Navigation – Plan du site
Postkolonial

Où sont les paysages rwandais ? Paysagenèse : un regard postcolonial

Philippe Kersting

Résumés

Cet article propose d’appliquer le potentiel critique et déconstructiviste du concept de l’ethnogenèse au concept de la Landschaftsgenese (paysagenèse), lequel est issu d’une géographie physique objectiviste et rationaliste. Une approche postcoloniale montre que les paysages rwandais, qu’ils soient précoloniaux, coloniaux ou postcoloniaux, sont toujours l’enjeu de processus de colonisation réelles et imaginaires.

Haut de page

Texte intégral

« […] what is feared most in the West is not the emergence of the discourses of Foucault, Marx, Freud or Nietzsche, which are always already appropriated; what is feared is the emergence of (an)Other discourse, on that excludes the Western ratio. » (Diawara 1990: 87)

1Mes réflexions autour des paysages rwandais, telles que je veux les présenter ici, sont un produit dérivé, et inespéré, d’une thèse de géographie physique sur l’évolution des paysages au Rwanda. Cette thèse est non seulement le fruit d’une interrogation naturaliste mais aussi d’une biographie, d’un ancrage contingent mais bien réel dans le monde. Le » je » qui écrit ces lignes est blanc, masculin et franco-allemand. Cela me semble évident aujourd’hui, mais ne l’était pas au début de ma thèse. Ce n’est que lors de ma confrontation avec l’«  Autre » au cours de mes séjours au Rwanda que j’ai découvert ce « je » caché derrière la prétendue objectivité naturaliste. J’ai pris conscience que chacune de mes descriptions et interprétations des paysages « rwandais » reproduisait inconsciemment une quantité de normes invisibles. J’ai compris que derrière l’« Autre » se cache le « je ». Ce fut ma rencontre avec l’un des principes fondamentaux des théories postcoloniales, la dialectique du colonialisme: « As many postcolonial scholars have shown, colonialism was implicated in the mutual constitution of identities of the colonized and the colonizer, the African and the European, whiteness and blackness. » (Zeleza, 2006 : 22). Un moment clef de ce cheminement a été la confrontation avec le concept de l’ethnogenèse et son effrayante réalité au Rwanda. Ce fut aussi une confrontation avec moi-même, car j’ai découvert à quel point l’Europe était impliquée dans la construction des identités ethniques rwandaises. Et j’ai compris à quel point ma propre identité de chercheur était liée à cet Autre rwandais. Mais si les ethnies rwandaises et leurs histoires sont fortement ancrées dans un imaginaire européen – et ce de façon particulièrement performative, comme l’a tristement démontré le génocide de 1994 – alors qu’en est-il des paysages rwandais ?

2Je veux montrer qu’une étude des paysages rwandais et de leurs histoires, aussi naturaliste soit-elle, gagne beaucoup à être conçue dans une perspective postcoloniale. Les paysages rwandais sont aussi dans un imaginaire hybride, situés entre l’Afrique et l’Europe. Mon but est de mettre à jour les eurocentrismes et euromorphismes dans la construction des paysages rwandais et de leurs histoires. Ce faire exige « […] l’arrachement des premiers voiles de science sur lesquels les savoirs extérieurs se sont ensuite construits. Comprendre d’où proviennent les stéréotypes majeurs qui forment problèmes, modèles et théories, est une tâche d’autoscopie collective s’agissant des disciplines scientifiques qui traitent des sociétés, une véritable introspection pour les chercheurs qui les scrutent. Convions-nous à un exercice de dévoilement par lequel la subjectivité s’affiche » (Retaillé, 1998 : 26).

3J’aimerais pratiquer cet exercice de dévoilement sur la base du concept de la paysagenèse en retraçant à grands traits l’histoire de l’imaginaire européen concernant les paysages rwandais, à partir de l’époque précoloniale, en passant par l’époque coloniale allemande et l’époque du mandat belge jusqu’à l’époque après les indépendances. Cette approche historique me permettra de montrer que la puissance de la construction de l’imaginaire européen venant se greffer sur les paysages rwandais résulte du grand décalage entre la première rencontre abstraite et la première rencontre réelle entre l’Europe et le Rwanda. Le dernier chapitre marque une nette rupture, passant d’une simple lecture chronologique du terme postcolonial (après les indépendances africaines) à une lecture épistémologique. Car « (o)ne of the great contributions of the “posts” is the insistence that identities are invented » (Zeleza, 2006: 16). Il en va de même pour les paysages…

