Navigation – Plan du site
Compte rendu du séminaire franco-allemand des jeunes chercheurs du CIERA

Conflits et conflictualités

Compte rendu du séminaire franco-allemand de jeunes chercheurs au Moulin d’Andé, 7 – 11 septembre 2010

Texte intégral

Conflits de proximité

1Le premier panel du séminaire s’est articulé autour du conflit de proximité. Ouvert par une introduction consacrée aux liens entre voisinage et violence, il a apporté deux illustrations à travers deux études de cas : à l’échelle d’une institution culturelle franco-allemande d’abord, puis au sein d’une communauté sociale particulière.

2La communication de Ulrich Bielefeld, intitulée « Proximité et violence », envisage le voisinage comme champ d’émergence du conflit, au sens où le voisinage s’est progressivement transformé, en perdant sa fonction intégrative traditionnelle – économique, politique – et en se réduisant au simple « côte-à-côte ». La constitution de frontières et de délimitations vise à protéger l’espace privé de l’espace public, dans la mesure où l’expérience de voisinage se fonde sur la notion de degré relatif de distance ou Halbdistanz. Cette notion de degré relatif de distance permet à la fois de protéger la sphère privée mais matérialise aussi le seuil, qui, une fois franchi, peut déclencher la violence.

3La contribution d’Aline Hartemann envisage les relations franco-allemandes au sein de la chaîne culturelle ARTE sous l’angle de la conflictualité. En postulant que les divergences nationales et culturelles trouvent leur transposition dans les dissensions professionnelles franco-allemandes, elle met en évidence les problèmes de structure, de coopération et de régulation au sein de la chaîne culturelle qu’elle identifie comme la résultante d’un conflit franco-allemand.

4A l’échelle de plusieurs familles brésiliennes, Marina Rougeon Santi, dessine quant à elle une ethnographie des conflits entre femmes à Goiàs et souligne la place centrale du corps. La réflexion montre qu’au Brésil, les cloisons entre intime et public, entre visible et invisible sont beaucoup plus poreuses et tendent à recomposer les modalités et modes d’expression du conflit.

5Les différentes contributions ont ainsi orienté la discussion plénière sur l’espace de production du conflit, sur les réceptacles de conflits d’origine externe, sur l’espace intermédiaire entre privé et public et sur la nécessité de dépasser l’opposition binaire entre conflit et harmonie. La gradation des degrés de violence, mais encore les différentes phases qui peuvent rythmer un conflit invitent à l’envisager dans sa complexité : s’il crée l’opposition, le conflit fabrique aussi du lien, et la notion recouvre une véritable dynamique, bien loin du cliché qui réduit le conflit à une situation bloquée, monolithique et statique. Dans cette perspective, la complexité du conflit peut surgir d’une superposition de différentes lignes conflictuelles ou encore de leurs asymétries spatio-temporelles. Enfin, le cas des conflits irrésolus et insolvables pose la question de l’exportation, des migrations et des mutations du conflit.

6A l’issue de cette discussion, il apparaît opportun de développer la notion de proximité. La tendance à la catégorisation formelle au sein de la sociologie, en tant que discipline, ne rend pas compte de ce que l’on peut constater à partir des exemples de terrain. Comment définir la proximité ?

7En effet, il semble que c’est le contexte qui définit la nature des rapports conflictuels. Ainsi, la perception du degré de proximité, au-delà duquel le conflit s’enclenche, apparaît comme relative. La proximité nous apparaît comme une notion subjective et relative : elle est à la fois définie en commun par le groupe en tant que distance socialement acceptable et souhaitable et simultanément par chacune des parties, individuellement, comme distance minimale et supportable. Le conflit semble surgir d’une proximité ressentie comme excessive et suivre un schéma dispersif : la manifestation visible du conflit n’indique pas forcément l’endroit où il se situe, ni sa source. La proximité est en elle-même un réservoir de conflit : elle peut être source, catalysateur du conflit ou encore à l’inverse un moyen de le résoudre.

8Notons que même à l’échelle individuelle, la notion de distance change en fonction de la perception du contexte. Le conflit n’existe pas en soi mais est une construction sociale. Il surgit de la superposition des subjectivités qui prennent une direction hostile.

