Navigation – Plan du site
SynThèses

Élaborer, écrire et diffuser l'histoire de la « Grande Révolution française » dans les social-démocraties allemande et autrichienne 1889-1934

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, réalisée sous la direction de Paul Pasteur, université de Rouen, soutenue le 30 novembre 2009
Jean-Numa Ducange

Texte intégral

1Pendant plusieurs décennies la « Grande Révolution française » constitue un objet d'étude privilégié pour les sociaux-démocrates allemands et autrichiens. Du centenaire de 1889 au triomphe du national-socialisme, ceux-ci entendent proposer une lecture singulière de la Révolution française de 1789-1799 dans le prolongement des premiers développements de Marx, Engels et Lassalle.

2Dans cet ensemble, certaines figures se démarquent. En premier lieu Karl Kautsky,  auteur de la première contribution marxiste de synthèse sur la Révolution en 1889 Die Klassengegensätze von 1789, lecture « classiste » du processus révolutionnaire qui va être largement reprise dans la social-démocratie au moins jusqu’en 1914. Moins connu, Heinrich Cunow consacre en 1908 à la presse révolutionnaire une œuvre originale, traduisant de nombreux extraits d’articles de journaux inédits en allemand (Die revolutionäre Zeitungsliteratur Frankreichs während der Jahre 1789 bis 1794). Il faut mentionner aussi Hermann Wendel, connu notamment pour sa biographie de Danton publiée en 1930 et des contributions centrées sur un sujet plus spécifique comme l’histoire des femmes d’Emma Adler, parue en 1906 (Die berühmten Frauen der französischen Revolution : 1789-1795).

3Ces quelques exemples ne sont pas exclusifs et la production ne se limite pas à la seule écriture d'ouvrages : de nombreux articles, de différente nature, sont parus sur ce thème. Comment trouver une cohérence dans l’abondante littérature sociale-démocrate ? À distance d'une histoire traditionnelle des idées et des organisations, notre thèse tente de comprendre comment une référence historique s'inscrit dans le cadre d'une organisation politique et des débats qui la traversent en mobilisant des sources rarement utilisées (les revues mais aussi les brochures, Arbeiter-Kalender et Notiz-Kalender, les plans des appareils de formations...). Il s’agit là d’une prise en compte des « pratiques militantes » qui ne se limite pas aux seuls textes parus dans les revues théoriques. Des travaux portant sur d’autres forces politiques, étudiant par exemple la construction de la vulgate guesdiste en France (R. Stuart, Marxism at Work, 1992), l’histoire des communismes en Europe (S. Wolikow) ou encore « l’invention des traditions » (E. Hobsbawm, L'invention de la tradition, 1983-2006), ont été mobilisés en ce sens.

4Le domaine de la formation, la Bildung (qui peut être traduit par éducation, formation, culture), concept d’origine libérale réinvesti par la social-démocratie pour ses entreprises militantes, a fait l’objet d’une attention particulière. Les plans détaillés des écoles de formation ont ainsi constitué une source importante, ceux-ci étant souvent, comme nombre d’articles, des reprises simplifiées d’ouvrages plus élaborés. Cet ensemble permet d’étudier la constitution de la vulgate et sa diffusion : un ouvrage historique sur la Révolution française, parfois peu lu, pouvait avoir un écho bien plus large si l’on tient compte de toutes les déclinaisons dont il était l’objet.

5Plusieurs thèmes connaissent dans ce cadre leurs premiers développements : parmi eux, citons l’interrogation sur la nature du processus révolutionnaire (en particulier l’attention portée à des forces sociales comme la bourgeoisie), la genèse d’un récit qui fait de certains épisodes, voire de certains révolutionnaires français, des précurseurs de l’idée socialiste (comme le fut le cas Babeuf) ou encore la place d’un épisode controversé comme celui de la Terreur en rapport avec la politique sociale-démocrate.

6Ce dernier point montre le lien entre la production historique et le débat politique, les usages multiples de l’histoire dans les partis sociaux-démocrates. Les spécificités de cette écriture de l'histoire ont été envisagées dans la perspective de « l’histoire croisée » (M. Werner et B. Zimmermann 2003), méthode qui permet de mesurer l'influence de l'historiographie française dans les sociales-démocraties des pays germanophones en éclairant d'un autre regard les « classiques » de la Révolution de Jean Jaurès ou d’Albert Mathiez. L’attention aux interactions entre les différents espaces et au choix de traduire certains ouvrages (et de ne pas en traduire d'autres) permet de comprendre l’introduction complexe des problématiques jaurésiennes en Allemagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Élaborer, écrire et diffuser l'histoire de la « Grande Révolution française » dans les social-démocraties allemande et autrichienne 1889-1934 », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/565

Haut de page