Landschaftsgenese / Paysagenèse

4En géographie physique, Landschaftsgenese (paysagenèse) correspond à la « erdgeschichtliche Entwicklung der Geoökosysteme im Raum » (Leser, 1997 : 443). La géographie physique est une science qui se dit naturelle et exacte. Elle est persuadée de décrire le monde tel qu’il est et ne doute guère de l’objectivité du regard qu’elle porte sur lui. Le concept Ethnogenese (ethnogenèse) a en revanche une toute autre signification et exprime la construction du concept d’ethnie, et ce dans une interaction entre celui qui décrit et celui qui est décrit (Brandstetter et Neubert, 1996). Il propose une approche critique en posant la question de la réflexivité et de la relationalité de toute identité et de tout savoir. Tout paysage étant le produit des interactions espace-société, la question de la paysagenèse s’impose. L’expression Landschaftsgenese permet une lecture subversive du suffixe –genèse, l’introduction d’une perspective constructiviste et postcoloniale et ainsi le passage d’une simple description des paysages à une déconstruction des descriptions des paysages. Comprendre la paysagenèse au Rwanda, nécessite une archéologie des savoirs, une étude de l’histoire de l’histoire des paysages rwandais.

Les paysages rwandais « dans » l’Europe précoloniale

  • 1 L’étrangeté de ce que les Européens voyaient les conduisit à affabuler d’autant plus librement qu’i (...)

5La première rencontre abstraite entre l’Europe et la région des Grands Lacs africains remonte au moins au début de notre ère. Les écrits et les cartes de Ptolémée ont très fortement influencé l’imaginaire européen pendant plus de 1500 ans. Ces descriptions des sources du Nil, des Monts de la Lune et des populations pygmées exercèrent une attraction mystique sur le monde européen et furent grandement associées à un mystérieux Royaume du Rwanda. Jusqu’au début du XXe siècle, leur découverte fut l’une des principales motivations pour les voyages européens vers l’Afrique des Grands Lacs. Les savoirs européens étaient principalement construits en référence à une réalité européenne : « Die Fremdheit des Geschauten verleitete die Europäer zu umso freierem Fabulieren, wobei sie freilich stets Gefangene ihrer eigenen Ängste und Hoffnungen blieben. 1 » (Wirz, 1994 : 16) Ces savoirs n’ont de sens que dans le monde européen, car ils visent non pas à désigner ou qualifier l’Autre, mais surtout à construire le Soi à travers la construction d’un Autre généralement antithétique (Said, 1994). Les célèbres voyages européens au cœur des ténèbres africaines sont donc essentiellement une confrontation du citoyen européen avec lui-même dans le miroir d’une fiction nommée « Afrique ». Dans leurs écrits et récits les voyageurs européens inventèrent « leur » Rwanda en référence aux mythes ptoléméens et aux discours européens de leur époque. Ce fut d’autant plus facile que le Rwanda était encore largement inconnu : le premier européen ne l’atteignit qu’en septembre 1892 (Chrétien, 1968).

Les paysages rwandais « dans » l’Europe coloniale

  • 2 Ce peuple n’est capable d’aucun développement et d’aucune formation, et la façon dont nous les voyo (...)

6Neutres ou positives jusqu’à l’expansion économique, militaire, politique et culturelle de l’Europe, les images européennes de l’Afrique se modifièrent pour permettre une légitimation d’abord religieuse puis scientifique de l’entreprise coloniale (Chrétien, 2005 ; Poliakov et al., 1979), l’un des arguments principaux étant l’absence d’histoire, de culture et de civilisation en Afrique sub-saharienne : « Dieser Zustand ist keiner Entwicklung und Bildung fähig, und wie wir sie [die Afrikaner] heute sehen, so sind sie immer gewesen. [...] Denn es ist kein geschichtlicher Weltteil ; er hat keine Bewegung und Entwicklung aufzuweisen, und was etwa in ihm, d.h. in seinem Norden geschehen ist, gehört der asiatischen und europäischen Welt zu. 2 » (Hegel, 1994 : 234) Le Royaume du Rwanda, qui rien que par son existence contredisait cette thèse, fut interprété comme étant le produit d’une succession de migrations au cours desquelles différentes « races » ou « ethnies », originaires d’Asie ou d’Europe, auraient pénétré la région. L’histoire des ethnies rwandaises s’inscrit donc avant tout dans un discours migrationniste et diffusionniste européen servant à expliquer l’existence d’histoire, de culture et de civilisation en « Afrique-Noire » (Vansina, 1979, 1980).

