Navigation – Plan du site
SynThèses

Die Entdeckung der Dritten Welt und die neue radikale Linke in Frankreich – 1950er- bis 1970er-Jahre

Thèse d’histoire, sous la direction de Sebastian Conrad et d'Anne Kwaschik, soutenue le 27 octobre 2010, Freie Universität Berlin
Christoph Kalter

Texte intégral

1En s’intéressant à l’essor du concept de « tiers-monde » et à la fonction que lui ont conférée des intellectuels de gauche en France entre les années 1950 et 1970, cette thèse de doctorat contribue à l’histoire politique et culturelle de la décolonisation ainsi qu'à celle de la gauche politique des années qui ont précédé et suivi Mai 68.

2La « nouvelle gauche radicale » a émergé à partir de 1956 de la double crise du colonialisme d’un côté, du stalinisme et de la social-démocratie de l’autre. La présente étude analyse l’histoire entrecroisée de cette gauche et du concept de tiers-monde et se concentre ainsi sur les répercussions de la fin des empires sur la société française. En s’interrogeant de la sorte sur l’interpénétration des espaces « métropolitains » et « périphériques », elle participe du renouveau de l’histoire coloniale entamé depuis une dizaine d’années.

3Dans ce cadre, l’analyse porte aussi sur l’émergence d’une « conscience globale » spécifique à la nouvelle gauche radicale. En effet, cette gauche pensait la planète comme un système intégré : elle concevait l’interdépendance constitutive du monde d’après-guerre comme fondement d’une politique locale – non seulement possible, mais aussi nécessaire – qui favoriserait la Révolution globale.

4Dans le contexte d’une circulation accrue des hommes, des objets, des textes et des images après 1945, de telles représentations du monde ont été soutenues par des expériences concrètes au quotidien des intellectuels et des activistes de gauche dans la société française (post-)coloniale.

5Après une introduction circonstanciée, l’auteur commence par examiner la façon dont la nouvelle gauche radicale s’est servie du national-socialisme et de la Résistance pour élaborer le cadre interprétatif qui fonde son anticolonialisme et sa politique mémorielle pendant les guerres d’Algérie et du Vietnam et lors de Mai 68.

6Le chapitre suivant présente Partisans, une revue des Éditions Maspero qui s’est en grande partie consacrée aux problèmes du « tiers-monde ». L’auteur décrit Partisans, qui a paru entre 1961 et 1972, comme un projet transnational de militants radicaux et d’intellectuels opposés à l’eurocentrisme. Il détaille les diverses étapes de l’itinéraire de la revue et les principaux axes de son discours sur le tiers-monde.

7À travers l’exemple de l’association Cedetim (Centre socialiste d’études et de documentation sur le tiers-monde, fondé en 1967), le chapitre suivant expose les références multiples au concept du tiers-monde dans les pratiques des militants de la gauche radicale après Mai 68. En se focalisant sur les acteurs, leurs perceptions et leurs actions dans des domaines tels que la politique de coopération ou la mobilisation des « travailleurs immigrés », ce chapitre analyse les articulations complexes entre leurs projets politiques globaux et leur positionnement local.

8La conclusion résume l’histoire de la nouvelle gauche radicale en l’intégrant dans des contextes spatio-temporels plus vastes : la « solidarité internationale » et les mouvements de « soutien au tiers-monde » des années 1970, la critique et les mouvements altermondialistes des années 1990, ainsi que les débats sur le « post-colonialisme » qui ont cours depuis les années 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christoph Kalter, « Die Entdeckung der Dritten Welt und die neue radikale Linke in Frankreich – 1950er- bis 1970er-Jahre », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/713

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page