Navigation – Plan du site
Postkolonial

Parcours d’un roman postcolonial francophone en France et en Allemagne : Le Cœur des enfants léopards, de Wilfried N’Sondé

Myriam Louviot

Résumés

En 2007, Wilfried N’Sondé, Franco-congolais vivant à Berlin, publie en France son premier roman, Le Cœur des enfants léopards. Le livre rencontre un certain succès. Un an plus tard, la traduction allemande, Das Herz der Leopardenkinder semble faire une carrière comparable en Allemagne. On serait donc tenté de conclure qu’il n’y a pas tant de différence entre le lectorat français et le lectorat allemand. Un bon roman est un bon roman et il semble normal qu’il trouve son public des deux côtés du Rhin... Mais à y regarder de plus près, il apparaît que la réception du roman de Wilfried N’Sondé en France et en Allemagne suit des voies bien différentes. En France, les littératures postcoloniales sont essentiellement considérées à l’intérieur du cadre conceptuel de la francophonie et le roman de N’Sondé apparaît effectivement d’abord comme un roman francophone ; en Allemagne, il est plutôt rattaché à la littérature de la migration et est compris en fonction des traditions d’analyse qui s’y rattachent.

Haut de page

Texte intégral

1En 2005, Wilfried N’Sondé, Franco-congolais vivant à Berlin, montre à une amie quelques nouvelles écrites à ses heures perdues. Cette amie les montre alors à son père, qui n’est autre que Hans-Christoph Buch, écrivain et journaliste allemand reconnu, notamment pour ses reportages sur les zones de conflit en Afrique et ses romans sur Haïti. Il connaît bien le domaine des lettres postcoloniales francophones et envoie les nouvelles à un éditeur de ses connaissances, Bernard Magnier, directeur de la collection « Lettres africaines » chez Actes Sud. Les textes plaisent, mais les nouvelles se vendant difficilement, l’éditeur propose à Wilfried N’Sondé d’écrire un roman. Celui-ci relève le défi et en 2007 paraît Le Cœur des enfants léopards, livre qui fait son chemin à travers la masse de la production littéraire annuelle et glane au passage plusieurs prix littéraires. L’année suivante, il est traduit et publié en Allemagne, où il est unanimement salué par la critique. Simple et naturelle reconnaissance d’un nouveau talent littéraire ? Sans doute. Toutefois, derrière l’analogie de surface, il apparaît que la manière dont le roman s’est imposé dans le paysage littéraire des deux pays, de même que la façon dont il a été lu, ne sont pas les mêmes. Les instances de reconnaissance et de consécration, les cultures littéraires et les horizons d’attente diffèrent. L’étude de la double réception de ce livre permet donc de se faire une idée de la façon dont sont structurés les champs littéraires des deux pays et de mieux cerner ce qui prélude à la réception d’un auteur postcolonial des deux côtés de la frontière.

Spécificités nationales de la reconnaissance littéraire

2Le Cœur des enfants léopards raconte l’histoire d’un jeune homme noir qui, sous l’emprise de l’alcool après un chagrin d’amour, a tué un policier. Pendant sa garde-à-vue, il essaie de comprendre ce qui l’a mené là. Encore sous les effets de l’alcool, battu par les policiers qui l’ont arrêté, il est dans une sorte d’état second et sa mémoire se dérobe. La figure mystérieuse d’un ancêtre lui apparaît alors, lui reprochant de ne pas avoir été à la hauteur de ses origines. Peu à peu, des souvenirs lui reviennent, images mêlées de son amitié avec Drissa et Kamel dans la banlieue où il a grandi et surtout de Mireille, son premier amour. Se dessine alors peu à peu l’histoire de quatre jeunes « issus de l’immigration », quatre jeunes de milieu modeste, aux destins bien différents.

  • 1  Il n’est guère aisé de connaître avec précision les chiffres de vente d’un ouvrage, mais Édistat a (...)

3Le livre s’est vendu à environ 7 000 exemplaires en France et à peu près autant en Allemagne 1, un succès tout à fait honorable pour un premier roman. Lors de la sortie française, les échos dans les médias sont positifs mais plutôt rares. Le roman est chroniqué très brièvement dans le Matricule des anges et dans Africultures, il est l’objet de la très courte émission Un livre, un jour sur France 3 et l’auteur participe à l’émission Cosmopolitaine, sur France Inter. La réception dans les médias est donc relativement anecdotique et ne saurait expliquer à elle seule le succès du roman.

