Navigation – Plan du site
SynThèses

Les prisonniers de guerre allemands en mains françaises : captivité en France, rapatriement en Allemagne (1944-1949)

Thèse d’histoire contemporaine, sous la direction d'Annette Becker, Henry Rousso et Andreas Wirsching, soutenue le 7 décembre 2010, Université de Paris Ouest Nanterre – La Défense / Université d’Augsbourg
Fabien Théofilakis

Texte intégral

1Entre fin 1944 et fin 1948, près d’un million de prisonniers de guerre allemands ont été détenus en France métropolitaine par les nouvelles autorités. Figure honnie de l’occupation allemande et de la défaite nazie, ces soldats d’Hitler désormais vaincus deviennent un enjeu majeur de la sortie de guerre, ou plutôt des sorties de guerre, tant les temporalités et les modalités diffèrent, parfois divergent selon les nombreux acteurs.

2Les autorités du Gouvernement provisoire de la République française sont tout de suite confrontées à un gigantesque défi logistique : prendre en charge une masse de prisonniers, alors que la France de la Libération peine à subvenir aux besoins de sa propre population. Or ces prisonniers sont avant tout réclamés et gardés comme une main-d’œuvre pour la reconstruction de la France. De militaire, la captivité allemande en mains françaises devient économique et pose avec urgence le problème de l’entretien de cette force de travail.

3La sortie hors du camp offre certes des solutions, mais diffuse progressivement la gestion à l’ensemble de la société : employeurs, maires, mais aussi populations locales et opinions publiques entrent en contact avec cette nouvelle présence allemande. Et la « question PGA » de devenir une affaire de politique intérieure qui fait rejouer la diversité discordante des vécus de guerre : où se situe la limite entre le traitement économiquement rentable mais politiquement peu patriotique ? Le travail de celle-là doit-il revenir à l’employeur ou bénéficier à l’ensemble de la nation ? Les réponses apportées engagent une certaine idée de la Reconstruction.

4Cette question du traitement des PGA dépasse le cadre national pour devenir un enjeu des relations franco-américaines de l’après-guerre et de facto de la politique allemande des deux alliés au statut si inégal : 70% des prisonniers gérés par les Français ont été cédés par les Américains qui entendent conserver leur responsabilité de puissance détentrice. Avec la fin du conflit, puis le début de la Guerre froide, qui bouleversent les priorités américaines, la gestion des PGA à l’échelle internationale permet d’observer comment le bilatéralisme transatlantique est progressivement intégré dans le cadre européen qui lui impose son calendrier.

5Économique et politique, la captivité allemande contient également une dimension juridique fondamentale, puisque ces prisonniers restent protégés par la Convention de Genève de 1929. À travers la médiation du droit humanitaire, les neutres – le CICR principalement – deviennent des acteurs du drame de cette captivité en différé. Ils sont en retour happés par la question de l’impossible neutralité post-guerre totale. Quelle attitude, par exemple, adopter face à l’emploi des prisonniers au déminage ? Aux évadés en Suisse après les hostilités ?

6Enfin, cette captivité unique en ce qu’elle met en présence, pacifiquement, deux populations ennemies, reste une expérience humaine d’une épaisseur considérable, même si plus difficilement saisissable pour l’historien. Dernier épisode possible de la guerre de Trente ans, la présence allemande n’appartient pas seulement aux relations franco-allemandes : elle constitue également un chapitre fondateur pour l’histoire allemande d’après-guerre. Figure improbable du discours national-socialiste, le prisonnier de guerre constitue en revanche un formidable écran pour gérer le fardeau de la défaite totale. Par les mobilisations que son absence suscite, il offre une nouvelle articulation entre expérience individuelle et destin collectif, et contribue à redéfinir l’identité nationale allemande.

7C’est à ces défis d’une captivité de guerre en temps de paix que cette thèse cherche à répondre en montrant, premièrement, comment la captivité allemande qui commence en temps de guerre mais se structure après la fin des hostilités subit irrésistiblement les conséquences de la déprise militaire qui change progressivement sa nature. Alors que les autorités françaises n’avaient pas élaboré de projet précis pour l’utilisation économique de cette main-d’œuvre, c’est désormais la place du captif dans le processus de production qui détermine sa gestion. Cette économisation de la captivité va de pair avec une substitution de la logique disciplinaire par la logique de sécurité. Cette évolution accroît l’intervention des civils et élargit les possibilités de contact entre les ennemis d’hier. Ces marges de manœuvre nouvelles expliquent à la fois la diversité des traitements des 900.000 corps à nourrir, à loger à vêtir, et l’absence d’une mortalité trop élevée.

8Deuxièmement, la thèse montre comment la combinaison d’une gestion démocratique de la captivité avec le temps de paix change radicalement le rapport à la norme et à son application. Le cas le plus évident est sans doute donné par l’impossibilité pour le droit humanitaire comme pour la neutralité des acteurs (CICR, YMCA, gouvernement helvétique…) à continuer à s’appliquer après 1945 comme en temps de guerre. On retrouve ce hiatus au quotidien en France dans les rapports entre anciens ennemis à travers la question de la violence légitime et légale. Ce hiatus s’intègre alors dans les rapports plus globaux entre GPRF et forces locales de la Résistance.

9Troisièmement, la captivité allemande en mains françaises a contribué à redéfinir les imaginaires sociaux et les représentations que les acteurs pouvaient avoir d’eux-mêmes et des autres pendant le conflit et après. Elle révèle pour la France le décalage entre le discours officiel à la Libération et la perception à l’échelle locale de la qualité d’allié et de vainqueur à part entière du pays. La captivité s’insère dans les rapports franco-américains, tant elle contribue à améliorer ou à dégrader l’image du partenaire. Elle vaut également pour les populations allemandes dont la sortie de guerre est contrariée par l’absence de leurs compatriotes derrière les barbelés.

10Quatrièmement, les prisonniers de guerre en mains françaises participent à la refondation des communautés et des identités nationales, davantage sur le mode de la rupture en France, de la continuité sélective en Allemagne. Ils jouent comme facteur d’unité en facilitant la délimitation de la communauté par rapport à l’autre. Cela s’observe dans la Zone d’occupation avec les mobilisations orchestrées par les Églises, comme en France, notamment lors de la Libération. Mais cette captivité qui dure finit par brouiller ces nouveaux référents identitaires. Elle devient une épreuve de vérité à mesure que l’image de l’autre devient plurivoque et positive. Dès lors, la captivité en temps de paix fait rejouer les sentiments d’appartenance politique à l’intérieur des communautés (le Français qui assoit à sa table son travailleur PG est-il nécessairement un mauvais citoyen ?). La communauté villageoise offre alors l’échelle la plus fine pour observer les tensions internes et les décalages qui apparaissent entre le discours national et les réalités locales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Théofilakis, « Les prisonniers de guerre allemands en mains françaises : captivité en France, rapatriement en Allemagne (1944-1949) », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/717

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page