événements, voilà justement ce qui constitue l’historicité – à condition, toujours, de la coupler à la dimension configurationnelle qui, d’une discontinuité événementielle, fait un récit continu.

  • 2 Ce que nombre de commentateurs de Balzac n’ont pas manqué de relever. Ainsi Macherey : « La même st (...)

6Ne trouve-t-on pas là une bonne description du réalisme balzacien ? Selon l’auteur de La Comédie humaine, en effet, Cuvier est poète parce que son récit se fonde sur ces catastrophes qui viennent briser le fil du temps linéaire et ordonné du monde (c’est là le côté « épisodique »), et parce qu’à partir de ces catastrophes, il construit ce que Ricœur appelle encore une « totalité signifiante ». En somme, Cuvier raconte plus qu’il ne démontre – tout comme Balzac, qui place au centre de ses récits un ou quelques événements qui bouleversent les positions sociales des uns et des autres, entre grandeur et déclin de Birotteau, splendeur et misère des courtisanes, illusions et leur perte2.

7Au départ donc, l’événement apparaît comme un moyen de confirmer la bonne marche du monde, d’abord détournée par le surgissement de l’inattendu, puis retrouvant sa voie, qui reprend alors, plus royale encore. La rupture provoquée par l’imprévisible événement finit par s’effacer dans la continuité et la cohérence du monde. Telle est « l’essence » du paradigme essentialiste qu’a remise en cause l’affirmation darwinienne d’une continuité beaucoup plus profonde des êtres qui peuplent le monde.

Le modèle darwinien dans le roman

  • 3 Notre but n’est pas de faire l’histoire de la pensée biologique, et l’on sait bien que l’auteur de (...)

8En effet, dès lors que l’évolution devient graduelle et continue, il devient impossible de regrouper les individus en catégories homogènes. Et Darwin et ses successeurs3 n’auront de cesse de trouver des intermédiaires, des « chaînons manquants », d’établir des classifications qui sont aussi des généalogies, des différences qui rendent caduques les regroupements systématiques et immuables – jusqu’à l’homme : « Si considérable qu’elle soit, la différence entre l’esprit de l’homme et celui des animaux les plus élevés n’est certainement qu’une différence de degré et non d’espèce » (Darwin, 1881 : 136). Avec Darwin, l’histoire naturelle, qui était très peu historique et consistait surtout en une description de la nature et des espèces, passe dans le registre du temps. C’est la quête d’une intentionnalité naturelle sur le fond d’une intervention surnaturelle que la théorie darwinienne refuse. Elle ne cherche plus un principe de progrès mais un principe d’évolution : c’est la sélection naturelle – sans finalité –, et, en son fondement, aléatoire. Il ne saurait donc exister de modèle pré-ordonné de progrès, ni d’échelle des êtres. Un paradigme continuiste, non hiérarchisant, s’installe, loin d’être limité lui aussi à la sphère scientifique.

9De fait, les écrivains qui, à la suite de Flaubert, ont contesté les codes de la fiction antérieure, le font avec l’ambition de parvenir à dire la continuité du monde. La nouvelle Weltanschauung a donc, elle aussi, son versant narratif. Bien qu’encore contraint par les normes du récit réaliste balzacien, et donc se sentant obligé de maintenir une part événementielle dans ses romans, Flaubert n’en a pas moins cherché à inventer un roman où cette part fût la plus réduite possible, jusqu’à l’extrême de Bouvard et Pécuchet. Tout comme Darwin inaugure une « histoire naturelle » sans rupture, Flaubert ouvre la question de la possibilité d’un roman du continu, d’une sorte de roman « évolutionniste », où soit l’on cherche à montrer que le continu de la vie peut relever aussi d’un récit, soit, en sens contraire, on se concentre sur l’événement, en sa pureté détachée de tout ce qui serait censé l’engendrer et en résulter.