4En octobre 2007, Le Cœur des enfants léopards se voit décerner coup sur coup le prix Senghor de la création littéraire et le prix des Cinq Continents de l’Organisation internationale de la francophonie. En juin 2008, le roman reçoit également le prix du roman francophone d’Issy-les-Moulineaux. Par ailleurs, il est aussi présélectionné pour le prix du roman Ouest-France Étonnants voyageurs 2007 et pour le prix du livre RFO (Radio France Outre-mer) 2007.

5En France, l’institution des prix est une composante essentielle du système littéraire. Les plus importants, tels le Goncourt, le Renaudot ou le Médicis, garantissent à l’auteur des chiffres de vente très élevés. On constate que quatre des prix décernés à Wilfried N’Sondé sont explicitement « francophones ». Seule exception : le prix Ouest-France Étonnants voyageurs, son initiateur Michel Le Bris militant pour l’abolition de la frontière jugée infamante entre littérature française et littérature francophone. En mars 2007, un mois après la sortie du roman de N’Sondé et sa sélection pour ce prix, Michel Le Bris et 43 autres écrivains publient justement dans Le Monde le manifeste « Pour une littérature-monde en français » (Barbery et al., 2007). N’Sondé, fraîchement paré du statut d’auteur francophone, fait partie des signataires. S’il ne publie pas de texte dans l’ouvrage qui fait suite au manifeste (Le Bris et Rouaud, 2007), il est en revanche au sommaire de Je est un autre : pour une identité monde, livre qui vient de paraître chez Gallimard et qui veut prolonger les réflexions du premier ouvrage (Le Bris et Rouaud, 2010).

6Auréolé du prestige conféré par les prix littéraires reçus, Wilfried N’Sondé devient progressivement un acteur incontournable du paysage littéraire francophone, participant à de nombreux festivals et manifestations.

7En février 2010, il sort son deuxième roman, Le Silence des esprits. Celui-ci se vend plutôt bien et bénéficie cette fois de comptes-rendus dans Le Monde, L’Humanité ou Télérama. Mais au-delà de ce deuxième essai réussi, l’implantation de l’auteur dans le paysage littéraire est confirmée par sa visibilité de plus en plus forte.

8Ainsi, on le trouve également au sommaire de l’ouvrage Enfants de la balle. Nouvelles d’Afrique, nouvelles de foot, publié chez Lattès en mai 2010. Ce recueil de nouvelles prend pour prétexte la coupe du monde de football en Afrique du Sud pour rassembler les textes de onze auteurs qui sont « d’Afrique et du monde entier » (comme l’indique la quatrième de couverture). Wilfried N’Sondé est donc ici présenté d’abord comme un écrivain africain. L’auteur participe également à l’opération « le transsibérien des écrivains », un projet à l’initiative du ministère de la Culture dans le cadre de l’année France-Russie, projet dans lequel vingt écrivains français ou francophones traversent la Russie en train. Sur le site de Cultures France qui chronique l’événement, on peut lire : « ces écrivains ont été choisis en raison de leur représentativité de la société française d’aujourd’hui. » (Schibaeff, 2010). Cette fois, Wilfried N’Sondé apparaît comme un écrivain français. D’ailleurs, l’article précise qu’une « anthologie de la prose française contemporaine regroupant des textes de ces écrivains » sera également diffusée. Seul auteur d’origine africaine de la liste, N’Sondé fait office de garant de la « diversité » chère à la France quand elle vante la francophonie.

9Selon les contextes, l’auteur apparaît donc comme auteur africain ou français, témoin de la diversité. Les prix littéraires reçus témoignent en tout cas de son inscription dans le champ de la littérature francophone. On verra que cela n’est pas sans influencer le regard porté sur son œuvre.

