Navigation – Plan du site
SynThèses

Trajectoires de jeunes altermondialistes. Une étude comparée de  l’engagement de jeunes altermondialistes en France et en Allemagne.

Thèse de doctorat en science politique préparée sous la direction de Patrick Hassenteufel, Université Rennes I, et Dieter Rucht, Freie Universität Berlin, soutenue le 8 septembre 2008
Ariane Jossin

Texte intégral

1L’émergence du mouvement altermondialiste en Europe dans les années deux mille a permis d’observer l’engagement de jeunes militants en recherche d’un militantisme « différent ». On pouvait alors penser que ces jeunes resteraient engagés dans le mouvement altermondialiste, qu’ils seraient conquis par ce mouvement émergent, que les méthodes de fonctionnement au sein des groupes seraient différentes de celles des partis politiques et des organisations traditionnelles, et enfin que les moyens d’action altermondialistes seraient novateurs. Le choix d’une approche comparative France/Allemagne permettait en outre de mesurer la portée de la dimension transnationale de l’engagement altermondialiste, mais aussi la spécificité des mouvements altermondialistes des deux pays du point de vue des origines, de la temporalité, des acteurs et des méthodes.

2À l’issue de plusieurs années d’enquêtes, ces hypothèses de départ ne se sont pas vérifiées. Les jeunes militants se sont distanciés du mouvement altermondialiste, leurs organisations ont connu les mêmes difficultés que celles qu’ont rencontrées les organisations d’autres courants militants – autodissolution de plusieurs groupes affinitaires et tendances oligarchiques au sein d’ATTAC-France –, et leurs moyens d’action se sont avérés peu originaux. Seul le concept des « contre-sommets » et des « forums sociaux » semble constituer un apport spécifique à ce courant.

3L’étude diachronique des trajectoires individuelles de jeunes militants menée sur trois ans a montré que la faiblesse de l’ancrage du mouvement altermondialiste à l’échelon local, l’abstraction des revendications altermondialistes, la multiplicité des acteurs, ainsi que d’autres spécificités qui paraissaient attractives de prime abord, sont désormais perçues avec un regard moins enthousiaste. La diversité politique est suspectée de ralentir le travail militant, la multitude des thèmes disperserait les forces, les forums sociaux seraient trop académiques, les contre-sommets trop éloignés géographiquement. En France, le verrouillage de l’organisation ATTAC par les générations militantes des années soixante-dix et la professionnalisation de l’organisation, son caractère de plus en plus hybride (entre mouvement social et mouvement politique) a ajouté à la déception des militants qui étaient, pour la plupart, à la recherche d’un engagement à la marge des organisations traditionnelles. À cela est venue se greffer une actualité politique nationale, depuis 2003, qui a recentré l’activité des militants sur leur territoire français ou allemand.

4Cette déception perceptible dans la deuxième vague d’entretiens entraîne l’arrêt de la fréquentation des événements altermondialistes par la quasi-totalité des militants. Toutefois, au-delà de cette remise en cause de l’idéalisme des premiers temps de l’engagement, la plupart des jeunes militants interrogés continuent à se qualifier avant tout d’altermondialistes. Ceci parce qu’ils essaient systématiquement de lier leurs engagements locaux à des problématiques internationales, mais surtout parce que l’émergence de ce mouvement a accompagné leur socialisation politique.

5L’observation de trajectoires militantes en France et en Allemagne a montré que les mécanismes de défection altermondialiste semblent répondre à une dynamique identique : une déception face aux caractéristiques du mouvement et parfois à son institutionnalisation grandissante, un désir de prolongation de leur engagement dans un cadre partisan ou, au contraire, de retour vers des revendications concrètes ; ceci, en interaction avec les fluctuations de leur vie privée (activité estudiantine ou professionnelle, vie amoureuse et familiale). En somme, trois types de causalités jouent dans le processus de désaffiliation, en France comme en Allemagne : les raisons liées aux trajectoires biographiques des individus, celles tributaires des caractéristiques ou de l’évolution du mouvement altermondialiste, et enfin celles dépendant du changement des opportunités politiques et militantes nationales.

6Ainsi, si le contexte national joue un rôle déterminant au niveau des pratiques et de la prévalence de certaines orientations idéologiques, il semble que les processus d’engagement et de désengagement ne soient pas réellement déterminés par l’origine des jeunes militants.

7La comparaison a également permis de mettre en évidence le peu de relations qui existe entre les mouvements altermondialistes des différents pays européens. La dimension transnationale du mouvement se manifeste essentiellement au niveau des cibles de l’altermondialisation que sont les instances supranationales mises en cause. Elle est également présente au niveau cognitif chez les militants qui se réfèrent volontiers à des personnalités étrangères pour définir leur engagement. La transnationalité est en revanche peu perceptible au niveau des liens et réseaux tissés entre militants, que ce soit lors des contre-sommets – qui rassemblent certes des militants d’origines différentes, mais lors desquels les affinités nationales continuent à prévaloir –, ou dans les périodes intercalées entre ces rassemblements où l’actualité locale ou nationale et les réseaux militants nationaux prennent le dessus.

8Plus généralement, ces observations rejoignent celles de divers travaux sur les dynamiques de transnationalisation ou d’européanisation qui ont montré que la circulation des idées fonctionne au niveau supranational, que les références culturelles traversent les frontières, que les agendas militants se synchronisent, mais que les réseaux et les trajectoires individuelles restent dépendants des champs nationaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariane Jossin, « Trajectoires de jeunes altermondialistes. Une étude comparée de  l’engagement de jeunes altermondialistes en France et en Allemagne. », Trajectoires [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/361

Haut de page