9De fait, la résolution du conflit est d’autant plus difficile que les divergences de perception entre les protagonistes sont importantes. Ce qui est vécu par l’un des camps comme un conflit, ne l’est pas forcément pour l’autre. Et inversement, la résolution d’une ligne conflictuelle par les deux parties, ne signifie pas son règlement définitif et global. La possibilité de résolution du conflit est donc liée à l’aptitude des protagonistes à repérer et à catégoriser des lignes de conflits homogènes et communes, en admettant que la charge conflictuelle d’un objet n’est pas nécessairement la même pour les parties concernées.

10Enfin, les catégorisations binaires, trop étanches et formelles, apparaissent peu opérantes pour penser le conflit. L’exemple d’une polarité franco-allemande comme paradigme unique pour penser la multiplicité des points de frictions et clivages susceptibles de survenir peut s’avérer contre-productif dans la mesure où il lisse toute la complexité et les enjeux multiples du conflit.

Le conflit intérieur

11Le panel dont nous avons réalisé la synthèse pose une question des plus fondamentales, à savoir : « Qu’est ce qu’un conflit intérieur ? ». Cette question a été abordée par trois intervenants qui se sont proposé de discuter cette problématique, chacun selon des angles d’approche différents. Eva Horn, professeure à l’université de Vienne, a abordé dans sa communication « Den Feind erkennen, die epistemologischen Grundlagen von Konflikten » la question d’un point de vue principalement théorique. Le textes de Sebastian Wessels (« Konformität und Autonomie als widersprüchliche Ideale im Denken und Handeln »), commenté par Ilan Lew et celui de Maren Richter (« Terrorismus und moderner Personenschutz 1970 bis 1998, in der Bundesrepublik Deutschland : leben mit der Bedrohung als persönliche Konfliktlage ? »), commenté par Dominik Rigoll ont, pour leur part, offert deux exemples concrets de conflits intérieurs. Le premier se situant au niveau individuel, l’autre au niveau étatique. Ces différentes perceptions et définitions du conflit intérieur nous ont amenés à admettre, au terme de ce panel, que la notion même de conflit intérieur est diffuse tant les objets d’analyse auxquels il est fait référence n’ont pas les mêmes échelles. Le conflit intérieur se révèle par conséquent difficile à appréhender à un niveau théorique et transdisciplinaire, puisque éminemment attaché au contexte pratique dans lequel il est convoqué.

12Dans la suite de cette synthèse nous allons revenir de façon linéaire sur les trois exposés discutés en commençant par celui d’Eva Horn.

13La chercheuse en études littéraires s’est intéressée dans son travail aux conflits politiques et militaires d’un point de vue théorique, partant du questionnement suivant : comment reconnaît-on, et a fortiori, comment modélise-t-on des conflits ? Le point de départ de sa réflexion réside dans la critique de termes militaires qui sont à l’origine du vocabulaire et de la recherche sur les conflits, la polémologie. L’étude de la modélisation de l’ennemi et du conflit à travers les définitions qui sont produites à leur sujet permet à Eva Horn de produire une analyse critique de certains aspects du pays dont ces discours émanent, et notamment de ses postulats idéologiques. Pour sa communication, elle s’est principalement appuyée sur l’étude des sources ouvertes des services secrets américains, éclairant en l’occurrence presque exclusivement la situation des États-Unis. Eva Horn nous introduit dans l’analyse des connotations des doctrines de sécurité en procédant à l’explicitation de trois termes centraux : celui de « défense » (die Abwehr), de « sécurité » (die Sicherheit) et « d’ennemi », (der Feind) qui traduisent, chacun, un niveau de perception et d’adaptation différent vis-à-vis du danger considéré. Au-delà de la dimension épistémologique, la mesure de l’écart temporel entre la transformation réelle des conditions des conflits et leur traduction dans la formulation des doctrines de sécurité constitue une dimension supplémentaire du travail d’Eva Horn. La mise en évidence de ce décalage entre les faits et leur conceptualisation permet de mieux saisir la réactivité du pays considéré. En outre, Eva Horn introduit dans son interprétation du terme de « défense » un parallèle avec le fonctionnement de notre propre système immunitaire. Cette analyse amène Eva Horn à adopter, in fine, une vision quelque peu organiciste du corps social. Cependant, à ce niveau, la métaphore biologique invoquée par Eva Horn dénote une moralisation du rapport intérieur versus extérieur en postulant l’intérieur comme point de référence ce qui rejoint, dans une certaine mesure, l’analyse de Sebastian Wessels.

