Navigation – Plan du site
Repenser le conflit

Nommer le conflit. Le cas de l’Alsace pendant son annexion de fait au Troisième Reich, 1940-1945

Anne-Ségolène Verneret

Résumés

L’étude des comportements et opinions de la population en Alsace entre 1940 et 1945 fait appel à la nécessité de nommer une conflictualité parfois floue, ambivalente et qui évolue au cours de la période. Il convient de s’interroger sur l’adaptation des outils de définition des comportements développés en France et en Allemagne pour la situation alsacienne pendant l’annexion de fait de son territoire.   

Alsace 1940-1945, oppositions au nazisme, comportements collectifs

Haut de page

Texte intégral

1L’étude de l’histoire de l’Alsace de 1940 à 1945 mène nécessairement à s’interroger sur la pertinence d’axes problématiques tels que les zones de contact et de conflit, ou sur des concepts tels que l’outillage mental pour une population qui subit une nouvelle fois l’annexion de son territoire après une guerre perdue. Le système répressif nazi et la complexité du corps social empêchent cependant une lecture simple des oppositions entre la population et l’Occupant ainsi qu’au sein même de la population à partir de l’été 1940. Les recherches entreprises pour déterminer les opinions et comportements des « gens ordinaires » en Alsace annexée ont précisément pour but de mettre en évidence des formes de conflictualité longtemps délaissées par les chercheurs au profit d’études sur l’opposition plus claire de groupes de résistants reconnus. Ces derniers, de même qu’à l’autre extrême les collaborationnistes, ne représentent qu’une faible minorité de la population et les notions d’attentisme ou de neutralité ne sont pas pertinentes pour qualifier la diversité des attitudes de la majorité restante. L’Alsace se trouve alors dans une situation éminemment conflictuelle dans la mesure où elle subit une politique brutale d’annexion, de nazification et de germanisation qui provoque dans la population un large éventail de réactions.

2La compréhension des comportements observés doit intégrer de nombreux facteurs dont des caractéristiques linguistiques, religieuses, géographiques et enfin générationnelles, car la première annexion de l’Alsace entre 1870 et 1918 a fortement marqué les mémoires mais aussi le paysage politique de la région. Des formes nouvelles d’opposition se développent envers l’occupant dès l’été 1940 dans un contexte où la région se voit de plus forcée de participer à l’effort de guerre intense de ceux qui quelques semaines auparavant étaient encore les ennemis. L’analyse des comportements de la population alsacienne durant cette période pose cependant de réels problèmes de définition et de terminologie et il convient de s’interroger sur la possibilité d’adapter à l’Alsace les concepts développés par les historiens pour la France occupée ou pour l’opposition allemande au nazisme. Il s’agira donc ici de procéder à une démonstration concrète de la difficulté de qualifier les conflits qui animent la région pendant cette deuxième annexion.

3Après avoir dressé une brève présentation de la situation de l’Alsace et de la vie quotidienne de la population dans la région entre 1940 et 1945, nous mettrons en évidence les difficultés d’adaptation aux oppositions observées en Alsace des grilles de lecture françaises et allemandes des comportements collectifs et individuels. Nous soulignerons dans cette optique les apports de sources telles que les journaux intimes de contemporains de l’annexion ou encore les rapports d’opinion des services de renseignements national-socialistes. Des exemples précis seront nécessaires à la compréhension des difficultés pour les chercheurs de définir et de nommer des situations conflictuelles pouvant être floues ou ambivalentes et évolutives.

L’Alsace entre 1940 et 1945

  • 1  Les premiers Alsaciens seront admis au sein de la NSDAP le 26 janvier 1942 (Riedweg, 1983 : 229-24 (...)
  • 2  Construit à l’origine par les Français en 1939 pour accueillir des réfugiés à l’abri de la ligne d (...)
  • 3  Une circulaire du Gauleiter datée du 24 avril 1941 interdit l’usage du français en public.