10En Allemagne, la reconnaissance de Wilfried N’Sondé passe par d’autres relais. Das Herz der Leopardenkinder paraît en 2008 chez l’éditrice généraliste Antje Kunstmann. En tant que roman francophone, le livre est soutenu par le bureau du livre de l’ambassade de France qui organise une tournée dans plusieurs instituts français. Mais surtout, à sa sortie, le roman bénéficie du soutien de Hans-Christoph Buch qui lui consacre un article très élogieux dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung (Buch, 2008). Par la suite, toute la presse allemande semble s’enflammer pour le roman. Le Süddeutsche Zeitung, Die Zeit, le TAZ (Die Tageszeitung), Der Tagesspiegel, le Berliner Zeitung, Die Literarische Welt, le Welt Kompakt, Der Spiegel lui consacrent des articles. L’auteur est par ailleurs interviewé sur Deutschlandfunk, sur RBB (Rundfunk Berlin Brandenburg), sur WDR3 (Westdeutscher Rundfunk) et il est au programme de l’émission Metropolis sur Arte. Notons au passage que les traductions des romans d’Alain Mabanckou ou de Fatou Diome sont loin d’avoir obtenu une telle réception de la part de la critique.

  • 2  Selon N’Sondé, mai 2010. Contactée, l’éditrice n’a pas souhaité donner les raisons de son refus.

11Si cette lisibilité médiatique a permis au livre de bien se vendre, elle n’a cependant pas suffi à assurer la carrière de Wilfried N’Sondé en Allemagne : en effet, l’éditrice Antje Kunstmann a choisi de ne pas publier le deuxième livre de l’auteur, pensant que le public allemand n’adhèrerait pas à sa thématique (un ancien enfant-soldat ayant commis des atrocités, devenu sans papiers en France et qui est racheté par une histoire d’amour avec une femme plus âgée) 2.

12La thématique du Cœur des enfants léopards a donc joué un rôle important pour sa publication et il convient donc de s’intéresser de plus près à ce que retiennent les critiques des deux côtés de la frontière et à la manière dont l’œuvre entre en résonance avec des habitudes littéraires ancrées dans un contexte spécifique.

Roman africain, francophone ou de la migration ?

  • 3  Sur l’universalisme à la française, voir Cordonnier, 2005 : 39-50.

13En France, les études postcoloniales se sont développées assez tardivement (Moura, 1999 ; Bessière et Moura, 2001) et sont encore l’objet d’une certaine méfiance (voir par exemple Bayart, 2010). Il y a de multiples raisons à cela et il n’est pas possible de les développer toutes ici (voir Moura, 2007 : 98-103). Rappelons seulement que les postcolonial studies anglo-saxonnes sont les héritières des cultural studies, un mouvement qui n’a jamais pu s’enraciner en France, les études culturelles tendant à remettre en cause la distinction entre culture élitiste et culture populaire (Baetens, 2003 : 44). Par ailleurs, l’essentiel des études sur la littérature issue des pays anciennement colonisés se fait dans le cadre des études francophones. D’une certaine manière, on peut même dire que les comparatistes ont longtemps abandonné aux francophonistes le domaine de la recherche sur les thématiques postcoloniales. Par conséquent, peu d’études comparent le corpus anglophone au corpus francophone (ne parlons même pas du corpus lusophone ou néerlandophone). En outre, les outils mobilisés sont restés longtemps peu ou prou les mêmes que ceux utilisés pour la littérature française. En effet, la francophonie a une dimension politique qui s’appuie sur une vision « universaliste » de la langue française et l’accent est souvent mis sur le fait que les littératures francophones ont « la langue en partage », au risque de négliger l’importance du contexte énonciatif des œuvres 3.

14Mais si les littératures francophones ont « la langue en partage », cela ne signifie pas qu’elles jouissent du même statut que la littérature française. Elles occupent au contraire une position périphérique et un groupe d’auteurs s’est d’ailleurs récemment insurgé contre la ghettoïsation des écrivains « francophones » (Le Bris et Rouaud, 2007).