14Le travail de Sebastian Wessels « Autonomie et conformité » s’inscrit dans la lignée des spécialistes de psychologie sociale. Plus largement, ce sont aussi les réflexions liées à la recherche sur les coupables, dite Täterforschung, qui influencent profondément Wessels. En d’autres termes, la réflexion de Wessels est sous tendue par deux questions fondamentales : Quelles dispositions sont à la base de nos décisions ? Comment les cadres environnementaux déterminent-ils nos décisions et nos actions ?

15Le but de la recherche de Wessels est de montrer que l’on agit toujours dans des cadres, appelés groupes de référence. Et, contrairement à nos idées préconçues en la matière, ce sont ces différents cadres qui déterminent notre capacité d´action, minorant dans des proportions variables notre autonomie. Tandis que Norbert Elias voit une différence entre l’individu et la société, Wessels cherche à dépasser la contradiction eliassienne en montrant que l’individu est situé dans la société, dans un jeu d’influences réciproques.

16Dans les interviews qu’il a menées, Wessels constate que l’autonomie possède une certaine valeur intrinsèque ; c’est-à-dire qu’elle est prise en tant que notion positive. Aussi, les individus ne prennent-ils pas leurs décisions en fonction du choix tel quel, mais en vertu de l’idée selon laquelle le plus important est de réaliser un choix autonome. C’est justement cette dernière valeur qui détermine le choix indépendamment de son contenu et de ses implications.

17Ilan Lew, son commentateur, considère que Wessels effectue trop directement le lien entre autonomie, système capitaliste et société démocratique et qu’il oublie peut-être de distinguer précisément entre autonomie et liberté. Cette critique est suivie d´une invitation à dépasser la psychologie sociale pour se diriger vers une sociologie des subjectivités. Ilan Lew suggère de tenir compte de l’apport que pourrait constituer l’étude sociologique approfondie de « l’environnement social » dans lequel se trouve le sujet.

18La question de l’environnement social est justement le point de départ de la recherche de Maren Richter. Cette dernière comble pour sa part une lacune historiographique en s´intéressant à la question de la protection rapprochée. Son travail est d’abord guidé par deux interrogations : Quelle est l’incidence de la protection rapprochée sur les personnes « protégées » d’une part et quel est l’impact de la position de cible sur la prise de décision des hommes politiques d’autre part ?

19Maren Richter montre que c’est le terrorisme, en tant que phénomène nouveau, qui a obligé l’État à développer le système de la protection rapprochée. D’après Richter, cette question ne s’était encore jamais posée de manière si prégnante à l’échelle de l’État avant l’apparition de la R.A.F. L’État fédéral en est ainsi venu à devoir mettre en place des dispositifs extra-ordinaires pour des politiciens et des acteurs centraux de l’économie du pays. Deux questions se sont alors posées au niveau de l’État : « Qui est menacé ? » et « Qui a besoin d’être protégé ? ». Cependant, comme l’a souligné le commentateur Dominik Rigoll, en appréhendant les choses de la sorte c’est omettre d’établir une relation entre sécurité et liberté, comme si la sécurité était la seule valeur qui comptait…

20En conclusion, l´analyse du conflit intérieur dans les contributions de Sebastian Wessels et Maren Richter offrait un prolongement efficace de la réflexion théorique développée par Eva Horn, d’après qui, le conflit pouvait être perçu selon trois niveaux : individuel, collectif et global.

21A ce stade de la réflexion, nous regrettons que les interventions et les discussions qui en ont résulté ne se soient pas davantage orientées vers la question de la marge ; de cette zone floue, mouvante et poreuse qu’est la frontière entre l’intérieur et l’extérieur. A nos yeux, cette question est inhérente à celle du conflit intérieur. Sa meilleure prise en compte aurait certainement ouvert de nouvelles voies à l’approfondissement de la réflexion sur le conflit intérieur.