4L’annexion de fait entraîne la mise en place d’une administration civile national-socialiste qui prend officiellement ses fonctions le 2 août 1940 avec à sa tête le Gauleiter Robert Wagner (Rigoulot, 1997 : 25). L’Alsace subit une germanisation et une nazification extrêmement rapides et brutales. La législation raciale, la germanisation des noms, prénoms, des noms de rues ou d’entreprises sont rapidement imposées. Le maillage du territoire alsacien est établi : la région est partagée en de nombreuses subdivisions, suivant le modèle d’organisation de la NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei), qui encadrent la population jusqu’au Block. Toutes les organisations attachées au parti national-socialiste et éprouvées dans le Reich depuis 1933 sont imposées dans les premiers mois de l’annexion à l’exception du parti lui-même, ses dirigeants ne souhaitant pas, devant les réticences de la population face à la doctrine national-socialiste, risquer d’intégrer des membres dont la fidélité ne serait pas assurée1. Ces changements fondamentaux imposés à la société alsacienne s’accompagnent d’une propagande poussée à l’extrême qui braque la population contre le régime nazi par l’aberration de ses messages haineux dirigés contre la France. La population alsacienne est, dès les premiers mois de l’année 1941, totalement encadrée et surveillée. Le système répressif instauré dans la région est objectivement beaucoup plus dur que dans la France occupée et le risque d’un internement au camp de Schirmeck2 plane sur la vie quotidienne de chacun. Le fait de parler français en public par exemple3 peut alors suffire en cas de dénonciation à entraîner un internement de plusieurs mois dont les conditions ne sont pas moins dures que dans les camps d’internement du Reich (Bopp, 1947 : 285). Les fonctionnaires alsaciens, s’ils souhaitent conserver leur emploi, doivent signer une déclaration de fidélité au Reich et à son Führer. Les autorités les incitent également à force de menaces à occuper des postes subalternes dans les organes annexes du parti (Vogler, 1995 : 253). Ces quelques éléments suffisent à comprendre que la situation de l’Alsace dès juin 1940 n’a que peu de points communs avec celle d’une autre région française.

  • 4  Le Gau est l’unité territoriale et administrative en place sous le Troisième Reich.

5La comparaison directe avec un autre Gau4 serait tout aussi difficile à envisager dans la mesure où les Alsaciens subissent clairement leur annexion et la population n’est donc que peu encline à attribuer une quelconque légitimité à l’autorité en place. L’identité régionale très forte et teintée, plus ou moins profondément, de francophilie et d’appartenance à la nation française, s’avère après quelques mois être un obstacle majeur à l’endoctrinement, de même que le changement de monnaie ou la nazification de l’économie qui lèsent ouvertement une grande majorité de la population.

6Les rapports entre la population et les autorités sont donc bien distincts des situations observées dans le Reich ou en France occupée à la même époque. L’attentisme, souvent attribué pour la France occupée à la masse de gens ordinaires qui la compose, n’est pas un terme adapté à la population alsacienne dont les contacts avec les représentants de l’État national-socialiste sont quasi quotidiens et incontournables. Il faut se figurer une omniprésence du régime nazi dans la vie quotidienne des Alsaciens. Une distinction peut certes être faite entre les milieux ruraux qui subissent moins les restrictions alimentaires, sont moins densément encadrés et visés par la propagande et les centres urbains où se concentrent les services de police politique et les manifestations officielles. Cependant toute la population est politiquement encadrée dans ses activités tant professionnelles que privées. Le tissu associatif est quasiment entièrement remplacé par les organisations satellites de la NSDAP qui cultivent le goût de l’uniforme et de la symbolique nazie. De l’école en passant par les entreprises et jusqu’aux organisations de loisirs destinées aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées etc., le régime marque sa présence par la symbolique nazie et la volonté d’un endoctrinement complet de la société. Le calendrier est rythmé par les nombreuses cérémonies officielles et les quêtes incessantes auxquelles les particuliers se voient contraints de participer. La menace de la délation par un voisin grandit sans cesse pendant l’annexion et le risque d’un internement administratif ou d’une rééducation (Umschulung) pour les fonctionnaires est connu de tous. Ce climat de crainte, voire de terreur, face aux polices politiques et à la délation est particulièrement perceptible dans le journal intime de Marie-Joseph Bopp (Bopp, 2004), professeur dans un lycée à Colmar. Ce dernier s’attache notamment à retranscrire les nombreuses rumeurs sur l’avancée des combats ou sur des faits divers ayant eu lieu dans la région. Si la propagande grossière imposée dès les premiers jours de l’annexion n’a clairement pas atteint ses buts, la désinformation, organisée par la confiscation des organes de presse et la censure, a pu avoir une incidence importante sur les comportements de la population. Les rumeurs plus ou moins fondées deviennent ainsi un élément important des conversations quotidiennes, de même que les blagues qui circulent sur tout le territoire. L’humour est une des rares formes d’expression publique et durable du mécontentement de la population et de sa réticence face au nazisme. Il témoigne avec la circulation des bons mots et autres histoires drôles dans toute la région, d’une forme de camaraderie générale justement créée par les conflits qui opposent la société alsacienne aux autorités.

