Navigation – Plan du site
SynThèses

Fondations philosophiques. Etapes de la réception de Descartes en Allemagne chez les néo-kantiens de Marburg, Husserl et Heidegger

Thèse de doctorat en philosophie, réalisée sous la direction de Jean-Marie Vaysse, Université Toulouse-Le Mirail-Toulouse II et de E. Geulen, Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn soutenue en février 2010
Sidonie Kellerer

Texte intégral

1La présente étude part du constat que Descartes a fait l’objet dans la pensée allemande de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle d’une valorisation qui dépasse l’habituelle confrontation académique avec un classique de la philosophie. Les néo-kantiens de Marburg voient en effet en Descartes un précurseur de Kant et lui accordent une place décisive dans leur « histoire de la raison scientifique ». Edmund Husserl se réclame également de Descartes et qualifie son entreprise phénoménologique de néo-cartésienne. Ces deux courants de la pensée allemande attribuent une importance particulière à Descartes et se l’approprient quoique de manières différentes. Enfin Descartes est également omni-présent dans la philosophie de Martin Heidegger mais pour le dévaloriser. Descartes y est représenté comme le sommet de l’ « oubli de l’Etre ».

2L’objet de ce travail de thèse est donc l’analyse et l’interprétation de la place accordée à Descartes dans trois courants majeurs de la pensée allemande.

3Le recours au penseur français chez les néo-kantiens de Marburg a lieu dans un contexte où domine un modèle de connaissance positiviste. Dans ce cadre le retour à Descartes a d’abord des raisons épistémologiques. Relativement aux sciences naturelles, à leur importance grandissante, la philosophie a perdu sa position dominante de science spéculative, elle est conduite, en réaction, à revenir sur la question transcendantale et sur celle du statut de la pensée par rapport aux sciences. Plus fondamentalement une théorie de la connaissance est-elle possible sans retomber dans le dualisme sujet/objet ? La pensée peut-elle énoncer ses propres lois et ce faisant résoudre la question du fondement dernier de la connaissance ? Du point de vue des néo-kantiens le principal mérite de Descartes est d’avoir tenté de définir la connaissance sans recours à l’intuition et à la sensibilité. C’est en cela que le penseur français permet de corriger Kant et d’aboutir à la thèse néo-kantienne selon laquelle les processus de la pensée ne peuvent être saisis qu’en analysant les sciences dans leur effectivité, donc de manière indirecte.

4Husserl pose également la question de ce que sont la pensée et la connaissance, mais contrairement aux néo-kantiens, il considère que la conscience peut se décrire elle-même sans l’aide les sciences. Aussi ne soumet-il pas comme eux la philosophie aux sciences ; avec Husserl la philosophie s’affirme de nouveau comme « philosophia prima ». Une science du vécu apparaît comme possible, et la philosophie retrouve son indépendance relativement aux sciences, elle ne se greffe pas sur les sciences, elle les fonde. Husserl propose ainsi une autre réponse au problème non résolu du fondement ultime de la connaissance.

5Les néo-kantisme et la phénoménologie réouvrent donc un débat avec Descartes sur la question centrale de la modernité, celle du fondement de la connaissance.

6Parallèlement à cette spéculation philosophique se développe en Allemagne un anti-cartésianisme qui reflète les tensions politiques avec le voisin français. L’anti-cartésianisme allemand apparaît en effet comme une réaction à l’appropriation nationale de Descartes en France depuis la Révolution de 1789. L’anti-cartésianisme en Allemagne exprime le refus d’une modernité - identifiée à la « civilisation » - et du rationalisme qui lui est inhérent et implique l’affirmation d’une spécificité intellectuelle allemande.

7Chez Heidegger l’anti-cartésianisme est ontologique. Heidegger considère que les tentatives pour définir la connaissance – que ce soit chez les néo-kantiens ou chez Husserl – restent tributaires d’une tendance moderne à transformer toute espèce de réalité en objet, tendance qui tient à la primauté accordée à la capacité réflexive. Or, celle-ci ne peut pas être conçue comme point de départ de la connaissance. Puisque la connaissance repose sur l’ « ouverture à l’Etre », la conscience ne peut se saisir elle-même. Pour Heidegger le cartésianisme est l’expression concentrée de l’erreur commise par Husserl, celle d’avoir admis un point de départ absolu de la connaissance. Aussi le rationalisme cartésien représente-il le point culminant d’une évolution de la pensée marquée par l’oubli de l’essentiel.

8Dans l’ontologie heideggerienne les enjeux philosophiques sont difficiles à distinguer des questions idéologiques parce que ce discours métaphysique semble déconnecté du concret. Pourtant le rejet du « sujet » en faveur du « soi » a des implications pratiques dans la mesure où le « soi » est défini par une communauté, par le monde ambiant, par un destin.

9Le phénomène de la réception de Descartes en Allemagne au tournant du 19ème au 20ème siècle témoigne donc d’un débat sur une question déterminante de la modernité, celle du fondement et de l’unité de la connaissance. Les implications pratiques, voire politiques de ce débat constituent le point de fuite de ce travail de thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sidonie Kellerer, « Fondations philosophiques. Etapes de la réception de Descartes en Allemagne chez les néo-kantiens de Marburg, Husserl et Heidegger », Trajectoires [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/659

Haut de page