15Depuis la fin des années 1990, les apports des études postcoloniales ont toutefois commencé à être discutés et en partie intégrés aux études littéraires francophones (Moura, 1999, Bessière et Moura, 2001). L’importance particulière du contexte d’énonciation pour ces littératures est soulignée et des chercheurs commencent à travailler sur la logique du « système littéraire francophone », celui-ci englobant les œuvres en français produites par des auteurs non perçus comme français et qui, tout en ne relevant pas seulement du champ local, entretiennent des liens avec lui (Halen, 2001). À l’intérieur de ce système, on distingue des groupes différents : les « repentis » qui jouent la carte de l’assimilation et les « convertis » qui mettent en avant leur origine (ibid. : 60). Pour obtenir la reconnaissance institutionnelle, les auteurs ont le choix entre gommer toute différence pour s’assimiler ou cultiver la différence pour se démarquer.

  • 4  Cette collection, comme la collection « Continents noirs » de Gallimard, a souvent été critiquée d (...)

16Wilfried N’Sondé, écrivant en français, et étant né au Congo, est un écrivain francophone appartenant à la catégorie des « convertis » comme la plupart des auteurs postcoloniaux, et la reconnaissance qu’il peut espérer est liée à cette position. Comme beaucoup d’autres auteurs issus du monde postcolonial, il est publié dans une collection spécifique, dans son cas la collection « Lettres africaines » 4. Son éditeur, Bernard Magnier, conscient des effets de concurrence entre auteurs francophones, choisit de publier le roman en 2007 plutôt qu’en 2006, lors de la traditionnelle rentrée littéraire de septembre, parce qu’il sait que d’autres œuvres d’Africains francophones doivent paraître à ce moment-là (Mabanckou, 2007). Le roman s’inscrit bien dans la logique des romans de « convertis », rappelant le lien à une origine différente. L’Afrique est évoquée à travers la figure de l’Ancêtre, un personnage avec lequel le narrateur prend toutefois ses distances. Plutôt que l’image d’un Congolais en exil, le livre dessine celle d’un jeune homme « issu de l’immigration » qui, comme ses amis, cherche sa place et son identité dans la société française. L’auteur endosse ainsi le statut d’écrivain « de la banlieue » et du malaise identitaire et son roman le rattache à cette nouvelle génération qu’on a parfois appelée « Afrique sur Seine » (Cazenave, 2005) ou « black beur » (Djaout et Mbaye, 1992), et qui représente un sous-champ de la littérature francophone. Or, la littérature de l’immigration en France, qui a ses origines dans ce que l’on a appelé la littérature « beure » (Laronde, 1993), a longtemps été perçue comme une littérature de témoignage, intéressante par sa valeur sociologique, mais de moindre qualité littéraire (Bonn, 2003). Pour contrer ce préjugé, l’éditeur et les critiques font le choix de mettre en avant les qualités stylistiques du texte. Le rapport à la langue est d’ailleurs un enjeu essentiel des littératures francophones et l’on attend d’un roman francophone soit qu’il subvertisse la langue, soit qu’il l’illustre brillamment. Cela est d’autant plus important qu’en France une grande attention est accordée à la littérarité des œuvres. Ainsi, Boniface Mongo Mboussa inaugure sa note de lecture du Silence des esprits par ces mots : « Wilfried N’Sondé est d’abord musicien avant d’être romancier. Ce qui est une bonne nouvelle pour le lecteur » (Mongo-Mboussa, 2010). Le fait que l’auteur soit musicien est d’ailleurs systématiquement rappelé, que ce soit sur le site d’Actes Sud, sur la quatrième de couverture ou dans les articles publiés. Son style de musique, la manière dont il compose, ne sont toutefois pas abordés : seule semble compter l’idée qu’en tant que musicien, son écriture est forcément de qualité supérieure. Cette insistance a sans doute pour but de souligner que les textes de N’Sondé ne sont pas seulement des témoignages sur les conditions de vie des immigrés mais avant tout des œuvres littéraires.

17En Allemagne, la vision de la littérature n’est pas si élitaire et la langue est moins sacralisée, ce qui explique aussi que les cultural studies (Kulturwissenschaften) se soient aussi bien implantées. Dans cette perspective, les œuvres ne sont plus qu’un moyen parmi d’autres de mieux comprendre une culture ou une société : leur dimension littéraire disparaît derrière la dimension culturelle ou politique. Ainsi, les critiques saluent parfois les qualités stylistiques du roman de N’Sondé, mais insistent d’abord sur sa valeur de témoignage, le rattachant ainsi à ce que l’on a appelé « Betroffenheitsliteratur » (Biondi et Schami, 1981), la littérature « de ceux qui sont concernés ».