10On retrouve chez l’auteur de Madame Bovary, et à sa suite chez presque tous les naturalistes, de Zola et Maupassant à Theodor Fontane, et même au Thomas Mann des Buddenbrook, le même type de tension que chez Darwin, cette fois entre les nouvelles voies narratives qu’on veut explorer, et la tradition romanesque qui entend conserver toute sa place à l’événementiel dans le récit. Le refus de cette tradition va finalement conduire à des romans qu’on pourrait qualifier de continus : L’Homme sans qualités, Ulysse, Les Vagues, La Mort de Virgile, La Recherche du temps perdu…

11Tout est en place dès Bouvard et Pécuchet. Impossible de répondre de manière définitive à des questions de ce genre : Que s’y passe-t-il ? Où trouver les événements ? Quelle est leur place dans la structure du récit ? On peut presque parler ici de « darwinisme ». « De ce qu’un phénomène succède à un phénomène, on conclut qu’il en dérive. Prouvez-le » (Flaubert, 1979 : 301). Cette réflexion de Bouvard qui « doutait des causes », s’applique à tout le roman. Et si la récurrence de l’échec des expériences des deux héros constitue le moteur de l’avancée du roman, c’est bien le rôle combinatoire du hasard qui est mis en avant, et qui, à chaque fois, relance la fiction vers une nouvelle expérience, vouée à l’échec – ce même hasard qui a sa part, sous une forme probabiliste, dans l’évolution darwinienne. Voilà peut-être pourquoi Darwin et Flaubert se sont trouvés confrontés aux mêmes difficultés au même moment : celles de dépasser, de contredire certaines conventions pour parvenir à faire malgré tout le récit d’un « procès ouvert d’essais et d’erreurs » (Bowler, 1994 : 27), l’un du côté d’une théorie scientifique, l’autre d’une fiction romanesque.

12Walter Benjamin a parfaitement repéré le changement de paradigme, sur son versant narratif. On connaît son fameux constat : « L’art de raconter est en voie de se perdre ». Et ce qu’on a appelé la crise de la narration ne saurait se comprendre sans l’associer aux mutations qui affectent la perception de la place de l’événement dans la vie humaine. Au centre de ce mouvement est cette dialectique complexe de continu et de discontinu dont nous avons souligné les traits. Si, comme le dit Ricœur à la suite de Benjamin, « il n’y a plus d’expérience à partager » (Ricœur, 1984 : 57), c’est parce que celle-ci « s’inscrit dans une temporalité commune à plusieurs générations. Elle suppose donc une tradition partagée et reprise dans la continuité d’une parole transmise de père en fils ». Or, cette continuité, propre aux sociétés traditionnelles, « artisanales », disparaît dans le temps fragmenté du travail dans le capitalisme. Benjamin relie ce déclin à l’expansion de la forme romanesque, correspondant elle-même à la naissance de l’individu solitaire :

« Le narrateur emprunte la matière de sa narration, soit à son expérience propre, soit à celle qui lui a été transmise. Et ce qu’il narre devient expérience pour qui l’écoute. Le romancier se tient à l’écart. Le lieu de naissance du roman est l’individu solitaire, qui ne peut plus traduire sous forme exemplaire ce qui est en lui le plus essentiel… Écrire un roman, c’est mettre en relief, dans une vie, tout ce qui est sans commune mesure » (Benjamin, 1971 : 144).

13Le mouvement qui conduit à cette lente régression de la faculté de raconter est donc double : d’abord, l’individu devient de plus en plus solitaire, les événements qui jalonnent sa vie sont « sans commune mesure », toujours exceptionnels, et donc de plus en plus incompréhensibles, n’ayant plus valeur d’exemples pour autrui. Ensuite, et symétriquement, l’avènement de cette « existence normalisée et dénaturée des masses soumises à la civilisation » (Benjamin, 1982 : 151) tend à faire disparaître ce qui a jusqu’alors fait le fond de l’expérience commune, tous ces menus événements qui jalonnaient la vie quotidienne des petites communautés, comme autant d’expériences transmises de générations en générations. Et c’est ainsi qu’à la fois de plus en plus isolé et de plus en plus noyé dans la masse, l’homme perdrait ses capacités narratives. À une continuité verticale, trans-générationnelle, s’est substituée une continuité horizontale, celle de la « masse », où l’événement n’advient plus que sous la forme d’un « choc ». À charge pour le roman de rendre compte de cette incommensurabilité événementielle.

Persistance et contestation du modèle essentialiste

14Mais cela ne va pas sans résistance. Avant d’évoquer les effets de cette remise en cause et de la nouvelle vision du monde qui l’accompagne, et les œuvres, solitaires justement, qui en découlent, il convient de souligner combien le modèle essentialiste est resté très largement dominant – en tout cas dans la production fictionnelle sous toutes ses formes. De fait, la conception « traditionnelle», qui voit dans l’événement le cœur de l’expérience humaine, s’est perpétuée, fournissant à l’homme une foi intacte en ses moyens d’intervention sur la marche du monde.

