Navigation – Plan du site
Repenser le conflit

Repenser le conflit

Approches franco-allemandes
Martin Baloge, Marc Berdet, Yoann Boget et Elissa Mailänder

Texte intégral

« Le conflit est la mouche du coche de la pensée.
Il stimule l’observation et la mémoire. »
John Dewey

1La fin de la guerre froide a marqué l’émergence de nouveaux types de conflictualités : terrorisme (attentats du 11 septembre 2001), guerres « préventives » (en Afghanistan ou en Irak), etc. Les conflits armés prennent des formes nouvelles, interrogent la légitimité de l’action des démocraties impliquées, et obligent à un travail de redéfinition juridique au niveau mondial (Walzer, 1977 et MacMahan, 2009).

2Mais ce n’est pas tout. Car aujourd’hui comme hier, le conflit ne se limite pas aux affrontements militaires. Le terme de conflit invite à une analyse beaucoup plus large que celui de guerre. Parmi les antagonismes ouverts qui traversent nos sociétés, on compte ainsi les récentes révoltes populaires, organisées (mouvement des Indignés de Madrid ou celui d’Occupy à Wall Street en 2011) ou non (dans les banlieues parisiennes en 2005, londoniennes en 2011, ou encore à Athènes en 2011), qui mobilisent une partie de la population contre les gouvernements. L’individu lui-même se trouve pris dans une trame faite d’antagonismes. La concurrence économique mondialisée, par exemple, se répercute sous forme de tensions psychiques parfois insupportables (vague de suicides à France Télécom en 2010).

3Cette recrudescence de la conflictualité à tous les niveaux se fait sentir dans les travaux des chercheurs. Certains philosophes constatent un changement dans le paradigme guerrier et la disparition de l’État-Nation comme acteur central dans le combat (Gros, 2006). D’autres parlent à ce propos de conflits de « cultures », une hypothèse qui a culminé dans la thèse très controversée du « choc des civilisations » (Huntington 2009). La recherche tente aujourd’hui de replacer la dimension sociale au cœur de l’analyse. Le conflit occupe par exemple une place importante dans les études sur les mobilisations collectives où, sous différentes formes (manifestation, grèves, conflit social, sit-in, etc.), il illustre les phénomènes contestataires (Fillieule/Agrikoliansky/Sommier, 2010). Des anthropologues et des sociologues enquêtent sur la police dans les banlieues (Fassin, 2011), sur les violences politiques et les révoltes qu’elles provoquent (Crettiez/Muchielli, 2010), sur le caractère des émeutes qui en surgissent (Bertho, 2009 ; Mauger, 2005). Certains tentent même une phénoménologie de l’insurrection (Badiou, 2011). Et des psychosociologues s’intéressent aussi bien aux psychopathologies des violences collectives (Sironi, 2007) qu’aux nouveaux types de souffrance au travail (Desjours, 1998 ; Gaulejac, 2005 ; Bergeron, 2010).

4Il s’agit d’un tournant, car les années 1980-1990 avaient quelque peu refoulé la thématique du conflit. On parlait plutôt de réseaux (Musso, 2003), de communication (Habermas, 1995 ; Sfez, 2010) ou d’hybridité. Cette substitution résultait peut-être d’une réaction à l’omniprésence des luttes des années 1960-1970, tant au niveau pratique que théorique. Car face aux mouvements anticolonialistes, féministes, pacifistes, écologistes et étudiants, mais aussi à des actions politiques violentes comme celles des brigades rouges, les chercheurs ne pouvaient pas faire autrement que d’aborder le conflit. La vieille thématique de la « lutte des classes » s’imposait, mais on faisait aussi preuve d’inventivité, avec des concepts comme ceux du « micropouvoir » (Foucault, 1975 et 2003), de « champs de force » (Thompson, 1978) ou encore de « violence symbolique » (Bourdieu/Passeron, 1970).

  • 1 La réception de John Rawls ne fut en effet véritablement importante que dans les années 1980-1990, (...)

5À partir des années 1980, cette créativité semble s’estomper. L’anthropologie sociale, qui parlait encore de rapports de forces, cède du terrain à une anthropologie culturelle centrée sur le métissage – thème traité dans le numéro précédent de trajectoires. Les complexes œdipiens de la psychanalyse sont évacués au bénéfice de la norme sociale et de l’équilibre biologique que régénèrent les psychologies comportementales et cognitivistes. La philosophie cherche à soumettre l’harmonie sociale et politique à des normes morales ou juridiques (Rawls, 1990)1. Enfin, la chute du mur semble donner raison à ceux qui proclament la « fin de l’histoire » (Fukuyama, 1992), autrement dit le crépuscule des guerres et des conflits de toutes sortes.