18L’article de Hans-Christoph Buch sur l’ouvrage de N’Sondé est particulièrement intéressant pour comprendre la manière dont un roman écrit par un auteur d’origine africaine peut être perçu en Allemagne et comment il peut être « vendu ». Il est intitulé Licht im Herzen der Finsternis, littéralement « Lumière au cœur des ténèbres », une allusion directe au roman de Joseph Conrad, Heart of Darkness. Dans le paysage littéraire allemand, l’Afrique est en effet encore bien souvent perçue comme un continent sombre, à la fois mystérieux et inquiétant.

19Au début des années 1980, Janos Riesz expliquait déjà le malentendu régnant entre la littérature africaine et le public allemand. Selon lui, les textes africains sont souvent assimilés à des témoignages ethnographiques. La dimension littéraire et créative resterait souvent négligée et la promotion des œuvres africaines souvent assimilée à une entreprise d’aide au développement (Riesz, 1984). L’analyse date un peu, mais il semble que la situation n’ait guère changé.

20En 2000, lorsque le roman de Kourouma, En attendant le vote des bêtes sauvages, est traduit en allemand, l’écrivain Uwe Timm (2000) s’indigne du peu de réception de l’ouvrage : « Qu’est-ce qui explique qu’un tel roman passe inaperçu ? La réponse est simple : l’auteur est africain. Le roman se passe en Afrique, parle de l’Afrique. »

21En Allemagne, si les romans d’auteurs africains sont peu lus, il existe en revanche une littérature sur l’Afrique relativement abondante. Elle est souvent l’œuvre d’Allemand(e)s ayant vécu en Afrique et en dressant un tableau exotisant où « l’Afrique est plus qu’un enfer terrestre » (Alem, 2005). On peut citer les exemples de Stefanie Zweig ou de Corinne Hoffmann. Par ailleurs, Kodjo Attikpoye (2003) a montré que la représentation des Africains dans la littérature de jeunesse germanophone abonde en clichés souvent racistes, l’Afrique étant essentiellement présentée comme une terre de dangers. L’horizon d’attente des lecteurs allemands serait donc marqué par des représentations exotiques et caricaturales de l’Afrique qui empêcheraient d’accéder aux œuvres littéraires africaines. Selon Janos Riesz (2006 : 162-174), l’Allemagne aurait manqué à plusieurs reprises sa chance d’accéder à un réel dialogue avec la littérature africaine. Il existe certes des éditeurs courageux qui continuent à publier des auteurs africains, des journaux ou des associations qui en parlent, mais il faut reconnaître que la littérature africaine se vend mal.

22En revanche, ce que l’on appelle la littérature de la migration ou littérature des migrants (Migrantenliteratur) et qui regroupe des auteurs issus notamment des pays de l’Est, de la Grèce, de l’Italie ou de la Turquie s’exprimant en allemand, commence à s’imposer dans le paysage littéraire. Et il apparaît donc plus facile de rattacher le roman de N’Sondé à ce type de littérature. En même temps, comme pour la littérature beure en France, on attend souvent d’elle que la littérature de la migration témoigne avant tout des conditions de vie des immigrés (Amodeo, 2009).