7Les Alsaciens sont donc obligés de se positionner par rapport au régime, mais compte tenu de l’appareil répressif, de la chronologie des années d’annexion et de leur rôle dans la société, ils l’expriment de diverses façons. La lutte ouverte et physique contre le régime étant presque impossible, l’opposition des Alsaciens défavorables à l’annexion de fait est exprimée et concrétisée par la transgression ou encore par une lutte visant non le régime lui-même, mais un ou plusieurs de ses aspects. Ceci explique sans doute les difficultés rencontrées pour qualifier cette conflictualité aussi diverse qu’évolutive dans sa forme et ses enjeux.

La dénomination des comportements d’opposition

Les outils développés en France et en Allemagne

  • 5  Pour un bilan de l’historiographie de la Résistance en France, voir l’ouvrage de Laurent Douzou (2 (...)

8Les terminologies utilisées en Allemagne comme en France pour désigner les comportements d’opposition au régime national-socialiste sont construites par un jeu de questions-réponses entre les historiens5. Ils s’appliquent à démontrer l’inadaptation de certains concepts à leur propre terrain d’étude et créent ou choisissent des termes et définitions qui leur conviennent. Le résultat n’est donc pas une seule grille d’analyse des attitudes des populations observées mais plusieurs ensembles analytiques de chaque côté du Rhin. Chercher une exhaustivité dans la présentation de ces terminologies serait ici stérile et il convient de revenir à l’Alsace annexée de fait. L’étude de journaux intimes tenus par des Alsaciens pendant l’annexion ou encore des rapports d’opinion publique rédigés par les autorités allemandes permet de réfléchir au degré d’adéquation à la situation alsacienne des concepts forgés par les historiens pour définir les comportements de la population, soit dans la France occupée, soit dans l’Allemagne soumise au régime nazi. Deux grilles terminologiques ont été sélectionnées à partir de l’historiographie récente et il faudra se demander dans quelle mesure elles sont compatibles avec les descriptions tirées du journal de Marie-Joseph Bopp comme avec les analyses extraites des rapports du SD.

9La grille de lecture sélectionnée dans l’historiographie allemande est plutôt générale mais dans la mesure où elle permet de prendre en compte les comportements individuels, elle peut être appliquée à l’Alsace. Detlev Peukert (1982), en croisant le niveau de critique du régime (de partielle à générale) et le domaine dans lequel elle s’exerce (sphère privée jusqu’au domaine public), établit et hiérarchise quatre comportements :

  1. La non-conformité (Nonkonformität) qui équivaut à la remise en cause de façon individuelle et privée d’un seul aspect du système nazi. Cela peut donc correspondre au refus de parler allemand dans certains foyers alsaciens.

  2. Le refus (Verweigerung) qui est une forme généralisée de non-conformité et qui sort partiellement du domaine privé. Il peut s’agir dans le cas alsacien de refuser la participation aux quêtes ou l’inscription de ses enfants dans les jeunesses hitlériennes, de fuir l’incorporation de force…

  3. La protestation (Protest) qui cette fois est une critique ouverte et publique du régime. Elle peut concerner en Alsace les représentants religieux qui se battent pour leur culte et le bilinguisme.

  4. La résistance (Widerstand) qui représente ici toutes les mesures, les préparations, les attitudes qui visent à la destruction du système dans son ensemble. La notion de « préparation » est remarquable car elle inclut dans la résistance les satellites des groupes clandestins et les relais dont ils disposent dans la société.

10Ce schéma est utile pour situer dans un premier temps la masse des comportements qui s’inscrivent dans un conflit partiel avec le régime. Il est évident que la majeure partie des Alsaciens qui manifestent leur opposition se situe dans les deux premiers stades du schéma, entre non-conformité et refus. La seule variable qui manque à cette représentation est celle du degré de répression qui fait défaut à la majeure partie des définitions. Le risque encouru et le niveau d’oppression agissent forcément dans la prise de décision des contemporains et il est indispensable de les prendre en compte avant d’établir une histoire comparative entre les régions ou les États.

