Navigation – Plan du site
SynThèses

Intégrer l’égalité entre les hommes et les femmes dans la mise en œuvre des politiques de l’emploi. Une comparaison entre Berlin et la Seine-Saint-Denis

Thèse de doctorat en science politique, réalisée sous la direction de Pierre Muller, IEP de Paris soutenue en 2010
Gwenaëlle Perrier

Texte intégral

1Cette thèse s’intéresse à la place de l’objectif d’égalité entre hommes et femmes dans la mise en œuvre des politiques de l’emploi, à travers une étude comparative entre la Seine-Saint-Denis et Berlin. Elle présente une triple spécificité : d’une part, elle adopte une perspective d’analyse des politiques publiques, renouvelant ainsi les questionnements, essentiellement sociologiques et économiques, sur les inégalités de genre dans l’emploi. D’autre part, ce travail est centré sur la mise en œuvre de l’action publique, au niveau local, ce qui permet de décentrer la focale par rapport au niveau de l’élaboration des politiques, souvent au cœur des recherches sur l’action publique. Enfin, cette thèse, centrée sur les acteurs de politiques publiques, vient compléter les quelques travaux existant sur la place du genre dans les orientations normatives des politiques de l’emploi.

2Inscrite dans une approche institutionnaliste centrée sur les acteurs, elle prend appui sur l’analyse de la littérature grise du secteur de l’emploi, et sur la réalisation de 124 entretiens semi-directifs auprès d'intermédiaires de l'emploi et autres acteurs de ce secteur, souvent impliqués dans les politiques à destination des chômeurs de longue durée, et auprès d'actrices institutionnelles et associatives impliquées dans la promotion des droits des femmes. Le travail se divise en trois parties : une partie de cadrage, une partie portant sur les modes d’opérationnalisation de l’objectif d’égalité entre les sexes, et une dernière sur les freins à sa prise en compte dans la mise en œuvre des politiques d’emploi.

3La première partie, après avoir exposé les principaux objectifs, instruments et acteurs des politiques de l’emploi en France et en Allemagne depuis les années 70, retrace la trajectoire de l’objectif d’égalité entre les sexes dans l’emploi dans ces deux pays, en mettant en avant le rôle moteur de l’Union européenne et l’existence de trajectoires nationales propres. Elle se termine par un éclairage théorique sur la problématique de la mise en œuvre des politiques publiques et sur les marges de manœuvre des intermédiaires de l’emploi.

4La deuxième partie montre d’abord que dans la lignée de la politique communautaire de gender mainstreaming, une stratégie de sensibilisation et de formation à l’égalité destinée aux intermédiaires de l’emploi a été mise en place, à Berlin et en Seine-Saint-Denis. Cette approche part du postulat selon lequel une conscientisation des acteurs de l’action publique est un préalable à l’intégration d’une perspective de genre dans l’action publique. Elle repose sur une instrumentation molle de l’objectif d’égalité, car elle ne s’accompagne ni ce contrôle ni de sanction (positive ou négative) de l’intégration effective de l’égalité dans les politiques locales d’emploi.

5L’objectif d’égalité est également décliné dans le cadre d’actions en direction de demandeuses d’emploi rencontrant des difficultés d’accès à un emploi non précaire. Ces actions visent sur nos deux terrains d’étude des objectifs similaires : soit la formation professionnelle des chômeuses, soit la levée de freins genrés à l’emploi (prise en charge de la garde d’enfants, violences masculines, représentations genrées influant sur les choix de métiers). Elles reposent sur un accompagnement spécifique, et requièrent d’importantes ressources temporelles, humaines ou financières. Ces actions s’éloignent de l’approche en termes de « non discrimination » pour s’inscrire dans une démarche visant davantage l’égalité de résultat.

6Finalement, les dynamiques égalitaires observées dans la mise en œuvre des politiques de l’emploi à Berlin et en Seine-Saint-Denis s’inscrivent dans des configurations semblables : elles restent très souvent le fait d’entrepreneuses de la cause de l’égalité, sensibilisées à cette problématique, et dont l’action s’inscrit dans des réseaux locaux. En outre, les impulsions de l’Union européenne en faveur de l’égalité constituent une ressource, financière ou stratégique, pour ces actrices locales. À Berlin, la politique du Land offre aussi des opportunités institutionnelles ; le réseau d’acteurs pour l’égalité y est donc plus stable et moins fragile qu’en Seine-Saint-Denis. Enfin, les actions pour l’égalité permettent à leurs initiateurs d’atteindre des objectifs divers ; elles ne peuvent donc être réduites à des actions « militantes ».

7En dépit des initiatives présentées dans la deuxième partie, l’égalité reste un objectif peu légitime et peu opérationnalisé dans les politiques d’emploi. La troisième partie montre d’abord qu’en l’absence de cadrage cognitif émanant des pouvoirs publics, les intermédiaires de l’emploi ne partagent pas de diagnostic sur les inégalités de genre dans l’emploi. La notion d’égalité reste relativement indéfinie. En outre, dans un contexte où de nombreux chômeurs sont en situation d’urgence sociale, la légitimité de l’objectif d’égalité de genre est faible, car il peut sembler secondaire, voire irréaliste aux intermédiaires de l’emploi. Un tel contexte tend même à masquer l’existence d’inégalités de genre dans l’emploi, car les chômeurs et chômeuses, confrontés à des difficultés d’ordre divers, apparaissent tous défavorisés.

8D’autre part, différentes contraintes institutionnelles rendent difficile l’intégration d’une stratégie égalitaire. La centralité de l’objectif de retour rapide des chômeurs à l’emploi, en France et en Allemagne, restreint les marges de manœuvre des intermédiaires de l’emploi pour agir en faveur de l’égalité. Cette logique est inadaptée aux temporalités de certaines catégories de femmes éloignées de l’emploi, car elle ne permet pas leur accompagnement, long, vers un emploi non précaire. Le pilotage des services publics de l’emploi français et allemand, axé sur une logique de résultat, amène les intermédiaires de l’emploi à opérer des arbitrages qui privilégient très souvent l’efficacité (c’est-à-dire l’atteinte de l’objectif institutionnel de retour rapide à l’emploi) par rapport à des exigences qualitatives dans l’accompagnement vers l’emploi.

9Enfin, les baisses des budgets accordés à l’emploi et à la formation des demandeurs d’emploi de longue durée en France et en Allemagne restreignent le recours à des outils qui permett(ai)ent des financements stables de formations. La version allemande de l’« activation » de la politique de l’emploi se traduit par la promotion d’emplois aidés peu qualifiés, et peu rémunérateurs. Les intermédiaires de l’emploi tendent à devenir des relais de la précarité de l’emploi des femmes. En Seine-Saint-Denis, la tendance au désengagement de l’État du secteur de la formation et de l’emploi des chômeurs de longue durée entraîne une complexification des montages financiers des actions et une montée en puissance de la contrainte gestionnaire dans leur travail, au détriment d’objectifs qualitatifs tels que l’égalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenaëlle Perrier, « Intégrer l’égalité entre les hommes et les femmes dans la mise en œuvre des politiques de l’emploi. Une comparaison entre Berlin et la Seine-Saint-Denis », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/571

Haut de page

Auteur

Gwenaëlle Perrier

Articles du même auteur

Haut de page