23Hans-Christoph Buch, qui est bien conscient de ces phénomènes, note ainsi que « comme beaucoup d’autres enfants de migrants, Wilfried N’Sondé ne vient pas des quartiers pauvres, des slums, mais d’une famille de lettrés » (Buch, 2008). Il va même jusqu’à modifier la réalité pour être plus percutant. Ainsi, il affirme que le père de Wilfried N’Sondé a fui les persécutions d’un régime militaire, alors que l’auteur affirme ailleurs que ses parents n’étaient pas des réfugiés mais ont bénéficié d’une bourse d’artiste (Vogel, 2008). Buch dit de l’auteur qu’il « gagnait difficilement sa vie en tant que déménageur, chanteur de rap et travailleur social », alors que si Wilfried N’Sondé est bien travailleur social, il n’a en revanche jamais été déménageur. Et s’il est musicien, c’est dans un groupe d’afro-punk et de chanson, bien loin du rap. L’idée d’une écriture marquée par le rythme du rap ou du slam a d’ailleurs été souvent reprise dans la presse (Haibach, 2008 ; Grosse, 2009 : 34). Un noir qui vient de la banlieue et fait de la musique serait-il forcément un rappeur ? On pourrait attribuer les inexactitudes de l’article à une mauvaise information du journaliste, mais Buch et N’Sondé se connaissent et l’auteur affirme que les distorsions étaient délibérées (N’Sondé, mai 2010). Pour le critique, il s’agirait en fait de construire l’image d’un écrivain qui serait aussi un migrant typique – fils de réfugié politique, rappeur survivant au moyen de petits boulots. À la fin de l’article, Buch fait mine de reléguer la thématique sociale au second rang, affirmant même que lire le roman de N’Sondé comme l’expression littéraire des émeutes de 2005 relèverait du malentendu. Il vante alors l’écriture musicale de l’auteur et « l’assurance de son style » (Buch, 2008). Mais le long détour effectué auparavant par les thèmes du roman et la personnalité de l’auteur est aussi une manière de convaincre le lectorat allemand en usant d’arguments auxquels il est peut-être plus habitué.

24Si l’on considère les autres articles publiés, on constate que l’auteur est presque systématiquement présenté comme le porte-parole d’une nouvelle littérature de la banlieue. Le lien aux émeutes urbaines de 2005 est également fréquent, comme en témoignent l’article dans Weltkompakt intitulé « Pariser Vorstadtsymphonie » (Symphonie de la banlieue parisienne) ou le site Internet de Deutschlandfunk sur lequel l’interview de N’Sondé est publiée sous le titre « Ein Leben in der Bannmeile » (Une vie en banlieue) et illustrée d’une photo des émeutes de 2005.

25Das Herz der Leoparden Kinder doit donc son succès allemand à des médias qui le présentent comme la voix des banlieues françaises. Une voix dont les qualités littéraires sont parfois soulignées, mais qui laisserait plutôt transparaître les influences du rap. Les clichés ne sont donc pas absents. Le succès du roman témoigne cependant d’une ouverture du champ littéraire allemand à des textes d’origine africaine. La littérature des migrants s’ouvre donc à son versant plus spécifiquement postcolonial.

26Ainsi, la réception du Cœur des enfants léopards en France et en Allemagne diffère en fonction des habitudes de lecture qui dominent dans les deux pays.

27En France, le cadre de la littérature francophone prédétermine les modalités d’une reconnaissance qui passe par des prix littéraires spécifiques, des manifestations particulières. N’Sondé doit d’abord se positionner par rapport à d’autres auteurs francophones, s’il veut par la suite viser une reconnaissance par le centre. Pour cette raison, son éditeur a tout intérêt à mettre également en valeur des qualités qui ne sont pas présupposées aux littératures francophones. Il s’agit de s’imposer dans le cadre francophone, tout en posant les jalons pour une éventuelle reconnaissance française.

28En Allemagne, le roman se rattache plus aisément à la littérature de la migration, une littérature qui a beaucoup gagné en visibilité et en reconnaissance ces dernières années. L’intérêt documentaire et sociologique du roman est mis en avant. Les émeutes de 2005 en France ont marqué l’opinion publique allemande à un moment où l’on s’interrogeait justement sur l’intégration des immigrés. Le roman de N’Sondé est ainsi présenté comme une clé pour mieux comprendre le phénomène de la « crise des banlieues ».

29Étant donné les différences et la complémentarité entre ces deux réceptions, l’intérêt d’une approche croisée semble démontré. Elle permet de mettre en valeur les dimensions translinguistique et culturelle des problématiques postcoloniales. En France, il y aurait un grand intérêt à comparer les écrits d’auteurs comme Wilfried N’Sondé avec ceux d’autres migrants européens (et non seulement francophones). En Allemagne, la dimension esthétique et créative des œuvres d’auteurs de la migration pourrait être davantage explorée. Les études postcoloniales se trouveraient enrichies des apports de deux traditions littéraires et universitaires contrastées.

Haut de page

Bibliographie

Alem, Richard (2005) : « Zoos humains et fantasmes populaires en Allemagne », Africultures, http://www.africultures.com.