11Du côté de l’historiographie française, la terminologie retenue est celle synthétisée dans le Dictionnaire de la Résistance dirigé par François Marcot (2006). Les notions et les concepts proviennent d’auteurs différents mais leur définition par une même rédaction les rend plus précis et réellement comparables. Sont donc retenues les notions suivantes :

  1. La résistance, caractérisée par trois traits essentiels : « la volonté de nuire à un ennemi identifié » comme tel, occupant ou collaborateur à son service ; « la conscience de résister », c’est-à-dire de participer à une expression collective par un choix volontaire, et enfin un « engagement dans des formes d’action » lié à des pratiques de transgression (Laborie, 2006 : 37).

  2. L’opposition, qui « représente la forme d’engagement de ceux qui, tout en respectant les formes et la marge de manœuvre tolérée, contrecarrent les intérêts et les actions de l’occupant ». On peut l’appeler « réticence dans le cadre d’un simple manque de zèle au service de l’occupant » (Marcot, 2006 : 38). L’opposition peut donc s’accorder avec l’absentéisme et le sabotage dans les entreprises mais c’est surtout la réticence qui trouve un écho particulier dans la société alsacienne, à travers l’exemple de nombreux fonctionnaires alsaciens qui tentent d’épargner leurs voisins dans les rapports d’opinion et le manque de zèle évident de la population dans la participation à l’effort de guerre.

  3. La désobéissance ou l’insoumission, qui s’adapte aux individus faisant preuve d’une certaine indépendance d’esprit, voire de comportement, mais qui en dehors de tout projet de lutte contre le régime revient simplement à braver un interdit (Marcot, 2006 : 39). Dans le cadre de l’Alsace on pense à l’écoute de radios étrangères par exemple.

  4. La résignation, préférée au très usité « attentisme ». La résignation traduit la dépression qui touche les Français dans les deux premières années de l’occupation. N’ayant pas de choix à faire, ils ne s’engagent pas dans une lutte et se replient dans la sphère privée (Marcot, 2006 : 40). Les difficultés militaires allemandes et surtout l’instauration du STO viennent bousculer cette position. En Alsace, l’incorporation de force en 1942 joue le même rôle même si la résignation simple est certainement beaucoup moins étendue.

  5. L’adaptation contrainte, qui désigne des comportements attribués à la collaboration mais sont le fait d’une contrainte relevant d’un « effet de position » et non du volontarisme (Marcot, 2006 : 44). La signature des formulaires d’adhésion des fonctionnaires alsaciens, leur participation aux manifestations publiques de même que l’incorporation de force peuvent correspondre à cette notion suivant le point de vue adopté.

  6. L’opportunisme, qui reste le fait de tous ceux qui profitent d’une situation, quelle qu’elle soit, pour défendre au mieux leur intérêt personnel et leur carrière dans l’indifférence la plus totale à la situation du reste de la société.

12Pour une meilleure compréhension des problématiques exposées jusqu’ici, voyons maintenant à l’aide d’exemples tirés d’un journal intime et de rapports d’opinion publique si pratiquement les terminologies choisies peuvent être adaptées aux descriptions des témoins de l’annexion et quels sont les termes qu’ils ont eux-mêmes employés.

Cas pratiques extraits du journal de Marie-Joseph Bopp

13Marie-Joseph Bopp (1893-1972), enseignant érudit, docteur en philologie et mémorialiste reconnu, a rédigé un journal de juin 1940 jusqu’au mois d’août 1945. Ses écrits ne relèvent qu’en partie du journal intime dans la mesure où l’auteur s’attache avant tout à retranscrire le quotidien de l’Alsace et de sa ville Colmar pendant l’annexion. Malgré les limites très claires de tels écrits dans une étude historique, une subjectivité toujours présente, une manipulation et des corrections très probables du texte d’origine par son auteur ou des proches, le journal de Bopp, publié en partie (Bopp, 2004), représente une source de valeur pour comprendre l’annexion de fait et ses conséquences au quotidien sur la population. Les deux exemples qui suivent ne représentent qu’une infime partie des portraits dressés par l’auteur.