15Nous ne prendrons que deux exemples de ces persistances, dans le roman policier et le roman d’aventures, genres qui ont connu un développement exponentiel au XXe siècle. Georg Simmel a, dès ses débuts, marqué les caractéristiques de l’aventure, dont le temps propre impose sa loi à la vie – et au récit chargé d’en rendre compte – : « Le fait qu’un événement isolé et dû au hasard puisse impliquer un sens et une nécessité détermine la notion d’aventure » (Simmel, 2002 : 84). C’est bien ainsi que fonctionne la grande majorité des récits, jusqu’aux plus contemporains, et qu’est formalisée (pour ne pas dire formatée) une grande part de la production cinématographique. On identifie l’événement à l’aventure, faisant de lui le pivot autour duquel se construit la fiction, on le démultiplie, et le roman n’est plus guère constitué que d’événements, au pluriel. Et c’est encore cette même nostalgie du récit linéaire qui a conduit certains écrivains, surtout américains, à partir à la quête d’un sens à donner à cette multiplicité d’événements, marque de l’« entropie » galopante du monde. On pourrait montrer que le roman américain même le plus novateur du point de vue de la forme (Thomas Pynchon, Don DeLillo, Robert Coover) n’est pas sans lien avec cette Weltanschauung. Répétant, d’une certaine façon, la marche vers l’Ouest des pionniers, ces écrivains n’abandonnent pas l’espoir d’inventer un Nouveau Monde où la multiplicité des événements qui adviennent à leurs héros pourrait enfin être compris, dans tous les sens.

16C’est plutôt en Europe, nous semble-t-il, que certains romanciers se sont élevés contre cette « loi de la narration classique ! De cet ordre simple qui permet de dire : “Quand cela se fut passé, ceci se produisit !” C’est la succession pure et simple, la reproduction de la diversité oppressante de la vie sous une forme unidimensionnelle, comme dirait un mathématicien, qui nous rassure ; l’alignement de tout ce qui s’est passé dans l’espace et le temps le long d’un fil, ce fameux “fil du récit” justement, avec lequel finit par se confondre le fil de la vie » (Musil, 1979, I : 775). Dans la vision du monde « darwino-flaubertienne », il n’y a pas de rupture, les événements ne sont que des reconstructions faites a posteriori par les hommes, et l’expérience humaine devient de plus en plus incertaine, de plus en plus difficilement communicable, la place de l’homme dans le monde devient de plus en plus fragile. Comment rendre compte de ce nouvel état des choses ? Certes, il continue à nous advenir des « événements ». Mais les insérer dans un récit narratif supposé rendre compte de leurs causes et de leurs conséquences n’a plus de sens.

  • 4 Même si Ulysse les tourne quelque peu en dérision, le grand roman de Joyce reste construit autour d (...)

17Certains sont alors partis en quête de l’instant intérieur, ce « point » temporel. Il s’agit de saisir l’événement de façon beaucoup plus originaire, dans l’instant de son surgissement sans cause. Voie cardinale, où l’on placerait les épiphanies de James Joyce4, les moments of being de Virginia Woolf. Ces instants sont ceux « où l’on échappe à la vie inessentielle », où « toutes choses inaugurent de nouvelles relations mutuelles », qui n’ont plus rien à voir avec une quelconque causalité, écrit Robert Musil (1979, II : 113). Hermann Broch les appelle ces instants d’éternel présent des « instants d’Unicité » : « l’immuable condition des dieux et des hommes », c’est que « chaque point de leur route devienne un instant d’Unicité, unissant tout le passé et tout l’avenir dans un présent unique et éternel » (Broch, 1980 : 186). Éternel ? Proust leur donne une durée immense : entre le « Longtemps » initial et le « dans le Temps » qui clôt La Recherche, trois mille pages disent l’attente, le suspens. Chez Proust, l’instant est durable, les événements ne sont jamais là où on les pense : « Il semble que les événements soient plus vastes que le moment où ils ont lieu et ne peuvent y tenir tout entiers. Certes, ils débordent sur l’avenir par la mémoire que nous en gardons, mais ils demandent une place aussi au temps qui les précède » (Proust, 1969, III : 401).

