Navigation – Plan du site
SynThèses

(Re)construire dans la division. Aspects de la vie juive à Berlin entre Est et Ouest (1945-1990)

Thèse de doctorat en études germaniques, réalisée sous la direction d’Anne Saint-Sauveur, université de la Sorbonne-Nouvelle-Paris III, soutenue le 30 novembre 2009
Laurence Duchaine

Texte intégral

1La recherche sur les Juifs en Allemagne après 1945 a jusqu’à présent peu pris en compte le contexte de la division allemande, pouvant parfois donner l’impression que le conflit Est-Ouest n’avait pas d’incidences sur la question juive en Allemagne. Cela est particulièrement frappant à Berlin, où « deux mondes » se côtoyaient à l’intérieur d’une même ville. Reposant sur le concept d’histoire « intégrée », développé entre autres par P. Lautzas et Ch. Kleßmann, cette thèse tente de dépasser la simple juxtaposition des histoires est- et ouest-allemandes et de rechercher les phénomènes de passage, de congruence, de transferts entre les « Juifs de l’Ouest » et les « Juifs de l’Est ». Cette histoire ne nie pas les contextes spécifiques de la vie juive en RFA et en RDA, qui découlent de la différence de nature entre les deux régimes et de leur vision du passé national-socialiste, mais elle essaie de faire des rapprochements, qui se situent fondamentalement sous le signe de l’asymétrie.

2L’étude, fondée sur l’analyse de trois types de sources (archives des Communautés Juives, périodiques juifs et témoignages), ne se limite pas aux Juifs officiellement membres de la Communauté, même si celle-ci est considérée comme un noyau, à la périphérie duquel gravitent des individus qui revendiquent leur identité juive ou tout au moins une attache à la culture judéo-allemande. 1953, date de la division de la Communauté Juive de Berlin en deux communautés d’importance très inégale, a été choisie comme repère chronologique essentiel.

3La période 1945-1953 fait donc l’objet d’un premier chapitre en soi. La reconstruction de la vie juive dans l’ex-capitale du IIIe Reich, déclarée « judenrein » par Goebbels en personne dès 1943, était loin d’aller de soi. C’est pourtant le pragmatisme, la « vie » elle-même qui s’est imposée. Malgré la division administrative de Berlin dès l’automne 1948, la Communauté Juive de Berlin a préservé son unité durant cinq ans, mais elle n’a pas résisté à la vague d’antisémitisme qui a sévi dans le Bloc soviétique au tournant des années 1952-1953, entraînant la fuite de nombreux Juifs de RDA à Berlin-Ouest et en RFA.

4La période de division est ensuite analysée sous quatre aspects principaux : démographiques et sociologiques, religieux et institutionnels, politiques et idéologiques, et enfin culturels et identitaires. L’analyse démographique comparée révèle une grande disparité entre Berlin-Est et Berlin-Ouest, bénéficiant d’un apport quasiment constant d’immigrés qui fait totalement défaut à l’Est. Néanmoins, des préoccupations communes se font jour, comme le vieillissement de la population, l’obsession de la survie, le conflit de générations, les inégalités hommes-femmes ou encore un certain nombre de problèmes sociaux.

5L’étude des institutions et des orientations religieuses des Juifs dans les deux Berlin font apparaître deux communautés unitaires (Einheitsgemeinden) marquées par des besoins similaires (manque de rabbins et de personnel religieux qualifié, phénomènes de sécularisation), ainsi que par une rupture entre la direction des communautés et leur base, attirée par des formes alternatives d’expression de son identité juive. Les relations entre les « Juifs de l’Est » et « Juifs de l’Ouest » peuvent aller de l’ignorance réciproque à la démarcation par rapport à « l’autre », en passant par des tentatives de réunification ou de rapprochement, qui restent bien souvent l’initiative de personnes isolées.

6C’est sans doute la vision et le traitement des Juifs dans les deux systèmes de la RDA et de la RFA qui semblent les plus difficiles à comparer en raison des oppositions structurelles entre les deux régimes. Cependant, la loyauté envers l’État (et conjointement, le dénigrement de « l’autre » État allemand), tout comme les tentatives d’instrumentalisation dont font l’objet les Juifs dans les deux Berlin, présentent dans une certaine mesure des similitudes. Dans la course à la légitimité et à la respectabilité entre les deux Allemagnes, les Juifs constituaient en effet des alliés de poids. Ils apparaissent dans les deux cas comme « assis entre deux chaises », apparemment bien intégrés dans la société, mais également toujours quelque peu marginalisés.

7Enfin, au niveau culturel et identitaire, la vie juive est marquée jusque dans la seconde moitié des années 1980 par un grand « vide », plus prononcé à l’Est. Dans les deux cas, il semble cependant que l’on assiste à la fois au développement quelque peu factice d’une « culture juive sans Juifs » et à la création d’une « culture juive d’après-guerre » qui cherche en vain à s’inscrire dans la continuité de la « symbiose judéo-allemande » d’avant 1933. La comparaison entre les systèmes de références culturelles des deux Communautés révèle indéniablement des similitudes, même si ces références sont parfois « idéologisées ». On assiste à la naissance, encore embryonnaire, d’une « autre » culture juive en Allemagne, dont les germes ont été semés durant les années de division et qui parviennent aujourd’hui seulement à maturité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Duchaine, « (Re)construire dans la division. Aspects de la vie juive à Berlin entre Est et Ouest (1945-1990) », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/567

Haut de page

Auteur

Laurence Duchaine

Articles du même auteur

Haut de page