6Aujourd’hui, le conflit revient lui-même sur le devant de la scène historique, et les chercheurs l’appréhendent par de nouveaux dispositifs théoriques. Ils investissent des terrains jusque-là inexplorés, esquissent d’autres méthodes. Les textes présentés dans ce numéro s’inscrivent dans ce renouveau. En analysant le conflit dans des milieux où on ne l’attendait pas, en actualisant les outils conceptuels existants, les auteurs de notre dossier thématique se ressaisissent du problème. Ils n’hésitent pas à emprunter des notions à des champs qui ne sont pas les leurs. Car si, comme les précédents, ce numéro se veut résolument pluridisciplinaire, et accueille des sociologues, des géographes, des philosophes, des historien-ne-s et des littéraires, les auteur-e-s redoublent le souhait de transdisciplinarité de trajectoires. Plusieurs d’entre eux, pourtant non sociologues, mobilisent par exemple des notions ou des techniques empruntées aux métaphores théâtrales de l’école interactionniste. Les démarches se trouvent alors parfois remarquablement proches.

7Aline Hartemann analyse par exemple les conflits qui apparaissent entre les Français et les Allemands qui gèrent les programmes d’ARTE. En effet, si l’on considère parfois la chaîne de la culture comme le symbole de la coopération européenne, celle-ci n’est pas pour autant exempte de dissensions internes que tout un dispositif institutionnel permet d’articuler et de dépasser. Ses observations in situ permettent à la sociologue d’analyser les scènes d’action (intimidations, portes qui claquent, etc.), et la rapprochent parfois de la sociologie empirique de l’École de Chicago (Chapoulie 2001). Mais son paradigme de référence demeure l’analyse stratégique de Crozier et Friedberg, qui lui permet l’analyse des rapports de pouvoir tels qu’ils sont régulés par « la Centrale ». Elle montre en effet comment une sérieuse divergence d’opinion quant à la notion de culture (« cultivée » ou « populaire ») se trouve atténuée, via une procédure de collaboration a minima entre Français et Allemands, par l’organisation bureaucratique.

8Élise Roche mobilise, elle aussi, observation participante et entretiens semi-directifs. Elle nous emmène dans les quartiers de Kottbusser Tor (Kreuzberg) et de Saint-Denis, à Berlin et aux portes de Paris. Cette géographe analyse les types singuliers de conflits liés à l’usage de l’espace, que cet usage soit réel ou imaginé. À Kottbusser Tor, un quartier populaire qui tend aujourd’hui à se gentrifier, une initiative citoyenne s’oppose à une association qui aide des toxicomanes accusés de dégrader les « espaces intermédiaires » (halls d’immeubles, parkings, etc.). À St Denis, la municipalité prévoit, dans le cadre d’un projet de rénovation urbaine, de réduire la taille d’un terrain de football et de le déplacer près d’immeubles d’habitation. C’est l’occasion pour certains locataires de s’opposer à des « jeunes » qui risqueraient d’en faire un mauvais usage, et de troubler leur tranquillité – « jeunes » qui symétriquement s’opposent, légalement ou non, à la menace qui pèse sur leur espace de jeu. L’auteure montre que si, dans les deux cas, des locataires qui se sentent légitimes souhaitent expulser ou contenir ceux qu’ils jugent comme « déviants », le conflit est mieux institutionnalisé en Allemagne qu’en France, où il prend une allure plus spontanée.

9Malgré des paradigmes explicitement divergents (stratégique pour la sociologue, proche de l’analyse des mobilisations collectives pour la géographe), Élise Roche et Aline Hartemann effectuent un parcours similaire. Toutes deux partent de l’analyse concrète de situations d’interactions sociales, et aboutissent à différentes modalités d’institutionnalisation du conflit. Cet aller-retour entre la situation et l’institution, le rôle social et sa possible formalisation par un appareil bureaucratique, se retrouve chez la romaniste Hanna Klimpe, qui analyse selon le même mouvement une œuvre littéraire, le roman Le rouge et le noir de Stendhal. En effet, le conflit intime qui travaille le héros de cette chronique des années 1830, Julien Sorel, résulte d’une intériorisation de rôles sociaux antagonistes auxquels, dans une sorte de nostalgie inconsciente de l’Ancien Régime, il s’identifie alternativement : doit-il se conformer aux normes imposées et devenir prêtre ou s’affranchir des contraintes qui le déterminent et embrasser une carrière militaire, à l’image de son idole, Napoléon Bonaparte ? C’est ici l’analyse littéraire qui se sert de la sociologie des interactions pour mieux saisir le conflit qui travaille la trajectoire biographique de ce héros, en lequel se reflètent les conflits de la Restauration.