18Une autre voie, plus radicale encore, a été tracée par ces écrivains de « l’ère du soupçon », qui, dans le même mouvement, proclamant la mort du récit, redonnent à l’événement toute sa force irruptive : Nouveau Roman en France, Arno Schmidt ou Heinrich Böll en Allemagne. Ces écrivains sont des « contemplateurs », de ceux qui, « dans les événements épars, lisent la forme » (Strauss, 2001 : 186). Ici, l’événement n’est plus seulement ce qui advient, et que le romancier ou l’historien tâchent de « réduire » en l’intégrant dans une « causalité événementielle », il est ce qui se crée dans et par l’écriture. Que se passe-t-il dans leurs romans ? Et quelle vision donne-t-il ? Celle d’un monde dont Darwin a certes montré la continuité sans partage, mais aussi, réduisant l’homme à l’état d’animal parmi les autres, privé de sens.

  • 5 « Lampions de couleur dans l’obscurité, bateaux illuminés, chants sur la rive du fleuve […]. Glace (...)

19L’œuvre de Böll, par exemple, dit la facticité de cette Allemagne d’après-guerre, qui, fuyant un passé impossible à assumer, vit dans un monde irréel et plein de compromissions. Böll use d’un style détaché, fait de phrases nominales5 qui disent les événements, les choses, les objets dans leur existence brute et dénuée de toute relation entre eux, les réduisant à leur état de faits nus et sans cette vie dont Musil réclamait que l’on supprime le « fil », illusoire. Ce même fil, Schmidt le coupe plus radicalement encore dans ses romans, qui sont une succession d’instants, d’éclairs fulgurants, de « scènes » détachées les unes des autres – y compris dans leur écriture, sans cesse changeante (Scènes de la vie d’un faune). On peut encore évoquer Nathalie Sarraute, qui cherche à atteindre ce point nodal où sensation et langage naissent simultanément et consubstantiellement l’un de l’autre. Tout l’effort de l’écrivain consiste à poursuivre « la sensation pure, […] qui fait éclater la phrase traditionnelle et donne aux mots un sens neuf, ou encore les déforme et les invente » (Sarraute, 1986 : 72-73), à se placer là où le langage se produit comme événement, moment « originaire » où sens propre et sens figuré, encore confondus, sont simultanément déjà en train de se séparer, à s’approcher au plus près de cette origine continuée.

20Ainsi l’événement, qui était intramondain, le discours étant alors simplement chargé, de façon seconde, d’en rendre compte, trouve de plus en plus sa place dans le texte lui-même. On creuse à l’intérieur même du langage, en quête de ces instants où celui-ci naît. Récit de l’événement encore ? Sans doute, mais cette fois de celui que le langage crée lui-même en venant au jour. Le discours n’est plus de l’ordre de l’après, il est ce « lieu » et ce « temps » de l’événement de la co-naissance simultanée du moi, du monde et du discours romanesque qui les dit et en même temps les crée.

  • 6 Voir notamment le livre de Christian Salmon (Salmon, 2009).

21Il y a là deux voies majeures qui perdurent, et continuent à s’affronter. Doit-on choisir ? Toutes deux ont engendré des chefs-d’œuvre, ont fourni des éléments de saisie du monde. Toutefois, ces dernières années, des attaques en règle ont été menées contre la vision du monde que nous avons appelée « darwino-flaubertienne ». Sans cesse, de nouveaux appels sont lancés à un retour à la « narration » : il faudrait en finir avec les « sécheresses » du Nouveau Roman, les « incohérences» de Schmidt, le minimalisme de Sarraute. Ce « retour », qui prend de plus en plus souvent le nom de storytelling6, demande qu’on se remette, et pas seulement en littérature, à nous « raconter des histoires », facilement réductibles à des scénarios, des « pitchs ». Simultanément, et à la suite d’un certain fondamentalisme à l’américaine, la remise en cause du darwinisme, présenté, au mieux comme une théorie, au pire comme une idéologie, tend à se répandre. On pourrait dès lors se demander si cette conjonction, qui ne doit rien au hasard, ne marquerait pas un retour vers une façon d’envisager le monde, et surtout de le raconter, qu’on pourrait presque qualifier de « cuviériste » – comme si Darwin et Flaubert n’avaient pas existé.