Conflits sociaux et controverses

22La thématique de la session concernait les conflits sociaux et les controverses. On regrettera en revanche l’absence de contributions sur le thème des controverses. Les textes comme les débats n’abordaient parfois ces questions que de manière périphérique.

23Le fil conducteur de l’exposé introductif « Les échelles politiques de la conflictualité », présenté par Olivier Giraud, était « Le conflit n’est rien, son inscription sociale est tout ». Le conflit peut retentir en dehors de la sphère dont il émerge (familiale, locale, nationale) ; une autorité extérieure peut changer l’échelle du conflit.

24Le conflit, dans la perspective d’Hannah Arendt, est l’essence du politique, la base de la vie collective. Le système politique a su utiliser les grands clivages sociaux. A partir des années 1960, la sociologie met au cœur de sa réflexion les conflits sociaux. Cette thématique s’estompe à partir des années 1980/1990 au profit de celle de gouvernance et de consensus. Les clivages sociaux en recomposition trouvent d’autres inscriptions et s’expriment à travers d’autres formes de mobilisation.

25Le cycle de l’action publique suit lui-même trois étapes avec différentes échelles (construction des problèmes publics, décision politique, mise en œuvre).

26Dans son papier sur « La résolution fantasmagorique du conflit. Penser le conflit avec Walter Benjamin », Marc Berdet a proposé une définition du concept de fantasmagorie comme étant « la résolution imaginaire d’un conflit réel qui oppose plusieurs classes sociales ». La fantasmagorie présuppose un conflit nié, refoulé. Ainsi l’intérieur bourgeois au XIXe siècle masque la violence des rapports de classe qui se jouent à l’extérieur : la fantasmagorie pourrait être perçue comme un inconscient collectif partagé. Or, le chercheur n’est pas dans une position prométhéenne mais devrait analyser les fantasmagories telles qu’elles sont, en cherchant, à la manière d’un psychanalyste, à décrypter les signes qui échappent à l’émetteur.

27Le commentaire du texte de Deniz Günce Demirhisar, « De quelques conflits sociaux en Turquie, au prisme de leurs représentations artistiques et culturelles », permettait de lire le conflit comme un rapport structurant de la société. L’auteur se propose de compléter la conception tourainienne du conflit en l’étudiant au travers de représentations artistiques des mouvements contestataires turcs (cinéma, roman). Dans ces œuvres fictionnelles, les anciens militants mettent en scène leurs propres expériences contestataires des années 1960-1970. L’auteur place au cœur de la problématique cette reconstruction mythifiée de leur contestation et sa réception auprès des différentes générations de militants. Les perspectives de l’étude croiseront l’aspect mémoriel du conflit social, son rapport à la modernisation de l’État turc, les minorités et les nouvelles formes de mobilisation en Turquie.

28Laure Gravier a montré dans son papier « De la contestation sociale à la guerre ouverte contre l’État : les rapports conflictuels de la Rote Armee Fraktion et du mouvement contestataire étudiant » que les mouvements contestataires en Allemagne dans les années 1960 sont plus complexes qu’on ne se l’est représenté outre-Rhin. La question du recours à l’action violente opère des lignes de rupture à l’intérieur du mouvement étudiant. Ces lignes de fracture viennent se superposer à d’autres, sociales, théoriques et générationnelles. Dans les mouvements étudiants, les conflits extérieurs au mouvement sont internalisés et provoquent ainsi des dissensions. On pourrait alors se demander si le recours à la violence agit comme une dénaturalisation d’un conflit d’idées ou si la violence est potentiellement inhérente à toute action politique de l’époque.

29La session a donc été jalonnée de communications aux problématiques très hétérogènes. Les pistes suggérées par la communication préliminaire d’Olivier Giraud n’ont pas toujours trouvé d’écho dans les débats de la session.

30Elle a soulevé plusieurs questions.

31Parmi les problématiques qui n’ont pas assez émergé au cours de la session, on peut tout d’abord peut pointer la question des échelles et leur répercussion sur les contextes et les grilles d’analyse (malgré le cadrage théorique proposé en introduction).