7Particulièrement intéressant est le lien direct entre l’histoire des ethnies et celle des paysages : Selon cette historiographie (Hiernaux, 1968 ; Weichert et Werle 1987), les pygmées, habitants ancestraux du Rwanda, auraient vécu en harmonie avec la nature dans des écosystèmes forestiers intacts jusqu’à l’arrivée des Hutu au cours de la migration bantoue vers l’an zéro. Influencés par des peuples « supérieurs » originaires des marges de l’Asie et de l’Europe, les Bantous auraient été le vecteur de la diffusion de l’agronomie, de la métallurgie, de la poterie et d’autres innovations à travers toute l’Afrique de l’Est et du Sud. Ceci aurait marqué le début du défrichement et de la destruction des paysages naturels rwandais. Au cours du second millénaire, une seconde vague migratoire aurait apporté les Tutsi, aussi qualifiés de « nègres blancs » qui, en tant que « race supérieure », auraient introduit les célèbres royaumes rwandais dans la région peuplée de peuples « nègres » (Vansina 1979, 1980). Et l’augmentation de la densité de population résultant de l’introduction de ces nouvelles structures politiques aurait finalement encore renforcé les effets néfastes des sociétés sur les écosystèmes.

8Les arguments développés pour la justification de l’expansion européenne allèrent des thèses sur le caractère naturel et primitif des Africains, jusqu’aux thèses linguistiques, darwiniennes, eugéniques et biodéterministes, en passant par les discours naturalisant, infantilisant, féminisant et pathologisant (Gould, 1988 ; Livingstone, 1991, 2002 ; Schultz, 2000). Le fait remarquable est que ces mêmes arguments se retrouvent autant dans les descriptions des sociétés que dans celles des paysages africains. Sociétés et paysages sont décrits comme étant jeunes, instables, irrationnels, excessifs, malades, les maladies classiques des paysages africains étant la déforestation et l’érosion des sols (Kersting, 2010).

9Les citations suivantes proviennent toutes des descriptions des paysages rwandais de Hans Meyer, professeur allemand de géographie coloniale, et retracent l’argumentation coloniale. Le premier temps confirme le discours de la supériorité de l’Européen :

  • 3 L’habitant cultivé d’Europe du Nord, aimant la forêt et réceptif à la grandeur et à la beauté de la (...)

« Der Wald liebende, für Größe und Schönheit der Natur empfängliche „gebildete“ Nordeuropäer ist geneigt, dieses Niederbrennen der herrlichen Wälder in Bausch und Bogen zu verurteilen. Der weniger empfindsame, praktischer denkende Italiener oder Spanier denkt darüber schon anders, der Neger noch viel mehr. 3 » (Meyer, 1913 : 41)

10Le second temps condamne les pratiques paysannes :

  • 4 Ces hommes ne brûlent les forêts que pour gagner toujours plus d’humus fertile pour leurs misérable (...)

« Diese Menschen sengen und brennen nur, um immer wieder jungfräulichen Humusboden für ihre elenden Erbsenfelder zu gewinnen, [...] Mit den Waldbränden legen diese ‚Kultivatoren’ hundertmal mehr Wald nieder, als sie dem Flächenraum nach beackern können. Und da der abgebrannte Wald aus klimatischen Gründen nie wieder wächst, da nun die periodischen Gras- und Buschbrände den jungen Nachwuchs immer wieder vernichten, so ist es eine wüste Raubwirtschaft. 4 » (Meyer, 1913 : 41)

11Pour finalement revendiquer une influence européenne :

  • 5 Il est difficile de dire comment les problèmes pourraient être réglés, tant que nous n’avons pas, d (...)