14Exemple 1 : « La doctoresse Erika Sittler-Wittmer, qui a très courageusement défendu notre collègue Joseph Simon quand les Français voulaient l’expulser quoiqu’il fût mourant, continue maintenant son rôle de protectrice des Alsaciens poursuivis, mais cette fois-ci de l’autre côté de la barricade ! » (Bopp, 2004 : 40) Ce personnage est sans doute le plus intriguant du journal de Bopp. Elle affiche des contacts rapprochés avec les autorités nazies mais Bopp reste persuadé qu’elle n’agit que pour le bien de ses concitoyens alsaciens. L’aide qu’elle apporte durant toute l’annexion à des amis et connaissances en conflit avec le régime est indéniable mais les motivations qui animent cette femme paraissent cependant invérifiables. A-t-elle agi de la sorte dans l’unique but de limiter l’impact du nazisme sur la population ou plus précisément pour lutter contre le régime ? Sa proximité avec le système est-elle seulement un moyen d’agir plus librement pour venir en aide aux autres ou correspond-elle réellement à une orientation idéologique ? Un terme unique pour définir son attitude ou plutôt ses attitudes est exclu : elles correspondent aussi bien à la définition d’opposition qu’à celle de réticence voire de collaboration. En revanche dans le schéma de Peukert, si l’on ne considère que ses actions d’opposition au régime en place, elle fait alors partie des rares Alsaciens qui appartiennent au secteur de la protestation.

15Exemple 2 : « Des milliers et des milliers de prisonniers de guerre français sont à Colmar, soit dans les casernes, soit dans les usines et les stades de sport. Presque tous les habitants de Colmar, et surtout la classe ouvrière, se dépensent pour leur apporter de la nourriture et du vin. Les Allemands sont très mécontents de cette sollicitude. Ils ont fait une affiche pour défendre à la population de porter des vivres aux prisonniers de guerre, mais cette interdiction resta sans effet. » (Bopp, 2004 : 24) L’aide aux prisonniers français est la première manifestation collective d’opposition au régime d’annexion et il est remarquable qu’elle se traduise aussitôt par une action pro-française. Il faut cependant replacer les faits dans leur contexte : ces actions se situent dans les premiers mois de l’annexion, et le côté massif de cette manifestation va s’atténuer au fur et à mesure que la répression s’étend. Alors qu’à l’été 1940 les Alsaciens passent outre l’interdiction d’aider les prisonniers sans en subir de conséquences, la même action envers les prisonniers polonais en 1942 assure en cas d’arrestation un séjour à Schirmeck. Ces deux actions ont effectivement la même portée objective mais le sens donné à l’action est beaucoup plus fort en cas de répression sévère. Pendant l’été 40, cette aide peut donc être qualifiée de non-conformité comme de désobéissance mais elle emprunte les caractères de l’opposition et du refus lorsque la transgression et le risque augmentent.

16Ces deux exemples font ressortir l’ambivalence des comportements de la population – leur signification varie selon la position de l’observateur – et leur sens dépend du contexte qui se transforme au cours de la période. En conséquence, il est difficile d’adopter une terminologie fixe et de la faire correspondre à une réalité humaine complexe et qui ne cesse d’évoluer.

17L’analyse du vocabulaire employé par l’administration nazie et ses services de renseignements pour qualifier les comportements d’opposition à sa politique peut également nous en apprendre beaucoup. En effet si, comme nous l’avons développé plus haut, la définition de concepts tels que la résistance ou l’opposition prend en compte l’intention de nuire au régime, il paraît intéressant de se placer du côté du régime et d’observer, par l’étude du vocabulaire employé, quelle dangerosité est attribuée aux comportements et opinions de la population, et quels sont les dommages qu’ils provoquent concrètement.

L’exemple des Meldungen aus dem Reich

  • 6  Ces textes ont été en partie publiés : Heinz Boberach (1984-1985).

18Les Meldungen aus dem Reich6, les nouvelles du Reich, sont des synthèses issues des nombreux rapports de renseignement du Sicherheitsdienst (SD) effectués dans tous les Gaue du Reich. Cet organe de la SS et donc du parti national-socialiste, observe à l’aide de rapporteurs allemands et alsaciens la situation générale de l’Alsace, l’opinion publique en particulier et les réactions face à la situation économique, politique et culturelle de la région. Ces nombreux rapports sont ensuite synthétisés et communiqués sous le titre Meldungen aus dem Reich aux cadres du parti. Ces textes constituent des sources encore une fois à étudier avec prudence car elles sont prises dans les enjeux de pouvoir au sein du parti et sont de plus écrites dans la langue particulière adoptée par le régime (cf. Klemperer, 1996). La nature de ces documents implique que les informations aient été manipulées par plusieurs auteurs et l’on imagine aisément la tentation que la censure pouvait représenter dans le transfert des informations vers les détenteurs du pouvoir. Ce n’est pourtant pas un tableau idyllique que dressent ces « nouvelles » pour l’Alsace et l’accent est indéniablement mis sur les difficultés de la politique de nazification et sur les oppositions rencontrées par le régime.

