Navigation – Plan du site
SynThèses

Georg Büchner, vie et œuvre, sur la scène lyrique en RDA (1949-1990). Les opéras Leonce und Lena de Kurt Schwaen, Paul Dessau et Thomas Hertel, Büchner et die Gebeine Dantons de Friedrich Schenker

Thèse de doctorat en études germaniques préparée sous la direction de Bernard Banoun, Université François Rabelais, Tours, soutenue le 4 décembre 2008.
Laetitia Devos

Texte intégral

1Les opéras créés d’après la vie et l’œuvre de Georg Büchner furent au nombre de cinq en RDA : Leonce und Lena de Kurt Schwaen (1961), Paul Dessau (1979) et Thomas Hertel (1981), Büchner de Friedrich Schenker (1981-87) et Die Gebeine Dantons (1989) du même compositeur.

2La réception de Büchner en RDA, et plus particulièrement à l’opéra, est un prisme dans lequel se reflète la complexité de la vie culturelle et des idées esthétiques communistes. Alors que Georg Büchner (1813-1837) avait été l’un des auteurs dramatiques les plus joués sous la République de Weimar et une référence majeure pour de nombreux intellectuels communistes (Anna Seghers, Georg Lukács, Hans Mayer), son nom fut presque totalement absent des programmes théâtraux est-allemands jusqu’à la fin des années 1960. Le drame La Mort de Dantonnotamment, qui prenait une distance critique à l’égard des révolutionnaires français, posait problème dans un pays qui misait sur l’art pour faire l’éducation idéologique du peuple. A l’opéra, le nom de Büchner était indissociable de celui d’Alban Berg depuis l’opéra Wozzeck (1925). Cette fois, c’était la grande modernité musicale de l’œuvre, dont les « dissonances » allaient à l’encontre des « lendemains qui chantent », qui paraissait suspecte aux autorités est-allemandes.

3Büchner était un auteur controversé en RDA, tant au théâtre qu’à l’opéra. Il rappelait l’expressionnisme et soulevait des questions déplaisantes : l’interrogation critique à l’égard de l’idéalisme, la capacité de l’homme à influer sur l’Histoire, et l’aveu de l’échec de la Révolution française. Il prenait le contre-pied des normes esthétiques théâtrales, des modèles préexistants, à commencer par celui de Schiller, qui lui, figurait au premier rang du canon est-allemand. Les pièces de Büchner étaient ouvertes, inachevées pour certaines, fragmentées, en un mot, anti-canoniques. Aussi leur mise en musique par trois compositeurs est-allemands dans les années 1980 (Paul Dessau, Thomas Hertel et Friedrich Schenker) témoigne-t-elle d’une évolution esthétique de l’opéra d’autant plus nette si l’on se réfère à l’esthétique dominante des deux premières décennies, illustrée par l’opéra Léonce et Léna de Kurt Schwaen (1961).

4Comment expliquer le besoin soudain de plusieurs compositeurs et librettistes de recourir à Büchner pour leurs opéras ? Quelles intentions y avait-il derrière ces réécritures ? Quel nouvel éclairage, sans doute en accord avec leur temps, ces opéras jetaient-ils sur l’héritage büchnérien ?

5L’enjeu de l’analyse des opéras d’après Büchner est double : l’histoire de leurs créations témoigne des processus politico-culturels complexes enclenchés lorsqu’on voulait créer une œuvre qui sortait de la norme. Par ailleurs, les opéras d’après Büchner sont révélateurs de tendances esthétiques à cinq moments de l’histoire de la RDA (1961, 1979, 1981, 1987 et 1989). Les questions esthétiques sont le « fil rouge » de notre cheminement. Pour pouvoir cerner la nouveauté ou la continuité dans laquelle s’inscrivaient les opéras d’après Büchner, nous replaçons ces derniers dans le double contexte de la réception de Büchner et de l’histoire de l’opéra en RDA, en explorant de nombreux documents d’archives inédits et en faisant appel aux témoignages des compositeurs et librettistes de notre corpus.

6Dans la première partie, nous retraçons la mise en place de dogmes esthétiques en RDA dans les années 1950-60, dogmes qui tranchaient radicalement avec le débat qui s’était tenu au sein du mouvement communiste pendant la guerre (« débat sur l’expressionnisme »). La dérive des discussions esthétiques en condamnations dogmatiques est montrée à l’exemple des premiers scandales de l’opéra est-allemand (La Condamnation de Lukullus de Dessau et Brecht en 1951, Johann Faustus de Hanns Eisler en 1952), ainsi qu’à l’exemple de la question délicate de la place à accorder à Georg Büchner dans l’histoire littéraire.

7Les deux parties suivantes sont consacrées à l’analyse des opéras d’après Büchner et en détaillent les conditions de composition, de production et la réception. Une partie se penche sur l’opéra Léonce et Léna (1961)de Kurt Schwaen : le compositeur répond aux préceptes officiels en s’inspirant musicalement de « l’héritage classique et humaniste » et en faisant de l’un des personnages (Valério) l’incarnation des « forces progressistes » de l’Histoire. A contrario, les autres opéras d’après la vie et l’œuvre de Büchner en RDA ont une esthétique avant-gardiste. Tous composés dans la dernière décennie de la RDA, ils sont l’objet de la troisième partie. Il s’agit de Léonce et Léna de Paul Dessau (1979), Léonce et Léna de Thomas Hertel (1981), Büchner de Friedrich Schenker (1981-87) et Die Gebeine Dantons (1989) du même compositeur. Chaque œuvre est analysée dans sa singularité. Cependant, des traits esthétiques communs ressortent : l’esthétique de la fragmentation et du collage notamment. Il s’agit certes d’un phénomène postmoderne qui est loin de se confiner à la RDA. Toutefois, dans ce pays, cette esthétique prenait une signification bien particulière : l’utopisme prôné par les autorités est en effet déconstruit pour laisser place à une utopie entendue au sens philosophique du terme et qui renoue avec les réflexions esthétiques d’Ernst Bloch, dont la philosophie avait été bafouée par les autorités est-allemandes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Devos, « Georg Büchner, vie et œuvre, sur la scène lyrique en RDA (1949-1990). Les opéras Leonce und Lena de Kurt Schwaen, Paul Dessau et Thomas Hertel, Büchner et die Gebeine Dantons de Friedrich Schenker », Trajectoires [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/357

Haut de page

Auteur

Laetitia Devos

Laetitia_devos@hotmail.com

Haut de page