« Es ist freilich schwer zu sagen, wie dem Übel gesteuert werden könnte, solange wir in diesen Ländern nicht die Macht haben, den Anordnungen der Verwaltungsbeamten den nötigen Nachdruck zur Befolgung zu geben. 5 » (Meyer, 1913 : 41)

12Le constat est clair : les paysans rwandais furent accusés par l’autorité coloniale d’être responsables de la dégradation des agrosystèmes et écosystèmes. La conséquence fut leur mise sous tutelle et la privation de leur autonomie dans la gestion de leurs terres. Il est cependant évident que cette causalité doit être lue en sens inverse : cette vision négative est la conséquence, et non la cause, de la volonté européenne de prendre le contrôle de la production agronomique du pays. Ainsi dans les années 1920 l’administration belge a interdit les techniques antiérosives traditionnelles pour imposer des techniques « modernes ». L’influence de la politique coloniale européenne sur les paysages rwandais fut immense. En 1948, le Rwanda-Urundi comptait, avec une superficie de seulement 34.000 km2, 140.000 km de haies et de fossés antiérosifs issus des travaux obligatoires, pour 170.000 km en 1952 (Kreuzer, 1995 : 88) et 300.000 km lors de l’indépendance environ (König, 1992 : 64). À ceci s’ajoutent les nombreuses reforestations qui transformèrent également profondément et durablement les paysages rwandais.

Les paysages rwandais « dans » l’Europe après les Indépendances Africaines

13Si cette vision « racialiste » et migrationniste de l’histoire de la société rwandaise est largement contestée aujourd’hui, la performativité de ces discours reste cependant redoutable. Cette inertie est liée à notre regard, car la constatation de l’altérité rwandaise nous rassure sur notre propre identité. Un génocide ? Ça ne peut pas arriver chez nous ! Nos paysages ? Nous en sommes maîtres ! L’ « ingérence écologique » (Rossi, 2003) se perpétue aujourd’hui avec d’autres moyens, mais toujours autour de l’idée de la menace de l’équilibre des paysages et des écosystèmes par les populations locales. Le Rwanda étant un pays à haute densité de peuplement et essentiellement agricole, la construction réelle et imaginaire des paysages se fait aujourd’hui essentiellement dans les projets de recherches agronomiques et les politiques de vulgarisation agricoles.

  • 6 Lorsque les paysans africains ne peuvent plus organiser leur environnement naturel à des fins produ (...)

14La définition de l’agriculture et des pratiques agricoles, qu’elles soient conventionnelles ou durables, restent le monopole des sciences et des politiques des pays industrialisés (Janssen, 1995). Les paysans n’ont que très rarement la possibilité de participer à la définition de « leurs » problèmes et de « leurs » visions. Il en découle une contradiction fondamentale entre les rationalités développées dans les pays industrialisés et les besoins et stratégies des paysans du sud (Krings, 1992). La construction réelle et imaginaire des paysages devient un champ de bataille quotidien pour les subalternes. L’historien burkinabé Joseph Ki-Zerbo l’exprime ainsi : « Les effets des paradigmes dominants sur la vie réelle des Africains provoquent chez eux une dépossession grave de leurs réalités par l’incapacité où ils sont placés de les analyser correctement […]. Bref, il s’agit d’une aliénation majeure. » (Ki-Zerbo, 1992 : 20-21) Il continue : « Qui dit développement autonome, dit ‘production de l’espace’. Or l’espace africain a été approprié par des théories et des forces exogènes. » (Ki-Zerbo, 1992 : 21) Il en va de même pour les paysages. Et Janssen constate : « Wenn afrikanische Bauern ihre natürliche Umwelt nicht mehr produktiv gestalten können, weil ihnen das dazu notwendige Wissen abhanden gekommen ist, ist ihnen diese Umwelt kognitiv enteignet. 6 » (1995 : 200) Les Indépendances ont mis fin à la colonisation directe des paysages rwandais, mais la colonisation indirecte et la colonisation de l’imaginaire perdurent.

Les paysages rwandais « dans » une Europe postcoloniale

15Souvent en référence à Foucault, les théories postcoloniales considèrent les identités comme l’expression de régimes de pouvoir et soulignent l’impossibilité de penser l’Autre autrement que par rapport à soi (Zeleza, 2006). Il en va de même pour les paysages. Le problème n’est cependant pas l’existence de ces régimes de pouvoir, mais l’ignorance de l’existence de ces régimes. Prendre conscience de ces régimes de pouvoirs est la condition première pour remettre en question le Soi et permettre l’émergence d’autres Autres. Prendre conscience de l’histoire de l’histoire des paysages rwandais est le premier pas pour permettre une décolonisation de l’imaginaire et la construction d’«  autres » paysages rwandais. L’histoire des paysages étant étroitement liée à celle des sociétés le concept de paysagenèse a beaucoup à apprendre des réflexions menées autours de l’ethnogenèse. Cette rupture épistémologique met en avant la réflexivité, c'est-à-dire la question de la projection du « Soi » dans les descriptions de l’«  Autre », ainsi que la relationalité, c'est-à-dire de l’interdépendance entre le « Soi » et l’« Autre ».