19Le premier élément qui ressort clairement de la lecture de ces rapports est la conscience qu’ont les rapporteurs du SD de la diversité des opinions et comportements en Alsace. Les difficultés liées à la germanisation forcée ou plus largement à la nazification sont signalées, bien que toujours contrebalancées par un résultat positif. Le vocabulaire employé par les rapporteurs du SD traduit bien ces préoccupations et les priorités du régime. À la différence des terminologies établies ultérieurement par les historiens, ce n’est pas le terme de Résistance (Widerstand) qui désigne la lutte totale contre le régime. Le terme Widerstand est effectivement employé dans ces rapports mais il est attaché à des comportements individuels et très peu agressifs envers le régime. Il désigne, dans ces documents, avant tout une critique orale et peut être assimilé à la définition donnée plus haut pour le concept de réticence ou celui de refus (Verweigerung). Lorsque les rapporteurs visent un phénomène plus inquiétant et massif, c’est le terme Gegner (adversaire) qui est utilisé avec ses déclinaisons. Ainsi il est souvent fait mention de Gegenarbeit (travail de sape, d’opposition) lorsqu’il s’agit de distribution de tracts ou encore de décrire l’attitude de prêtres mettant en garde les familles contre les jeunesses hitlériennes ou incitant les jeunes à quitter la région avant l’incorporation de force. Ce terme pose cependant des problèmes de traduction dans la mesure où le langage national-socialiste, paradoxalement truffé de mots étrangers et saturé d’idéologie, utilise également le terme d’Opposition qui désigne alors une activité moins radicalement hostile que la Gegnerschaft.

  • 7  L’expression « France de l’intérieur » désigne dans la bouche d’un Alsacien le reste du territoire (...)

20Les possibilités dans le choix d’une terminologie sont multiples et il apparaît important dans le cadre de l’Alsace de tenir compte de la spécificité historique de la région. Les taxinomies des historiens ne tiennent pas suffisamment compte de facteurs comme la répression ni de l’évolution de la situation. Or le faire conduit forcément à s’éloigner du général pour essayer de saisir les particularités de la situation de l’Alsace et donc à multiplier les grilles de lecture. L’Alsace ne peut être décrite seulement avec les outils en place en France et en Allemagne : le système répressif, la germanisation et la nazification brutale sont à prendre en compte si l’on veut parvenir à une analyse des conflictualités observées. La situation d’entre-deux que subit la région est effectivement unique mais les repères socio-culturels sont suffisamment clairs pour ne pas avoir à traiter la région comme un territoire exotique. La richesse des sources et l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale permettent aujourd’hui de se pencher sur cette période et d’approfondir l’étude des comportements de la population alsacienne face au nazisme. La production historiographique concernant l’Alsace pendant l’annexion est en effet fournie mais très inégale. La question des « Malgré-nous » reste un obstacle majeur à l’étude du reste de la population car elle accapare les mémoires et les écrits, focalise l’attention de la recherche scientifique et sacralise une histoire régionale très peu étudiée par les historiens « de l’intérieur »7. Deux thèses doivent toutefois être signalées ici : celle de l’Allemand Lothar Kettenacker (1973) et celle d’Eugène Riedweg (1983). Toutes deux dressent un tableau complet de l’annexion et de la politique de nazification mais les comportements et opinions de la population face au nazisme n’ont pas encore été l’objet principal d’un travail scientifique. La démonstration qui précède suffit à mettre en évidence la complexité d’une telle entreprise mais il apparaît important aujourd’hui de clarifier un aspect de l’histoire alsacienne qui a donné lieu à beaucoup de suppositions de l’après-guerre à nos jours. Parvenir à nommer et à définir les diverses formes de conflits qui agitent alors la société alsacienne relève d’une nécessité, celle de décrire et d’expliquer avec des termes qui ne trahissent pas la réalité historique.

Haut de page

Bibliographie

Sources :

Boberach, Heinz (dir.) (1984-1985) : Meldungen aus dem Reich 1938-1945. Die geheimen Lageberichte des Sicherheitsdienstes der SS. Herrsching (Pawlak).

