Navigation – Plan du site
SynThèses

Intellectuels et pouvoirs au cœur de l’Aufklärung palatine. Georg Christian Crollius (1728-1790) et ses relations

Thèse de doctorat en histoire moderne, réalisée sous la direction de Jean-Pierre Vittu, université d’Orléans, soutenue le 29 novembre 2008
Charles-Henri Depezay

Texte intégral

1Le centre de cette recherche est constitué par la correspondance qu’un lettré de Deux-Ponts, enseignant et administrateur d’un rang secondaire, Georg Christian Crollius, échangea au XVIIIe siècle avec un administrateur et lettré d’un rang plus élevé, Andreas Lamey, secrétaire de l’Académie des Sciences de Mannheim, sur des sujets touchant à l’administration et à la politique des États qu’ils servaient. Ces échanges épistolaires touchent à la fois la sphère publique et la sphère privée : ils concernent la constitution, le fonctionnement et les travaux (spécialement historiques) d’une académie voulue par l’Électeur palatin, l’administration (particulièrement celle de l’enseignement), la carrière de chacun des deux correspondants ainsi que leur vie familiale. Ainsi le chercheur peut-il envisager la situation de professionnels du savoir (que l’on peut définir comme des intellectuels, suivant la définition de Jacques Le Goff) au service d’un État à une époque où son souverain et ses agents entreprennent la modernisation de celui-ci. Le programme de l’Aufklärung apparaît bien comme arrière-plan et conducteur de ces carrières, voire de ces vies dans la mesure où Crollius et ses relations appartiennent au courant piétiste de cette Aufklärung.

2Cette recherche se trouve engagée dans divers jeux d’échelles à travers le Saint Empire, du fait de la place de la dynastie Wittelsbach qui règne à Deux-Ponts, mais aussi à Mannheim (Electorat du Palatinat) et à Munich (Electorat de Bavière). Elle se trouve aussi placée en référence à toutes les études sur l’Aufklärung allemande qui engagent depuis fort longtemps en Allemagne les philosophes et les sociologues aussi bien que les historiens. Le chercheur fait état de ces débats dans son analyse articulée en trois temps. Il étudie d’abord la situation propre à ces acteurs sous l’angle de l’institution académique qu’ils animent et qui leur assure une position. Il traite ensuite les configurations politiques et débats dans lesquels sont engagés les académiciens et administrateurs des États Wittelsbach du fait des conflits traversant le Saint Empire et de l’évolution de la pensée de l’Aufklärung qu’ils induisent. Enfin, il analyse la transformation des relations entre ces intellectuels, membres des structures des États, qui voient leur position mise en cause par la transformation des administrations et par la naissance d’une opinion publique.

3Une telle démarche conduit le chercheur à croiser la correspondance Crollius-Lamey avec d’autres correspondances érudites, de même qu’avec des périodiques, des ouvrages savants et des actes administratifs.

4Il propose une réflexion sur ce qui différencie l’érudit de l’intellectuel et sur ce qui pourrait être un pouvoir intellectuel dans l’Allemagne savante. Les historiens palatins tentent ainsi de se maintenir comme médiateurs entre la Cour, avec laquelle ils sont en délicatesse et le public qui est en train de se transformer en une opinion publique. Ils s’adressent à une opinion, qui leur apparaît ou comme le reflet de la volonté divine ou comme un groupe de lecteurs partageant leur système de valeurs piétistes, et lui proposent un patriotisme anti-français et protestant. Ce faisant, ces historiens palatins se marginalisent dans une frustration qui peut avoir nourri un nationalisme avant le nationalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Henri Depezay, « Intellectuels et pouvoirs au cœur de l’Aufklärung palatine. Georg Christian Crollius (1728-1790) et ses relations », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/563

Haut de page