Navigation – Plan du site
SynThèses

Au croisement entre action publique et identité familiale. L’exemple des mères seules célibataires allemandes et françaises (1919-1998)

Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Michel Lallement et de Theresa Wobbe, soutenu le 11 juillet 2011, Conservatoire National des Arts et Métiers / Université de Potsdam
Anne-Laure Garcia

Texte intégral

1De nombreuses données quantitatives montrent que les différences démographiques en matière de comportements familiaux entre les parties occidentales et orientales de l’actuelle Allemagne, telles qu’elles s’étaient cristallisées au cours de la scission politique, se maintiennent voire s’accroissent. Pourtant, la disparition du régime socialiste et l’intégration de son territoire à la RFA remontent maintenant à une vingtaine d’années. Née de cette observation germano-allemande, l’interrogation sociologique au cœur de cette étude souhaite décaler le regard et ainsi dépasser les explications reposant sur l’opposition binaire ouest/est souvent évoquée outre-Rhin. Les réflexions hexagonales sur la « sociologie de l’action publique », alliées à une comparaison avec la France, permettent non seulement une rupture épistémologique, mais aussi l’émergence d’un nouveau Blickwinkel. Cette thèse de doctorat explore les relations entre action publique et identités familiales à la lumière de la notion d’« interférences ». Cette métaphore, inspirée de la physique, permet de penser des croisements et des influences réciproques sans être prisonnier des antagonismes top-down/bottom-up. Une compréhension constructiviste du concept polysémique d’identité permet, en lien avec cette problématique, d’allier les niveaux micro- et macrosociologiques. Pour ce faire, deux catégories de phénomènes sociaux ayant cours lors des processus de construction de l’identité familiale ont été différenciées : la prescription externe à l’individu (attribution catégorielle et image sociale) et l’auto-identification.

2Afin de penser des croisements et des interactions complexes, la question théorique a été scindée en deux sous-interrogations : quels instruments publics peuvent contribuer à la production d’un cadre matériel et normatif suffisamment stable pour influer durablement sur les schèmes de pensée des acteurs dans la sphère familiale ? Quels processus peuvent être mis en lumière pour décomposer théoriquement les enchevêtrements complexes et les interférences menant à la construction de l’identité familiale, si l’on accorde à l’acteur un rôle central lors de la formation incessante et de la transmission de normes et de valeurs familiales ? Qui plus est, pas à pas, un Denkraum pouvant fonder la formulation d’hypothèses explicatives a été configuré. Au-delà des apports du temps long, de la systématisation de la comparaison entre deux puis trois unités et de la combinaison des analyses micro et macrosociales, la réflexion s’est appuyée sur l’étude d’un cas à la marge : les mères seules célibataires. L’étude est composée de deux pans distincts. La première partie, optant pour un regard « par le haut », s’interroge sur l’influence normative du « gouvernement des familles ». Puis, l’analyse structurale d’interviews épisodiques (Uwe Flick) réalisés auprès de mères seules célibataires issues des Pays de la Loire, de Thuringe et de Schleswig-Holstein met en lumière les structures cognitives des acteurs et offre des pistes pour penser croisements et interactions au niveau individuel.

3Cette recherche exploratoire mène à divers résultats partiels qui servent de fondement à l’édiction d’une typologie des interférences entre action publique et identité familiale. Tout d’abord, au vu de l’analyse de contenu des textes de loi et des politiques publiques, une figure typique des mères seules célibataires peut être mise en exergue pour chacun des trois États étudiés. En RDA, la femme « émancipée » peut s’appuyer sur les différentes dispositions et structures publiques afin de construire avec son enfant un foyer autonome, une famille sans père. En Allemagne fédérale, la jeune mère « délaissée » est soutenue par les pouvoirs publics s’engageant envers l’enfant abandonné par son père. Enfin, l’isolement porteur de dangers, tel qu’il est présupposé en France, induit une figure de la mère célibataire « assistée ». À propos des modalités du « gouvernement des familles », diverses pistes émergent tout au long de l’étude : corrélation entre la stabilité du cadre public et sa force normative, lien entre la permanence des « visions d’État » et leur transmission monocorde par différentes instances d’intériorisations originales et ultérieures, variation des degrés d’acceptation des identifications externes en fonction du capital culturel, etc.

4Le principal résultat de cette étude est la production d’une typologie des interférences entre action publique et construction de l’identité familiale. Ce triptyque analytique est constitué de l’intériorisation de l’univers des possibles, de la structuration des attentes, et de l’auto-compréhension par rapport aux prescriptions externes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Garcia, « Au croisement entre action publique et identité familiale. L’exemple des mères seules célibataires allemandes et françaises (1919-1998) », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 20 août 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/707

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Garcia

garcia@uni-potsdam.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page