Bopp, Marie-Joseph (1974) : L’Alsace sous l’occupation allemande. Le Puy (X Mappus éditeur).

--- (2004) : Ma ville à l’heure nazie, Colmar 1940-1945. Strasbourg (La nuée bleue).

Bibliographie :

Douzou, Laurent (2005) : La Résistance française : une histoire périlleuse. Paris (Seuil).

Granier, Jacques (1991), « Schirmeck, connais pas ! », in : Saison d’Alsace n° 114. Strasbourg (La nuée bleue), p. 267-279.

Kettenacker, Lothar (1973) : Nationalsozialistische Volkstumspolitik im Elsaß, Studien zur Zeitgeschichte. Stuttgart (DVA).

Klemperer, Victor (1996) : LTI, la langue du Troisième Reich. Carnets d’un philologue. Paris (Albin Michel).

Laborie, Pierre (2006) : « Penser la Résistance comme un processus socioculturel », in : Marcot, François (dir.) : Dictionnaire historique de la Résistance. Paris (Robert Laffont), p. 37-38.

Marcot, François (2006 a) : « La Résistance, un comportement parmi d’autres », in : Marcot, François (dir.) : Dictionnaire historique de la Résistance. Paris (Robert Laffont), p. 38-41.

--- (2006 b) : « Inscrire les résistants dans la société de leur temps », in : Marcot, François (dir.) : Dictionnaire historique de la Résistance. Paris (Robert Laffont), p. 41-43.

--- (2006 c) : « De la Résistance aux Résistants », in : Marcot, François (dir.) : Dictionnaire historique de la Résistance. Paris (Robert Laffont), p. 43-44.

--- (2006 d) : « Quelles sont les limites de la Résistance », in : Marcot, François (dir.) : Dictionnaire historique de la Résistance. Paris (Robert Laffont), p. 44-46.

Peukert, Detlev (1982) : Volksgenossen und Gemeinschaftsfremde : Anpassung, Ausmerze und Aufbegehren unter dem Nationalsozialismus. Köln (Bund-Verlag).

Riedweg, Eugène (1983) : L’Alsace et les Alsaciens de 1939 à 1945, thèse dactylographiée, (Strasbourg 2).

Rigoulot, Pierre (1997) : L’Alsace-Lorraine pendant la guerre de 1939-1945. Paris (PUF).

Saison d’Alsace (1989-1995) : numéros 105 (« 1939, L’évacuation), 109 («1940, La débâcle »), 114 (« 1941, La mise au pas »), 117 («  1942, L’incorporation de force »), 121 («1943, La guerre totale »), 124 (« 1944, Vers la libération »), 127 (« 1945, La délivrance »), Strasbourg (La nuée bleue).  

Vogler, Bernard (1995) : Histoire politique de l’Alsace : de la révolution à nos jours. Un panorama des passions alsaciennes. Strasbourg (La nuée bleue).

Haut de page

Notes

1  Les premiers Alsaciens seront admis au sein de la NSDAP le 26 janvier 1942 (Riedweg, 1983 : 229-249).

2  Construit à l’origine par les Français en 1939 pour accueillir des réfugiés à l’abri de la ligne de front, le camp est transformé et agrandi par les Allemands. Il devient un Sicherungslager (camp de sûreté) ou Erziehungslager (camp d’éducation) et ouvre ses portes en juillet 1940 sous l’impulsion de Robert Wagner et du chef de police Scheel (Granier, 1991 : 268-269).

3  Une circulaire du Gauleiter datée du 24 avril 1941 interdit l’usage du français en public.

4  Le Gau est l’unité territoriale et administrative en place sous le Troisième Reich.

5  Pour un bilan de l’historiographie de la Résistance en France, voir l’ouvrage de Laurent Douzou (2005).

6  Ces textes ont été en partie publiés : Heinz Boberach (1984-1985).

7  L’expression « France de l’intérieur » désigne dans la bouche d’un Alsacien le reste du territoire national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Ségolène Verneret, « Nommer le conflit. Le cas de l’Alsace pendant son annexion de fait au Troisième Reich, 1940-1945 », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/828

Haut de page

Auteur

Anne-Ségolène Verneret

anne-segolene.verneret@univ-fcomte.fr, histoire contemporaine, doctorante, université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page