32Par ailleurs, penser les conflits sociaux semble nécessiter de prendre en compte la pluralité des appartenances des acteurs (genre, origine, etc.). Elles ont des répercussions sur les formes d’expression politique. Pour pouvoir aborder des réalités transnationales, il semble nécessaire de transgresser certains paradigmes interprétatifs encore fortement présents dans le champ scientifique. Qu’ils soient de caractère nationalocentré, eurocentré ou hétérocentré, leur dépassement implique une réflexion sur la position du chercheur et sur la construction des objets de recherche.

33Enfin, peut-être aurait-il été profitable de discuter les catégories du conflit. Une réflexion sémantique plus poussée aurait pu enrichir les discussions. Nommer le conflit induit un travail sur les imaginaires liés aux conflictualités (terrorisme/résistant : frontière ténue). Un socle commun n’aurait-t-il pas pu être dégagé ?

34La dialectique du conflit et du transfert a été peu abordée. La fabrique sociale de l’altérité présente au sein de chaque étude aurait pu être lue au travers du concept des interpénétrations développé par la sociologue Nilüfer Göle.

Conflits entre États

35Les représentations et la mémoire de conflits armés, qu’elles soient individuelles ou collectives, peuvent servir de fil conducteur à cette session qui devait être consacrée aux conflits entre États. Les interventions ont concerné des conflits “post-conflits”, qui se situent en période de transition ou de formation de nouveaux ordres politiques.

36Dans sa contribution intitulée « Umstrittene Vergangenheit: Politik und Erinnerung in Ruanda nach dem Völkermord », Anne Brandstetter traite des modes d’appropriation politique et citoyenne au Rwanda du génocide de 1994. La distinction entre le point de vue du gouvernement « autocratique » et de sa population est très importante. Bien qu’un large consensus règne sur la nécessité de commémorer les victimes, il existe de profondes divergences sur les formes que ces commémorations doivet prendre. Les divergences ne peuvent s’exprimer ouvertement et cette impossibilité trouve son expression dans l’existence de camps de rééducation, « camps de solidarité ». La politique de commémoration du gouvernement rwandais est fortement inspirée de celle d’autres pays, notamment l’Allemagne, Israël et l’Afrique du Sud. Il semble que les autorités rwandaises souhaiteraient cumuler les pratiques des différents pays de manière très condensée dans le temps, donnant à cette forme de commémoration un aspect international.

37La discussion a, entre autres, posé la question du contrôle des discours et de la sécurité intérieure liée à la politique de mémoire.

38Dans son travail de thèse sur les procès contre les nazis entrepris en Allemagne dans le sillage de Nuremberg en zone d’occupation française Daniel Bonnard présente ici le cas très symbolique du sidérurgique Röchling. Son texte met en avant le fait que les conditions d’un tel procès réalisé par des Français en Allemagne sont fortement dépendantes d’une réflexion sur la légitimité de se trouver en territoire voisin. De plus, la grande nouveauté des chefs d’accusation – tel que celui de « crime contre la paix » – poussera le Ministère public chargé des jugements à prendre des décisions analogues à celles que le Tribunal de Nuremberg venait tout juste de prononcer. La discussion qui s’en est suivie a soulevé la question du nombre très important de procès menés en zone d’occupation française, à la différence de ce que l’on peut observer dans les autres zones d’occupation.

39Sebastian Gross a travaillé à partir d’enregistrements de conversations entre soldats allemands en situation de captivité pendant la Seconde guerre mondiale. Les soldats ignoraient qu’ils étaient sur écoute, les Britanniques étant à l’origine de ces enregistrements. L’étude porte ainsi sur la représentation que ces soldats se font de la guerre. La difficulté que présente une telle analyse est de trouver le lien entre ce que ces soldats disent et ce qu’ils pensent et de voir dans quelle mesure le contexte de l’emprisonnement et de la guerre influence leur discours. L’auteur explique le processus par lequel l’individu devient un soldat et auquel il donne le nom de Versoldatung. Il suppose ainsi l’existence d’une mentalité de soldat. L’image renvoyée au monde est celle du soldat dont l’univers se limite à sa mission, toute autre réalité étant occultée.