16Les paysages rwandais sont donc des miroirs, dans lesquels nous découvrons non seulement une « réalité » rwandaise, mais aussi un regard européen. L’histoire de l’histoire des paysages rwandais nous renseigne à la fois sur l’histoire des paysages rwandais et sur l’histoire de l’Europe. Les leçons de cette histoire devraient nous permettre de donner plus de place à cet Autre. Aussi, une réécriture de l’histoire des paysages rwandais et des paysages rwandais contemporains ne passera pas par la production de descriptions plus exactes ou plus objectives, mais par l’émergence d’« autres » regards et d’autres approches. Car les grands changements de paradigmes à venir dans les sciences « africanistes » ne seront plus liés à la production de nouvelles données plus précises, mais à une modification des régimes de pouvoir permettant l’émergence d’autres régimes de vérité et de lectures radicalement nouvelles.

Haut de page

Bibliographie

Brandstetter, Anna-Maria et Dieter Neubert (1996) : « Völkermord in Ruanda. Die falsche These vom „Stammeskrieg“ », Sozialwissenschaftliche Informationen, 25.2, p. 96–103.

Chrétien, Jean-Pierre (1968) : « Le passage de l’expédition d’Oscar Baumann au Burundi (septembre–octobre 1892) », Cahiers d’Études Africaines, 8.29, p. 48-95.

Chrétien, Jean-Pierre (2005) : « Pourquoi l’Europe a conquis le monde », Revue L’Histoire, 302, p. 54-61.

Diawara, Manthia (1990): « Reading Africa Through Foucault: V. Y. Mudimbe’s Reaffirmation of the Subject », MIT Press, 55, p. 79-92.

Gould, Stefen-Jay (1988) : Der falsch vermessene Mensch. Francfort/Main (Suhrkamp).

Hegel, Georg Wilhelm Friedrich (1994) : Die Vernunft in der Geschichte. Berlin (Akademie–Verlag).

Hiernaux, Jean (1968): « Bantu expansion: the evidence from physical anthropology confronted with linguistic and archeological evidence », Journal of African History, 9.4, p. 505–515.

Janssen, Volker (1995) : « Wissen ist Macht. Zur Naturenteignung in Afrika », in : Meyns, Peter, dir : Staat und Gesellschaft in Afrika : Erosions– und Reformprozesse ( = Schriften der VAD, 16), p. 193–205.

Kersting, Philippe (2010) : Geomorphologische Untersuchungen im Land der tausend Hügel – oder : Wie europäisch ist die rwandische Landschaftsentwicklung ? Leipzig (Forum-IFL, Leibniz Institut für Länderkunde).

Ki-Zerbo, Joseph (2004) : À quand l’Afrique ? Entretien avec René Holenstein. Paris (Editions de L’Aube).

König, Dieter (1992) : Erosionsschutz in Agroforstsystemen. Möglichkeiten zur Begrenzung der Bodenerosion in der kleinbäuerlichen Landwirtschaft Rwandas im Rahmen standortgerechter Landnutzungssysteme. Mayence (Geographies Institut der Johannes Gutenberg-Universität).

Kreuzer, Anna (1995) : Landwirtschaft und Sozialstruktur in Rwanda. Möglichkeiten und Grenzen bäuerlichen Wissens und Handelns als Entwicklungspotential. Fribourg (Centaurus Verlag).

Krings, Thomas (1992) : « Methodische Probleme bei der Umsetzung von Agroforstwirtschaftlichsprojekten in den westlichen Sahelländern Afrikas », Geomethodica, 17, p. 95–121.

Leser, Hartmut (1997) : Wörterbuch Allgemeine Geographie. Braunschweig (Westermann).

Livingstone, David N. (1991): « The moral discourse of climate: historical considerations on race, place and virtue », Journal of Historical Geography, 17.4, p. 413-434.