Haut de page

Bibliographie

Balzac, Honoré de [1829-1856] (1965) : La Comédie humaine. 24 vol., Lausanne (Rencontre et Cercle du Bibliophile).

Bardèche, Maurice (1967) : Balzac romancier, Genève (Slatkine).

Benjamin, Walter (1971) : « Le narrateur », in Poésie et révolution, trad. Gandillac, Paris (Denoël LN), p. 139-170.

Benjamin, Walter (1982) : « Sur quelques thèmes baudelairiens », in Charles Baudelaire, un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, trad. Lacoste, Paris (Payot), p. 147-208.

Böll, Heinrich [1955] (1972) : Les Enfants des morts, trad. Gidon. Paris (Livre de Poche).

Bowler, Peter, Darwin (1994), trad. Becquemont et Grembert, Paris (Flammarion).

Broch, Hermann [1945] (1980) : La Mort de Virgile, trad. Kohn, Paris (Gallimard).

Darwin, Charles [1871] (1888) : La Descendance de l’homme et la sélection sexuelle, trad. Barbier, Paris (Reinwald).

Flaubert, Gustave [1881] (1979), Bouvard et Pécuchet, Paris (Gallimard).

Kleist, Heinrich von [1810] (1999), La Marquise d’O, trad. Miermont, Paris (Mille et une Nuits).

Macherey, Pierre (1980) : Pour une théorie de la production littéraire, Paris (Maspero).

Mayr (Ernst) (1978) : « L’évolution », Pour la science, p. 15-24.

Musil, Robert [1930-1933] (1979) : L’Homme sans qualités, 2 vol., trad. Jaccottet, Paris (Seuil).

Proust, Marcel [1913-1927] (1969) : La Recherche du temps perdu, 3 vol., Paris (Gallimard).

Ricœur, Paul (1980) : « L’histoire comme récit », in : Tiffaneau, Dominique, dir. : La Narrativité, Paris (CNRS éd.).

Ricœur, Paul (1984) : Temps et récit, II, Paris (Seuil).

Salmon, Christian (2009) : Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris (La Découverte).

Sarraute, Nathalie (1986) : Flaubert le précurseur, Paris (Gallimard).

Schmidt, Arno [1953] (1976) : Scènes de la vie d’un faune, trad. Hémery, Paris (10-18).

Simmel, Georg (2002) : La Philosophie de l’aventure, trad. Guillain, Paris (L’Arche).

Strauss, Botho [1997] (2001) : Les Erreurs du copiste, trad. Kowalski, Paris (Gallimard).

Valéry, Paul [1931] (1982) : Regards sur le monde actuel, Paris (Gallimard).

Haut de page

Notes

1 Cf. Ricœur, 1980 (les citations de ce paragraphe sont issues des pages 20-21). Pour Ricœur, il ne s’agit pas là d’une forme précisément datée du roman, mais d’une essence du récit. Dès lors, pour lui, certains romans du XXe siècle ne sont pas des récits, et il donne l’exemple de l’Ulysse de Joyce.

2 Ce que nombre de commentateurs de Balzac n’ont pas manqué de relever. Ainsi Macherey : « La même structure toujours donne forme au roman : de très longs éléments de description, traités par eux-mêmes, sont brutalement coupés par un événement inattendu » (1980 : 320) ; ou Bardèche : « La masse du roman doit peser sur une scène capitale, en vertu d’une sorte de loi presque mécanique de la narration » (1967 : 605).

3 Notre but n’est pas de faire l’histoire de la pensée biologique, et l’on sait bien que l’auteur de L’Origine des espèces n’est pas le premier évolutionniste. Il n’en demeure pas moins que la théorie de l’évolution reste indissolublement attachée à son nom.

4 Même si Ulysse les tourne quelque peu en dérision, le grand roman de Joyce reste construit autour d'instants où se télescopent des séries d'événements plus ou moins intimes.

5 « Lampions de couleur dans l’obscurité, bateaux illuminés, chants sur la rive du fleuve […]. Glace froide, glaciale, dans des coupes d’argent à pied élancé » (Böll, 1972 : 317).

6 Voir notamment le livre de Christian Salmon (Salmon, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Courtieu, « De la place de l’événement dans le récit. », Trajectoires [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 22 septembre 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/326

Haut de page

Auteur

Marc Courtieu

Docteur en lettres modernes, université de Lyon II, mcourtie@edres74.net

Haut de page