10Le cadre d’analyse que choisit Aline Vennemann est plus large encore. Par l’étude croisée d’une terrible allégorie que l’on retrouve, à plus de quarante ans de distance, dans un film de Luis Buñuel et une pièce de Elfriede Jelinek, elle montre les pulsions violentes que cache le décorum des cérémonies bourgeoises. La germaniste met ainsi à l’épreuve, par une analyse formelle de L’ange exterminateur (1962) et de Rechnitz (der Würgeengel) (2009), les célèbres thèses de Norbert Elias sur le processus de civilisation. En outre, elle convoque – elle aussi – la mise en scène de la vie quotidienne à la Goffmann, mais encore la philosophie déconstructionniste de Derrida et la sémiologie de Barthes. Elle mobilise ainsi une large palette d’outils théoriques pour saisir le conflit au centre d’un processus qui défait et refait constamment les normes du vivre ensemble. Les dimensions micrologiques et macrologiques du conflit s’emboîtent, et sont elles-mêmes englobées par des considérations véritablement anthropologiques.

11Marc Lavastrou aborde, lui, le problème du conflit par le biais historique, la réception du cinéma de la République de Weimar en France. Au sortir de la Grande Guerre, le cinéma allemand se heurte en effet à un difficile climat de censure en France, des motifs économiques et politiques étant régulièrement invoqués pour empêcher la diffusion des films d’outre-Rhin. Le germaniste dresse le portrait d’un franc-tireur méconnu, Louis Delluc, qui cherche à imposer le cinéma allemand dans les salles et les revues françaises. Malgré ses efforts pour dépasser une inimitié inféconde entre les deux pays, l’industrie cinématographique française ne retient pas les leçons de l’allemande, qui s’adapte mieux au marché mondial. La situation du cinéma en France résulte ainsi du conflit non digéré de la Première Guerre mondiale, transposé sur le sol national en un conflit entre un cinéphile passionné et la doxa culturelle.

12Anne-Ségolène Verneret analyse un autre genre d’implication nationale d’un conflit mondial : l’annexion de fait, en 1940, de l’Alsace par l’Allemagne national-socialiste. Le conflit est vécu avec intensité par les Alsaciens, qui sont confrontés à une politique brutale de nazification. L’historienne s’appuie sur un ego-document, le journal intime d’un enseignant à Colmar, Marie-Joseph Bopp, pour cerner les différents types de « résistance » et de « collaboration » des habitants de la région : protestation publique, refus collectif, résistance clandestine, insoumission individualiste, désobéissance privée, non-conformisme, ajustement contraint, adaptation libre ou opportunisme. Elle teste ainsi les typologies de comportements élaborées, en Allemagne, par l’historien Detlev Peukert et, en France, par François Marcot, et vise à les nuancer.

13On observe dans ces deux textes les formes multiples suivant lesquelles les acteurs s’approprient le conflit (Lüdtke, 1989). Chez Lavastrou comme chez Verneret, on peut observer des agents sociaux qui, dans des situations historiques bien particulières, se situent dans un champ de force complexe. À ce niveau de la microhistoire, les comportements se révèlent bien plus complexes et contradictoires que ce qu’en disent les théories en sciences sociales. Même dans un cadre totalitaire comme celui de l’Alsace annexée, la simple opposition entre « dominant » et « dominé » ne rend pas compte de l’expérience vécue des acteurs ordinaires ni des marges de manœuvre qu’il exploitent (Lüdtke, 1991 ; Bergerson, 2004) et qui doivent être analysées dans leur épaisseur historique.

