Navigation – Plan du site
SynThèses

Construction difficile d’une mémoire commune de la RDA dans l’Allemagne unifiée (1990-2006). Traitement public du passé à l’occasion de commémorations

Thèse de doctorat en études germaniques, dirigée par Jacques Poumet, soutenue le 7 décembre 2010, Université Lumière Lyon 2.
Myriam Renaudot

Texte intégral

1Né d’une interrogation sur les problèmes d’incompréhension entre les deux parties de l’Allemagne après 1989, ce travail s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle l’un des facteurs essentiels d’explication des clichés et préjugés sur l’Est et l’Ouest de l’Allemagne est la méconnaissance de l’histoire de la RDA. L’importance de la méconnaissance de ce passé soulève la question de la place qu’occupe la mémoire de la RDA dans l’élaboration d’une identité commune et dans les difficultés à aboutir à une unification intérieure. L’interrogation centrale fut celle du lien entre le traitement du passé est-allemand dans l’espace public et l’élaboration d’une mémoire et d’une identité communes. Cette étude des usages politiques de ce passé, des expressions et de la transmission de la mémoire de la RDA dans l’espace public, espère contribuer à une meilleure connaissance d’un des malaises actuels de la société dans l’Allemagne unie.

2L’angle d’approche choisi est celui des commémorations renvoyant à des dates de l’histoire de la RDA dans l’Allemagne unifiée (17 juin 1953, 9 novembre 1989 et 3 octobre 1990), domaine encore peu investi par la recherche. Ces commémorations sont étudiées par le biais de l’analyse qualitative de deux types de discours : politique, à travers l’étude d’allocutions officielles, et médiatique, à travers le dépouillement du Sächsische Zeitung, quotidien régional est-allemand. L’intérêt de cet objet réside dans le paradoxe de la commémoration, qui veut mettre en scène une unité et cherche à rassembler, mais qui est en même temps révélatrice de tensions et de conflits autour de l’objet commémoré. Les commémorations sont abordées sous deux aspects : en tant qu’initiatives politiques qui traitent de l’histoire de la RDA dans l’espace public (en tant qu’acte volontaire de gestion politique de la mémoire), mais également comme dates fonctionnant comme des pics de couverture médiatique du passé est-allemand.

3L’analyse des discours officiels prononcés par des acteurs politiques allemands a permis d’étudier l’image de la RDA et la vision de l’histoire que les représentants de l’État voulaient transmettre à l’occasion de ces commémorations. Un certain nombre de caractéristiques du traitement du passé est-allemand ont ainsi pu être dégagées et permettent de parler d’un traitement « anhistorique » du passé (entendu dans le sens de la simplification ou déformation des causes, enchaînements et évolutions de faits historiques, ayant pour but de servir une démonstration). La place accordée à la RDA est essentiellement celle d’un contre-modèle. Les événements commémorés sont traités à travers le prisme déformant et simplificateur de l’unification ou de l’unité intérieure. Dans ces discours prononcés par des orateurs majoritairement ouest-allemands, l’ancienne comparaison Est/Ouest, actualisée en opposition Allemagne unifiée/RDA, domine toujours.

4L’analyse du Sächsische Zeitung, étudié comme acteur du traitement du passé et non uniquement comme simple source, met en évidence et permet de caractériser une voix spécifique à l’Est dans le traitement de l’histoire de la RDA et de sa population. L’analyse de la transmission des discours de commémoration par ce quotidien régional est-allemand leur apporte un éclairage original. Le passage de l’échelle nationale à l’échelle régionale rend compte de la réappropriation depuis 1990 d’une mémoire est-allemande des différents événements commémorés choisis. En mettant l’Est particulièrement en avant et en se détachant de la comparaison avec l’Ouest, le journal participe à l’élaboration d’une identité commune, sinon allemande, du moins régionale, et cela sous une forme qui facilite son inclusion au niveau national. Mais les limites de la presse dans la construction d’une mémoire commune de la RDA résident notamment dans son rôle informatif, ce n’est pas le lieu où se déroulent les nécessaires concertations entre citoyens et politiques pour dégager un consensus sur une synthèse de la mémoire de la RDA et passer d’une mémoire communicative à une mémoire culturelle de la RDA.

5En outre, l’étude de la réception des journées de commémoration par un quotidien est-allemand a également permis d’étudier la réaction de la population face à ce traitement du passé par « le haut » – grâce à l’expression de leurs opinions dans les courriers de lecteurs (même si l’analyse de ces courriers, reflets de la ligne éditoriale avant tout, est à nuancer) – et d’évoquer ainsi la « mémoire d’en bas », souvent absente dans les travaux portant sur le traitement du passé.

6Enfin, le changement d’échelle a mis au jour différentes lignes de fracture et leur évolution au cours de la période étudiée, autour desquelles s’articule la mémoire de la RDA, dépassant les simples oppositions Est/Ouest et « en haut »/« en bas ». La réaction d’« en bas » à une mémoire officielle de la RDA révèle une fragmentation de la mémoire au sein même de la population de l’ancienne RDA. Ces différentes mémoires, celle des victimes du régime, des anciens militants pour les droits civiques, des sympathisants du PDS ou tout simplement celle des citoyens ordinaires de l’ancienne RDA, ne s’opposent pas nécessairement, mais leur expression indépendante laisse penser qu’une synthèse ne s’est pas encore opérée au sein de la population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Renaudot, « Construction difficile d’une mémoire commune de la RDA dans l’Allemagne unifiée (1990-2006). Traitement public du passé à l’occasion de commémorations », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/715

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page