40Damien Séveno, dans un texte intitulé « Conflit de mémoire entre la RFA et la RDA autour de la guerre des paysans de 1525 », propose une analyse des enjeux politiques d’un fait historique sur la construction d’une mémoire collective constitutive d’une identité nationale. Il montre en effet comment dans le contexte de la guerre froide la rivalité entre les deux Allemagne s’est aussi manifestée à travers des interprétations divergentes de ce fait historique. A ce sujet, la RDA a essayé d’une part d’asseoir sa légitimité en se définissant comme le territoire dans lequel les aspirations populaires exprimées pour la première fois durant ces révoltes pouvaient enfin se réaliser et d’autre part de discréditer la RFA en l’accusant d’être la continuité des forces réactionnaires au service des classes dominantes. Ainsi la discussion qui s’en est suivi a notamment permis de se questionner sur l’importance du contexte sur les représentations d’un passé conflictuel et sur le rôle de l’historiographie sur la constitution des identités collectives.

41Bien qu’il fût difficile de dégager des questionnements méthodologiques ou théoriques communs à ces différents exposés, le lien entre représentation et réalité des conflits politiques a traversé l’ensemble de la session.

42L’un des aspects qui nous a semblé particulièrement intéressant réside dans l’influence décisive d’enjeux présents sur les représentations collectives de conflits passés. Les intérêts actuels façonnent les points de vue sur les conflits. Dans le cas du Rwanda, par exemple, le discours sur l’unité rwandaise et la « désethnisation » officielle qui l’accompagne répond autant à un besoin de reconstruction identitaire qu’à une politique sécuritaire. De la même manière, la lecture de la guerre des paysans défendue par la RDA joue un rôle primordial dans la constitution d’une identité nationale. Enfin, la position défendue par la France dans les procès contre les nazis dans sa zone d’occupation est fortement dépendante du double besoin d’affirmer son statut de vainqueur au côté des Américains et de légitimer l’occupation alliée par la défense de l’État de droit et de la démocratie. Il ne faudrait toutefois pas analyser ces différentes positions uniquement sous l’angle d’intérêts stratégiques mais également sous l’angle de modes de pensée façonnés par une position donnée dans une configuration socio-historique.

43Plusieurs contributions ont mis en évidence que les conflits entre groupes ou États peuvent se développer de manière à ce que la conduite du conflit soit confiée à des spécialistes. A ce stade, le conflit a de moins en moins tendance à être perçu en tant que tel et est alors traité comme un problème technique. Cela apparaît particulièrement à travers la contribution de Sebastian Gross sur la Versoldatung (« soldatisation ») ainsi qu’à travers celle d’Eva Horn sur les services secrets. Selon quels processus les représentations des conflits évoluent-elles ? Quel rôle jouent-elles dans la prolongation du conflit ? Ces deux questions méritent une attention toute particulière.

44Afin de trouver un socle commun de discussion sur l’ensemble des exposés, il aurait été intéressant de porter le débat à un niveau de réflexion épistémologique, portant le positionnement des chercheurs par rapport au conflit. De même, des questions méthodologiques, telle que celle des définitions du conflit et les spécificités sui generis des processus de conflictualisation auraient mérité d’être traitées de manière plus approfondie.

Décrire, écrire et représenter les conflits

45La session « Décrire, écrire et représenter les conflits » propose de confronter les approches de deux disciplines, l’histoire et la linguistique, en se basant pour l’essentiel sur des sources littéraires. Toutes les interventions posent une même question : Comment se saisir de l’objet conflictuel à partir de ces sources et quelle posture cela implique-t-il de la part du chercheur ?

