Navigation – Plan du site
SynThèses

Leipzig : mythes, lectures et relectures d'une bataille napoléonienne en France et en Allemagne (1813-1871)

Thèse de l'École des chartes, réalisée sous la direction de Jacques-Olivier Boudon et de Christine Nougaret, École nationale des chartes, soutenue le 10 mars 2010
Jérôme Schweitzer

Texte intégral

1Lorsque l'on songe à Napoléon, il est sans doute plus aisé de s'imaginer le général d'Italie ou l'empereur qui avait bénéficié du « Soleil d'Austerlitz » plutôt que de se représenter ses défaites, et notamment celle de Leipzig. Appelée bataille des nations (Völkerschlacht) en Allemagne, afin de souligner que, lors de ce combat, les peuples se seraient libérés de Napoléon, cette confrontation s'est inscrite en France dans le récit de la chute de Napoléon, entre les neiges de Russie, Waterloo et l'embarquement sur le Bellérophon. Défaite majeure subie par l'empereur, elle a marqué la fin de la domination française en Allemagne. La représentation de cette bataille s'est construite par étapes en France et en Allemagne, servant de manière aléatoire des intérêts divergents.

2L'un des principaux enjeux de ce travail fut de souligner à quel point toute référence à la bataille de Leizpig fut employée en France ou en Allemagne afin de servir des desseins différents, voire opposés. Cette comparaison franco-allemande est l'un des axes majeurs de l'étude, qui met en exergue les mécanismes allant de la réception de la nouvelle de la défaite à la reconstruction d'une image de ce combat, qui marqua tous les esprits par son caractère hors du commun (cette bataille resta en effet la plus importante confrontation jamais vue en Europe jusqu'à la Première Guerre mondiale).

3En France, l'image de la bataille a été disputée entre partisans et opposants de Napoléon, avant de se fixer à la fin du XIXe siècle. En Allemagne, au cours du XIXe siècle, le récit de la confrontation fut de plus en plus soumis aux ambitions politiques du royaume de Prusse. Les partisans de l'unification allemande sous l'autorité de la Prusse ont contribué à conférer une image mythique aux guerres de libération, dont le point d'orgue aurait été les trois jours que dura la bataille de Leipzig. Malgré une opposition apparente entre une défaite considérée comme « glorieuse » et un triomphe qui aurait été sans précédent, les deux interprétations de la bataille qui se sont développées de part et d'autre du Rhin entre 1813 et 1871 furent liées. Une forme de dialogue s'est rapidement instaurée entre les auteurs français et allemands qui échangèrent divers arguments afin de défendre leurs opinions.

4Les sources de cette étude sont le reflet des multiples vecteurs qui ont contribué à la formation progressive d'une représentation de la bataille de Leipzig. Les sources manuscrites, tout d'abord, ont permis d'appréhender la manière dont l'écho de la défaite de Napoléon se propagea à travers  l'Europe entière. Elles montrent de quelle manière l'empereur au pouvoir vacillant tenta de sauver les apparences. Elles témoignent aussi de l'effet provoqué par cette nouvelle sur les cours allemandes alliées à la France à travers les rapports des ambassadeurs français.

5Outre ces documents officiels, les premiers éléments qui ont concouru à construire l'image de Leipzig ont été propagés par la presse française (Le Moniteur universel), les lettres de soldats ou les multiples périodiques nationalistes, parus en Allemagne avant la fin des années 1810. Passé ce temps de réception de la nouvelle de la bataille, la représentation des combats s'est  appuyée sur les récits d'historiens, de mémorialistes ou de publicistes français et allemands, conservés notamment à la Bibliothèque Nationale de France (BNF) ou à la Sächsische Staats- Landes- und Universitätsbibliothek de Dresde. Enfin, la bataille de Leipzig a été une source d'inspiration pour les caricaturistes, les auteurs ou les peintres qui se sont emparés de ces combats afin de dénoncer la tyrannie de « l'ogre corse », mais aussi pour glorifier l'attitude des soldats des deux camps ou le caractère supposé surnaturel de Napoléon. Les œuvres de ces artistes ont contribué à la représentation de cet affrontement (collections Hennin et de Vinck de la BNF, collections iconographiques du musée historique de la ville de Leipzig).

6Au cours du XIXe  siècle, le récit de la bataille de Leipzig s'est peu à peu construit à partir de témoignages, des textes des relations officielles ou des rapports militaires. Sur les deux rives du Rhin, la défaite a servi l'image de Napoléon construite par sa légende. Après les quelques années où il a été dénoncé comme un tyran sanguinaire, l'évocation de la confrontation d'octobre 1813 a conforté sa gloire. En effet, en France, la défaite ne pouvait être le fait de l'empereur ; on l'imputa donc à l'explosion prématurée du pont, au manque de munitions ou à la défection des Saxons. En Allemagne, alors même qu'il s'agissait d'une victoire, des interrogations se sont développées afin de comprendre comment Napoléon avait pu être vaincu, tant cela semblait impensable. Le champ de bataille de Leipzig est rapidement devenu un véritable lieu de mémoire, site symbolique de la naissance de la nation allemande et de la chute définitive d'un homme dont le pouvoir s'était étendu à toute l'Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Schweitzer, « Leipzig : mythes, lectures et relectures d'une bataille napoléonienne en France et en Allemagne (1813-1871) », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/572

Haut de page