Livingstone, David N. (2002) : « Tropical hermeneutics and the climatic imagination », Geographische Zeitschrift, 90, 2, p. 65-88.

Meyer, Hans (1913) : Ergebnisse einer Reise durch das Zwischenseengebiet Ostafrikas. Berlin (E. S. Mittler und Sohn - « Mitteilung aus den deutschen Schutzgebieten »).

Mudimbe, Valentin-Yves (1988) : The invention of Africa : Gnosis, Philosophy, and the Order of Knowledge (African Systems of Thought). Bloomington (Indiana University Press).

Poliakov, Léon, Christian Delacampagne et Patrick Girard (1979) : Über den Rassismus – Sechzehn Kapitel zur Anatomie, Geschichte und Deutung des Rassenwahns. Stuttgart (Klett-Cotta).

Retaillé, Denis (2003) : « Fantasmes et parcours africains », L'Information Géographique, Hors Série n° 1, p. 51-65.

Rossi, Georges (2003) : L’ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud. Paris (CNRS Éditions).

Said, Edward W. (1994) : Orientalism. New York (Vintage books)

Schultz, Hans–Dietrich (2000) : « Zwischen Landesnatur und eigener Natur. Der Mensch in der klassischen deutschen Geographie im Zeitalter des Kolonialismus », 52. Deutscher Geographentag Hamburg 1999, p. 545–551.

Vansina, Jan (1979) : « Bantu in the crystal ball, I », History of Africa, 6, p. 287-333.

Vansina, Jan (1980) : « Bantu in the crystal ball, II », History of Africa, 7, p. 293-325.

Weichert, Karl-Heinz et Otmar Werle (1987) : Ruanda. Ein landeskundliches Portrait. Koblenz (Landesbildstelle Rheinland-Pfalz).

Wirz, Albert (1994) : « Die Erfindung des Urwaldes oder ein weiterer Versuch im Fährtenlesen », Periplus, 4, p. 15-36.

Zeleza, Paul Tiyambe (2006): « The inventions of African Identities and Languages: The Discursive and Developmental Implications », in: Arasanyin Olaoba F. et Michael A. Pemberton, dir.: Selected Proceedings of the 36th Annual Conference on African Linguistics. Somerville, MA (Cascadilla Proceedings Project).

Haut de page

Notes

1 L’étrangeté de ce que les Européens voyaient les conduisit à affabuler d’autant plus librement qu’ils restaient prisonniers de leurs propres peurs et espoirs.

2 Ce peuple n’est capable d’aucun développement et d’aucune formation, et la façon dont nous les voyons aujourd’hui (les Africains) correspond à ce qu’ils ont toujours été (…). Car cet espace est anhistorique ; il n’a connu aucune évolution, aucun développement et le peu qui a pu s’y dérouler (autrement dit dans sa partie septentrionale) fait partie des mondes asiatique et européen. 

3 L’habitant cultivé d’Europe du Nord, aimant la forêt et réceptif à la grandeur et à la beauté de la nature, a tendance à condamner en bloc les incendies de ces magnifiques forêts. L’Italien ou l’Espagnol, moins sensible et plus pragmatique, a une autre opinion à ce sujet, le Nègre d’autant plus.

4 Ces hommes ne brûlent les forêts que pour gagner toujours plus d’humus fertile pour leurs misérables champs de pois. Avec les incendies de forêts, ces « cultivateurs » abattent cent fois plus de forêts que nécessaire. Comme la forêt brûlée ne repousse plus pour des raisons climatiques, et comme, à présent, les incendies de broussailles détruisent toujours plus les jeunes pousses, il s’agit là d’une économie sauvage et prédatrice.

5 Il est difficile de dire comment les problèmes pourraient être réglés, tant que nous n’avons pas, dans ces pays, le pouvoir d’user de la fermeté nécessaire pour que les fonctionnaires fassent appliquer la réglementation.

6 Lorsque les paysans africains ne peuvent plus organiser leur environnement naturel à des fins productives, ayant perdu le savoir-faire nécessaire, ils sont dépossédés de la connaissance de cet environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Kersting, « Où sont les paysages rwandais ? Paysagenèse : un regard postcolonial », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/493

Haut de page

Auteur

Philippe Kersting

Wissenschaftlicher Mitarbeiter, Universität Mainz, p.kersting@geo.uni-mainz.de

Haut de page