Navigation – Plan du site
SynThèses

Conscience nationale et identité en Martinique

Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, réalisée sous la direction de Marie-José Jolivet, École des hautes études en sciences sociales, soutenue le 2 février 2010
Ulrike Zander

Texte intégral

1La Martinique, ancienne colonie française, est devenue un département d’outre-mer en 1946. Les insuffisances et les limites de ce statut ont créé à partir des années 1950 un réel désenchantement, engendrant l’émergence de l’autonomisme puis, à partir des années 1960, de l’indépendantisme. Depuis, la question de l’évolution statutaire domine le débat politique local, mais elle ne semble pas vraiment passionner de larges fractions de la population. Parallèlement, on assiste à une revalorisation considérable de la culture martiniquaise dont les principaux acteurs sont justement les mouvements autonomistes et indépendantistes.

2Partant de ce constat, cette thèse tente d’examiner la question suivante : existe-il au sein de la population martiniquaise une conscience nationale ou un sentiment national (par rapport à l’idée d’une nation martiniquaise) ? Si oui, comment s’exprime cette conscience ou ce sentiment ? À travers l’interrogation du lien dialectique entre le culturel et le politique, il sera avancé l’hypothèse que les notions de « nation » et de « conscience nationale » ne sont pas nécessairement liées à un projet politique d’indépendance ni à la création d’un État-nation, mais que le fondement du concept de « nation » est tout d’abord culturel, avant d’être politique, voire n’est pas politique du tout. Si tel est le cas, la conscience nationale et la nation peuvent exister en dehors de la revendication d’une indépendance politique, et donc en dehors du nationalisme.

3Après un cadrage historique pour situer l’évolution de l’identité culturelle et politique en Martinique depuis le début de la colonisation française, cette thèse tend à montrer l’existence d’une conscience nationale martiniquaise qui se manifeste à travers le sentiment d’appartenir à un peuple partageant une culture et une histoire. Cette conscience nationale a largement été éveillée par l’action des nationalistes, sans que pour autant le « peuple » adhère à leurs objectifs politiques. Cet aspect est développé en particulier par le biais de deux thématiques, la promotion de la langue créole et la mémoire de l’esclavage. L’attention se porte également sur les manifestations spontanées de cette conscience nationale avec, par exemple, celles qui ont accompagné la mort d’Aimé Césaire, figure hautement emblématique pour les Martiniquais.

4Dans ce contexte, que signifient les notions de « peuple martiniquais », de « nation martiniquaise », et qu’évoque l’idée d’indépendance de la Martinique pour les personnes rencontrées durant cette enquête ? Les discours recueillis font clairement apparaître une distinction entre un attachement politique à la nationalité française – et plus précisément à l’idée républicaine – et une identité culturelle martiniquaise et créole, proclamée sans ambages.

5Mais la question nationale devient plus complexe encore lorsque l’on tient compte des problématiques spécifiques de la société martiniquaise. Ce travail examine, d’une part, celle des relations entre différents groupes de la population qui reposent encore largement sur une stratification « socio-raciale » héritée de l’esclavage et, d’autre part, celle de la dimension migratoire, principalement vers et en provenance de la métropole.

6Ensuite, à partir d’un événement politique étudié sur le terrain – la consultation populaire du 7 décembre 2003 – est abordée la question du rapport au pouvoir politique local. L’analyse prend en compte un aspect prégnant de la culture populaire, les croyances magiques, pour faire apparaître une fois encore le lien dialectique entre culture et politique, véritable fil conducteur de cette thèse.

7 Enfin, la thèse débouche sur la mise en relief d’une quête à double sens entre le désir d’égalité et le désir d’émancipation, une quête qui, trouvant son expression dans la revendication d’une reconnaissance pleine et entière de l’égalité dans la différence, complique considérablement l’élaboration de projets politiques orientés vers une évolution statutaire ou institutionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ulrike Zander, « Conscience nationale et identité en Martinique », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/574

Haut de page