Amodeo, Immacolata (2009) : « Betroffenheit und Rhizom, Literatur und Literaturwissenschaft », Dossier Migrationsliteratur – Eine neue deutsche Literatur, http://www.migration-boell.de/web/integration/47_2014.asp.

Attikpoe, Kodjo (2003) : Von der Stereotypisierung zur Wahrnehmung des ‘Anderen’– La représentation des Africains dans la nouvelle littérature de jeunesse germanophone. Francfort/Main (Peter Lang).

Batens, Jan (2003) : « Les “études culturelles”, encore une exception française ? », in : Lieven D’Hulst et Jean-Marc Moura, dir. : Les Études littéraires francophones : état des lieux. Lille (Éditions du Conseil Scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle), p. 39-47.

Barbery, Muriel et al. (2007) : « Manifeste pour une littérature-monde en français », Le Monde, 16 mars.

Bayart, Jean-François (2010) : Les Études postcoloniales, un carnaval académique. Paris (Karthala).

Bessière, Jean et Jean-Marc Moura, dir. (2001) : Littératures postcoloniales et francophonie. Conférences du séminaire de Littérature comparée de l’Université de la Sorbonne Nouvelle. Paris (Honoré Champion).

Beuve-Méry, Alain (2010) : « Continents noirs : sas ou ghetto », Le Monde, 15 avril.

Biondi, Franco et Rafik Schami (1981) : « Literatur der Betroffenheit : Bemerkungen zur Gastarbeiterliteratur », in : Zu Hause in der Fremde : ein bundesdeutsches Ausländer-Lesebuch. Fischerhude (Atelier im Bauernhof).

Bonn, Charles (2003) : « Scénographie postcoloniale et “définition forte de la place d’énonciation” dans le roman maghrébin », in : D’Hulst, Lieven et Jean-Marc Moura, dir. : Les Études littéraires francophones : état des lieux. Lille (Éditions du Conseil Scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle), p. 127-140.

Buch, Hans-Christoph (2008) : « Licht im Herzen der Finsternis », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 4 septembre.

Cazenave, Odile (2005) : Afrique sur Seine. A new generation of African Writers. Oxford (Lexington Books).

Cordonnier, Noël (2005) : « Les universalités “ à la française ”. Une typologie, des effets et un contre-feu », in : Bridel, Yves, Beïda Chikhi, François-Xavier Cuche et Marc Quaghebeur, dir. : L’Europe et les francophonies. Langue, littérature, histoire, image. Berne (Peter Lang), p. 39-50.

Djaout, Tahar et Fatou Mbaye (1992) : « Black “ Beur ” writing (une écriture au ‘beur’ noir) », Research in African Literature, 23.2, p. 216-221.

Göcmener, Bettina (2008) : « Trost spenden nur die Ahnen », Die Literarische Welt, 6 septembre.

Grefe, Christiane (2008) : « Immer und überall fremd », Die Zeit, 23 octobre.

Grosse, Brigitte (2009) : « Dieses Buch genügt », Literatur Magazin, 100, printemps, p. 34.

Haibach, Philipp (2008) : « Pariser Vorstadtsymphonie », Weltkompakt, 11 septembre.

Halen, Pierre (2001) : « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », Littératures et sociétés africaines : regards comparatistes et perspectives interculturelles. Mélanges offerts à Jànos Riesz à l’occasion de son soixantième anniversaire. Tübingen (Gunter Narr), p. 55-67.

Laronde, Michel (1993) : Autour du roman beur : immigration et identité. Paris (L’Harmattan).

Le Bris, Michel et Jean Rouaud, dir. (2007) : Pour une littérature monde. Paris (Gallimard).

--- (2010) : Je est un autre. Pour une identité-monde. Paris (Gallimard).

Mabanckou, Alain (2007) : « Rentrée littéraire de janvier 2007 », http://www.congopage.com/Rentree-litteraire-de-janvier-2007.

Manonni, Franck (2007) : « Le cœur des enfants léopards », Le Matricule des anges, 83, p. 25.

Mongo-Mboussa, Boniface (2010) : « Wilfried N’Sondé, Le silence des esprits. Note de lecture », Cultures Sud, http://www.culturessud.com/contenu.php ?id =172.

