Navigation – Plan du site
SynThèses

Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle : la géographie du paysage (Landschaftskunde) en question

Thèse de Géographie, sous la direction de Marie-Claire Robic, soutenue le 9 octobre 2010, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Université de Leipzig
Gaëlle Hallair

Texte intégral

1Cette thèse en épistémologie de la géographie montre comment les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle s’appuient sur la géographie du paysage pour définir la géographie et/ou pour la pratiquer. En utilisant les apports de l’« histoire croisée » développée par l’équipe de Michael Werner et Bénédicte Zimmermann (CNRS, EHESS), nous analysons la circulation des savoirs entre géographes français et allemands. Pour cela, nous croisons les approches sémantiques, terminologiques, bibliographiques, institutionnelles et thématiques sur le paysage en insistant sur les mises en tension, les similitudes et les articulations entre géographie du paysage et géographie régionale.

2La partie 1 présente le contexte des relations franco-allemandes concernant la géographie du paysage, et l’étude des concepts paysagers, les problèmes de leur traduction et de leur évolution sémantique ainsi que leur réception dans les revues de géographie. Ainsi ont pu être mises en évidence, à l’échelle nationale et franco-allemande, les articulations, les complémentarités et les concurrences, entre les notions de « géographie du paysage », « Landschaftskunde », « géographie régionale », « Länderkunde », « Landeskunde », « paysage », « Landschaft », « région », « contrée », « pays », « scènerie », « Heimat », « Kulturlandschaft », « Naturlandschaft ». L’analyse du discours s’est appuyée sur un important travail de traduction et de commentaire de textes correspondant à la période d’étude.

3La partie 2 centre l’analyse sur les acteurs et les options possibles offertes, en Allemagne comme en France, par le concept de paysage pour définir la géographie. L’accent est mis d’une part sur les géographes académiques : Ewald Banse, Robert Gradmann, Norbert Krebs, Otto Schlüter, Wilhelm Volz et surtout Siegfried Passarge, ainsi que Paul Vidal de la Blache, Camille Vallaux, Fernand Maurette et Roger Dion. D’autre part, nous nous intéressons à ceux qui assurent une circulation des savoirs et que nous avons regroupés en trois types : les « passeurs » (des géographes francophones et germanophones qui transmettent en les traduisant les résultats de la recherche d’un champ culturel à l’autre, tels les rédacteurs de notices bibliographiques), les « tiers » (des géographes ni allemands ni français mais francophones et germanophones, capables de remanier un matériau allemand et français, tels le Belge Paul Michotte ou l’Américain Carl Sauer) et enfin les « pivots » (tels l’Américain William Morris Davis qui oblige par la puissance de ses théories les géographes français et allemands à prendre position).

4Enfin, la partie 3 permet d’aborder deux scènes privilégiées de la rencontre franco-allemande : le paysage aux Congrès Internationaux de Géographie et le paysage sur le terrain de la géomorphologie via les excursions internationales et l’étude des carnets de terrain. Au-delà des problèmes de traduction, de terminologie et de conceptualisation, la pratique sur le terrain semble surtout indiquer des convergences entre géographes français et allemands. Ces dernières concernent la prise en compte de l’importance du terrain en géographie, de l’aspect physionomique du paysage et des processus de visualisation. Le paysage est observé de façon panoramique ou à échelle plus grande, du point de vue du géographe. Il s’agit d’une pratique anthropo-centrée de la géographie du paysage. Si William Morris Davis, par les débats oraux et écrits qu’il suscite, en particulier avec les géographes français et allemands (Emmanuel de Martonne, Albert Demangeon, Siegfried Passarge, Albrecht Penck, Alfred Hettner, etc.) permet de faire prendre conscience des lignes de fracture existant entre induction et déduction, entre géographie idiographique et nomothétique, les processus de visualisation intègrent pour tous, et à des degrés divers, la prise de note, l’esquisse de terrain, la photographie, la cartographie et / ou la schématisation.

5Les convergences dans l’analyse de la méthodologie et de la pratique de terrain concernent l’observation directe du paysage, appréhendé sur le mode du visible, du physionomique et du global. Pour tous, l’œil est primordial. Leur fréquentation du terrain relève d’un « formatage » commun lié à la contrainte d’un parcours sous forme d’itinéraire, le plus souvent à pied, toujours à hauteur d’homme, ce qui implique un équipement embarqué réduit en matériel d’observation (quelques cartes, un carnet, un appareil photographique, quelques instruments de mesure, …). Cette standardisation de la pratique de terrain n’exclut certes pas des différences entre des orientations géomorphologiques ou anthropogéographiques et entre des modèles interprétatifs différents. Mais les géographes, en particulier français et allemands, participent tous à un fonds géographique commun, que ce soit par les écrits théoriques ou par la pratique de terrain. Les préoccupations de définition disciplinaire sont communes aux géographes d’autres traditions nationales, en Europe comme dans le Nouveau monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Hallair, « Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle : la géographie du paysage (Landschaftskunde) en question », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/709

Haut de page

Auteur

Gaëlle Hallair

ghallair@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page