46Nicolas Beaupré opère un retour réflexif sur sa thèse, dont il présentait le projet il y a huit ans à ce même séminaire. Elle portait alors sur la littérature d’expérience de la Guerre de 1914-18, c’est-à-dire sur les témoignages écrits de combattants, qu’ils soient écrivains de profession ou non. Il expose la genèse de la construction de son objet élaboré par une confrontation avec un écrivain (Jean Norton Cru) qui, mélangeant une approche subjective (sa propre expérience de guerre), des techniques d’historien (la critique externe) et un impératif éthique (l’auteur doit protester en même temps qu’il témoigne) évaluait dans les années 1930 le degré d’authenticité des documents. Contrairement à Norton Cru, Nicolas Beaupré contextualise la réception de ces œuvres par la censure, les éditeurs et le public. Enfin, il montre que cette littérature ne se limite pas à témoigner de la guerre, mais aussi à l’apprivoiser, à l’interpréter ou encore à la prolonger. Au cours de la discussion sont mentionnés d’autres procédés d’écriture de la guerre – voire les concurrences avec d’autres formes narratives (photographie, cinéma, reportage…) –, l’impact de la traduction sur les catégories utilisées, et la difficulté de transmettre cette expérience, qui oblige l’écrivain à recourir à des figures de style spécifiques (métonymie).

47Corinne Blin articule l’interactionnisme symbolique de Goffmann et la linguistique en rejetant le formalisme de Jakobson, qui ne permettrait pas de saisir la conflictualité au quotidien. Elle analyse le contenu et la forme des interactions verbales conflictuelles à partir de l’extrait d’une pièce de théâtre allemande contemporaine. En outre, elle souligne l’importance des stratégies de politesse, d’évitement, d’échanges réparateurs, pour aboutir à une évaluation dynamique des modalités d’échange où le conflit est inséparable de la coopération. Le conflit verbal suspend-il les règles qui régissent la communication ? En effet, la communication verbale et non verbale est la condition nécessaire du lien social. Questionnée sur l’artificialité du texte théâtral, l’auteur reconnaît les difficultés du corpus et indique qu’elle utilise aussi des captations vidéos. La commentatrice pose également la question centrale des rapports entre le conflit et la norme. Selon l’auteur, la norme des interactions verbales est d’éviter le conflit. Corrélativement, lorsque le conflit éclate, la communication verbale est interrompue.

48La contribution de Clarisse Roche porte sur les discours produits par les élites officielles catholiques de Vienne durant le conflit avec l’Empire Ottoman. Elle montre en quoi la guerre à l’extérieur amène à repenser le conflit interne à la communauté urbaine. Les sermons sur la menace turque constituent aussi une façon pour les auteurs catholiques d’envisager la division confessionnelle de la ville. L’utilisation de références issues de l’Ancien Testament participe d’un processus de construction culturelle de l’ennemi, mais modifie en même temps la façon dont le conflit intracommunautaire est nommé, puisque le « travestissement » biblique de l’adversaire doit permettre de reconstruire une unité symbolique du corps social. Le commentaire et la discussion ont soulevé la question de l’existence éventuelle d’autres sources de représentations possibles issues de groupes contestataires, notamment les protestants. La particularité de Vienne dans le Saint Empire a été questionnée en raison de sa situation de front et du fait qu’elle se pensait elle-même comme un bouclier de la chrétienté.

49Dans son travail de thèse, Anne-Ségolène Verneret cherche à comprendre les réactions de la population alsacienne lors de l’annexion au Troisième Reich. Elle propose d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion sur cette période au prisme de l’histoire du quotidien, tout en rediscutant l’adaptation des grilles d’interprétations nationales au contexte régional. Ces difficultés sont liées d’une manière générale au tabou qui pèse sur le sujet et qui pourrait être levé à partir d’une position d’extériorité du chercheur. Plusieurs précisions méthodologiques sont faites par l’auteure et les intervenants sur les moyens de saisir la spécificité historique alsacienne : s’inscrire dans un temps plus long en remontant à 1870 ; introduire une dimension comparative entre différents territoires annexés (Moselle) ; adapter les catégories d’analyse à l’objet étudié ; préciser le corpus pour nourrir le projet d’histoire du quotidien à partir d’exemples locaux.

50La spécificité de la session était d’inviter à réfléchir sur les modes d’écriture, de description et de représentation de conflits de diverses natures. Le point commun des interventions était de puiser dans des sources écrites très variées : ego-documents, témoignages, romans, pièces de théâtre, sermons, écrits confessionnels, archives administratives etc. Il s’agissait aussi de se questionner sur la manière de les mobiliser dans une analyse en sciences sociales. L’accent a été mis sur le parti pris méthodologique du chercheur face aux données, et en conséquence, sur la circonscription de l’objet « conflit » dans le temps, dans l’espace et dans le discours.