Moura, Jean-Marc (1999) : Littératures francophones et théorie postcoloniale. Paris (PUF).

--- (2007) : « Le postcolonial dans les études littéraires en France », in : Smouts, Marie-Claude, dir. : La Situation postcoloniale. Les postcolonial Studies dans le débat français. Paris (Presses de la fondation nationale des sciences politiques), p. 98-119.

N’Sondé, Wilfried (2007) : Le Cœur des enfants léopards. Paris (Actes Sud).

--- (2010) : Le Silence des esprits. Paris (Actes Sud).

--- (2010) : entretien avec Myriam Louviot (inédit), 12 mai.

Schibaeff, Nicolas (2010) : « Transsibérien des écrivains “ Blaise Cendrars ” », Cultures France, mai, http://www.culturesfrance.com.

Tervonen, Taina (2007) : « Le souffle du léopard », Africultures, 15 novembre, http://www.africultures.com.

Timm, Uwe (2000) : « Eine Reise in das Innere Afrikas. Ahmadou Kouroumas Roman “ Die Nächte des großen Jägers ” », Die Zeit, 15 juin, http://www.zeit.de.

Riesz, Janos (1984) : « Schwarze Klassiker. Die Afrikanische Literatur auf dem langen Weg durch die Institutionen », Die Zeit, 47, 16 novembre.

--- (2006) : « Die ‘unterbrochene Lektion’. Deutsche Schwierigkeiten im Umgang mit afrikanischer Literatur », in : Arndt, Susan, dir. : AfrikaBilder. Studien zu Rassismus in Deutschland. Münster (Unrast Verlag), p. 162-174.

Ripken, Peter (2009) : « Peter Ripken über Glanz und Elend der Frankophonie », Literatur Nachrichten, n°100, p. 30.

Rousseau, Christine (2010) : « Wilfried N’Sondé : de l’afro-punk à l’écriture », Le Monde, 16 avril.

Sielaff, Volker (2008) : « Unglück ist ansteckend. », Der Tagesspiegel, 1er octobre.

Steinmetz, Muriel (2010) : « L’art de sortir un sans-papiers de l’anonymat », L’Humanité, 18 mars.

Vogel, Sabine (2008) : « Der Werther der Banlieue », Berliner Zeitung, 24 septembre.

Voigt, Claudia (2010) : « Poetisches Delirium », Kultur Spiegel, octobre.

Vormweg, Christoph (2008) : « Ein Leben in der Bannmeile », Deutschland Funk, 31 octobre, http://www.dradio.de/dlf/sendungen/buechermarkt/868968/.

Waberi, Abdourahman, dir. (2010) : Enfants de la balle. Nouvelles d’Afrique, nouvelles de foot. Paris (Lattès).

Haut de page

Notes

1  Il n’est guère aisé de connaître avec précision les chiffres de vente d’un ouvrage, mais Édistat annonce un peu plus de 3 000 exemplaires vendus (www.edistat.com), sachant que le site ne prend pas en compte les ventes par correspondance, ni les ventes à l’étranger. L’auteur, lui, parle de 7 à 8 000 exemplaires vendus. Pour l’Allemagne, l’éditrice affirme avoir vendu 5 000 exemplaires en édition hardcover, le livre ayant été ensuite réédité en poche. Selon l’auteur, les ventes au mois de mai 2010 étaient comparables dans les deux pays.

2  Selon N’Sondé, mai 2010. Contactée, l’éditrice n’a pas souhaité donner les raisons de son refus.

3  Sur l’universalisme à la française, voir Cordonnier, 2005 : 39-50.

4  Cette collection, comme la collection « Continents noirs » de Gallimard, a souvent été critiquée dans la mesure où elle participerait d’une certaine ghettoïsation des littératures africaines (Beuve-Méry, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Louviot, « Parcours d’un roman postcolonial francophone en France et en Allemagne : Le Cœur des enfants léopards, de Wilfried N’Sondé », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/589

Haut de page

Auteur

Myriam Louviot

Doctorante en littérature comparée, Université de Strasbourg, myriamlouviot@yahoo.fr

Haut de page