Navigation – Plan du site
SynThèses

Trésor, mémoire, merveilles. Les objets des églises au Moyen Âge

Thèse de doctorat en histoire et civilisations et en histoire de l’art, sous la direction de Jean-Claude Schmitt et de Horst Bredekamp, soutenue le 18 octobre 2010, École des hautes études en sciences sociales, Paris / Humboldt-Universität zu Berlin
Philippe Cordez

Texte intégral

1Cette enquête fait l’hypothèse que le christianisme a profondément marqué la culture matérielle de l’Occident, et entend contribuer à éclairer ce phénomène en étudiant plus particulièrement les « objets » et les « trésors » des églises médiévales. L’institution occidentale du musée, en particulier, en est issue pour bien des aspects déterminants, sans avoir reconnu cet héritage : un transfert de sacralité a eu lieu, la modernité refoulant ses propres cultes d’objets en développant sa notion d’un « art » autonome. Les musées se réclament plus volontiers d’autres ancêtres, qui peuvent servir de garants à leur ambition scientifique et démocratique. Mais ils ne pourront jouer leur rôle d’instruments majeurs des politiques culturelles globales et postcoloniales contemporaines qu’avec une pleine conscience de leur longue histoire occidentale. Pour l’historien, la question des « objets » pose le problème de leur rapport avec le « sujet » dans la production scientifique de l’« objectivité » historique. La conception de ce qu’est un objet est soumise à des variations, qui impliquent leurs propres régimes de temporalité. Pour en écrire l’histoire, nous nous sommes intéressés aux objets mobiliers des églises médiévales en observant ceux qui sont conservés, mais aussi les textes et les images qui en faisaient état, les inspiraient ou déterminaient leur appréhension : mettre au jour leurs rapports respectifs permet de saisir les enjeux assignés aux uns et aux autres.

2Les trois parties du travail constituent autant de contributions à une réflexion sur la pratique des objets dans les musées et chez les historiens d’aujourd’hui. La première considère l’histoire de la figure du « trésor », qui désigne globalement les objets des églises tout en référant à des réalités immatérielles, et demeure importante pour la culture occidentale. Ceci est l’occasion de préciser le rôle attribué aux objets ecclésiastiques, et au-delà, à toute richesse, circulante ou thésaurisée, par les clercs réfléchissant sur la société chrétienne, l’institution de l’Église et les échanges matériels et spirituels. Tout au long du Moyen Âge, la question des objets et de leurs usages a suscité des débats, vivement polémiques ou profondément théoriques, souvent dans des situations de crise et avec des conséquences concrètes, dans les domaines de l’ecclésiologie, du droit, de la théologie, de la pastorale, ou de ce qu’on appellera plus tard l’économie. Après une mise en place par les Pères de l’Église, des moments d’innovation furent la réforme carolingienne, avec l’introduction de la notion de « trésor d’église » rapprochant le pouvoir impérial des institutions ecclésiastiques, puis l’urbanisation des XIIe-XIIIe siècles, avec l’invention civile d’un trésor comme « bien commun » et celle, scolastique, du « trésor des grâces » où étaient puisées les indulgences, avant que le thème ne joue encore un rôle central dans les polémiques confessionnelles du XVIe siècle.

3La seconde partie explore la dimension mémorielle des objets ecclésiastiques médiévaux et ainsi la pratique occidentale de conserver des objets durant plusieurs siècles dans des institutions. Le rôle de l’écriture et du texte apparaît comme central, tant dans la revendication d’authenticité des objets que dans leur administration et dans leur mise en scène. La gestion et la médiation des reliques, parfois assemblées en collections, sont décrites à travers la fonction et les structures de leurs étiquettes et inventaires. Le processus de la construction des objets de mémoire, d’ordre narratif et matériel à la fois, est reconstitué à partir des adaptations locales du « bâton de saint Pierre » et du « prépuce du Christ », objets spécialement significatifs pour la culture chrétienne. L’interprétation des dons de matériels d’échecs, ce « jeu de société », montre le rôle de ces objets dans l’expression et la commémoration des rapports entre les églises et certains acteurs de la société féodale, en particulier au XIe siècle.

4La troisième partie est consacrée aux objets devant leur statut à une origine végétale ou animale explicite. Le phénomène de l’émerveillement est ici saisi historiquement, au sens d’une rhétorique mise en œuvre à travers reliquaires, supports d’exempla, ex-voto ou encore trophées. Œufs, noix et coquilles surdimensionnés, cornes de licorne, os de géants, dragons, griffes de griffon ou dents de baleine constituent autant de types d’objets pour la conception desquels les éléments narratifs jouent souvent un rôle décisif, et dont l’histoire est retracée en une série d’analyses particulières. On constate autour de 1200 l’instauration de ce genre d’objets, qui furent exposés publiquement dans les églises avant d’être soumis à la critique des « naturalistes » de l’époque moderne, qui en rejetèrent certains, et réunirent les autres sous l’appellation commune de naturalia dans leurs cabinets, puis leurs musées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Cordez, « Trésor, mémoire, merveilles. Les objets des églises au Moyen Âge », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/703

Haut de page

Auteur

Philippe Cordez

cordez@khi.fi.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page