51Ce dernier atelier a recoupé les quatre précédents qui portaient chacun sur un type de conflit particulier, à différentes échelles. Toutefois, le conflit a été abordé d’un point de vue thématique, mais pas théorique. La session ne prenant en compte que le conflit de proximité et le conflit armé, il y manquait la dimension du conflit social et celle du conflit intérieur, notamment dans sa dimension imaginaire. En effet, la représentation collective de l’autre agit dans le conflit au niveau symbolique et dans le déroulement du conflit lui-même.

52Si les échelles micro (interactions verbales conflictuelles / récits) et macro ont été représentées dans cette session, l’échelle intermédiaire l’a été moins. Surtout, les outils méthodologiques pour passer d’une échelle à l’autre ont manqué à la réflexion. Il aurait été intéressant de disposer d’un corpus plus varié pour compléter les sources écrites, entre autres par des sources iconographiques et, pourquoi pas, audiovisuelles, pour y chercher d’autres modalités et d’autres aspects de représentation des conflits.

53Par ailleurs, l’implication subjective du chercheur a posé question dans le sens où celui-ci projette ses sentiments personnels sur son objet d’étude. Le fait de ne pas être alsacien, par exemple, facilite la distanciation. L’appréhension face à la violence, pour prendre un autre exemple, peut favoriser l’euphémisation de la dimension violente dans les conflits. Sans compter que la difficulté du chercheur est redoublée du fait que les acteurs éprouvent eux-mêmes une difficulté à décrire leurs expériences du conflit (les écrivains doivent recourir à des procédés métonymiques pour traduire leur vécu de la guerre).

54D’autre part, le conflit a aussi une fonction de socialisation : celle d’éviter la rupture de la communication et, par extension, du lien social. Et cela d’autant plus que la situation conflictuelle contribue elle-même au maintien de ce lien. Tant que le conflit reste verbal, la réconciliation est possible. Le conflit entre Viennois et Ottomans illustre ce mécanisme, dans la mesure où il apaise la tension sociale entre protestants et catholiques. Au final, le conflit n’entraîne pas forcément une suspension des normes sociales, et participe éventuellement à leur redéfinition. À cet égard, on peut citer une scène de La grande illusion de Jean Renoir. À un lieutenant français qui s’offusquait du mauvais traitement fait à lui-même et à ses camarades dans un camp de prisonniers, le lieutenant allemand répond :

« Monsieur, nous sommes en temps de guerre ! »
Et l’officier français de rétorquer :
« Oui, mais on peut la faire poliment. »

55Il y a aussi un usage politique du conflit, qui peut être instrumentalisé dans le cadre d’un rapport de pouvoir pour catégoriser l’autre et le stigmatiser. Ainsi le conflit participe de l’élaboration de figures de l’altérité, et par là-même, de l’identité.

56Un certain nombre de questions demeure : À partir de quand parle-t-on de conflit ? Faut-il distinguer le conflit de la mésentente, du différend, du litige, de l’agression, et de la violence ? Dans une situation où l’agressé ne répond pas à son agresseur, y a-t-il encore conflit ?

57De même, la notion de conflictualité a été peu mobilisée. Elle serait peut-être opérante pour penser la complexité des phénomènes s’y rattachant, cela par delà le simple antagonisme, et pour proposer un modèle d’interprétation plus dynamique.

58Participants du séminaire et auteurs de ce compte-rendu :
Marc Berdet, Corinne Blin, Yoann Boget, Daniel Bonnard, Deniz Günce Demirhisar, Laure Gravier, Warda Hadjab, Aline Hartemann, Julia Heinemann, Ilan Lew, Maren Richter, Clarisse Roche, Marina Rougeaon Santi, Régis Schlagdenhauffen, Damien Sévéno, Anne-Ségolène Verneret, Véronique Boirie, Juliette Desvaux, Sebastian Gross, Tanja Mujica, Dominik Rigoll

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Conflits et conflictualités », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/652

Haut de page