14C’est dans le même esprit d’une redéfinition du conflit que Sebastian Schneider propose, de manière assez ambitieuse, un état des lieux de la recherche philosophique allemande (et parfois anglo-saxonne) sur la guerre aujourd’hui. Car la guerre a changé, et n’oppose plus deux acteurs distincts, incarnés par les États-Nations, sur la scène de l’histoire. Le philosophe montre combien le « droit de tuer », réglementé par les constitutions nationales, peut être instrumentalisé pour des guerres dites « légitimes » ou « moralement nécessaires », même lorsque l’ennemi n’est pas clairement identifié. Cette reconfiguration de la guerre par les hommes politiques qui agitent, à l’occasion, le spectre du terrorisme, se répercute sur certaines conceptions philosophiques qui désignent des « petites » guerres, des conflits « de basse intensité », des civils plus présents (du côté des acteurs comme de celui des victimes), des guerres économiques au sein de la militaire, et même des opérations linguistiques et médiatiques. Mais le champ philosophique (essentiellement allemand ici) demeure étroit, et n’a pas pu, pour l’instant, s’adapter aux nouvelles configurations guerrières. À l’inverse, les politologues voient trop souvent des nouveautés radicales là où le conflit n’a pas changé de ce que l’on connaissait. C’est que le concept de guerre mériterait d’être redéfini aujourd’hui, et notamment selon ses aspects les plus normatifs, par les scientifiques et les philosophes, et non pas être laissé aux manipulations des politiciens bellicistes.

15On peut dégager, dans ce dossier, plusieurs échelles différentes d’appréhension du conflit. Néanmoins, ces échelles s’interpénètrent souvent. Certain-e-s auteur-e-s l’abordent par un biais microsocial mais, en se concentrant sur des conflits intérieurs, révèlent des tensions entre rôles sociaux, voire entre institutions. D’autres commencent par un angle plus général, mais leur échelle régionale ou globale renvoie finalement aux tensions que l’individu affronte dans son quotidien. D’autres encore s’attellent à des études de cas basées sur des ouvrages ou des films révélateurs de pressions psychologiques (conflits intérieurs), mais parviennent à des clivages sociaux, voire à des conflits civilisationnels.

16À la lecture de ces articles, il ressort que la notion de conflit doit être déconstruite et ne pas être appréhendée sur la base de prénotions qui la réduisent à sa dimension guerrière. Il convient plutôt de l’étudier comme une manifestation de phénomènes variés qui se rattachent à différents champs du monde social, mais aussi à différentes disciplines des sciences humaines et sociales. On peut le considérer sous ses multiples formes (mobilisations collectives, clivages intimes, antagonismes historiques, opposition civilisation/barbarie), mais aussi comme un véritable analyseur d’autres phénomènes sociaux (sociabilité, diplomatie, paix, etc.).

17Le conflit demeure ainsi un objet d’étude extrêmement riche, qui gagne à être étudié à différents niveaux, avec des outils variés, par des disciplines parfois éloignées mais qui peuvent communiquer entre elles, y compris – et surtout – au point de vue méthodologique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Badiou, Alain (2011) : Le réveil de l’histoire. Paris (Éditions Lignes).

Bergeron, Marion (2010) : 183 jours dans la barbarie ordinaire. En CDD chez Pôle emploi. Paris (Plon).

Bergerson, Andrew Stuart (2004) : Ordinary Germans in extraordinary Times. The Nazi Revolution in Hildesheim. Bloomington (Indiana University Press).

Bertho, Alain (2009) : Le temps des émeutes. Paris (Bayard).

Chapoulie, Jean-Michel (2001) : La tradition sociologique de Chicago : 1862-1961. Paris (Seuil).

Crettiez, Xavier et Laurent Mucchielli (2010) : Les violences politiques en Europe. Un état des lieux. Paris (La Découverte).

Desjours, Christophe (1998) : Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale. Paris 
(Seuil).

Fassin, Didier (2011) : La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers. Paris (Seuil).

Fillieule, Olivier, Éric Agrikoliansky et Isabelle Sommier (2010) : Penser les mouvements sociaux : Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines. Paris (La Découverte).

Foucault, Michel (2003) : Le pouvoir psychiatrique. Paris (Gallimard).

--- (1975) : Surveiller et punir. La naissance de la prison. Paris (Gallimard).

Fukuyama, Francis (1992) : The End of History and the Last Man. London, New York (Penguin).

Gaulejac, Vincent (2005) : La société malade de la gestion. Paris (Seuil).

Gros, Frédéric (2006) : États de violence. Essai sur la fin de la guerre. Paris (Gallimard).

Habermas, Jürgen 1995 : Theorie des kommunikativen Handelns. Francfort/Main (Suhrkamp).

Huntington, Samuel P. (2009) : Le choc des civilisations. Paris (Odile Jacob).

Lüdtke, Alf, éd. (1989) : Alltagsgeschichte: zur Rekonstruktion historischer Erfahrungen und Lebensweisen. Francfort/Main, New York (Campus).

--- (1991) : « Herrschaft als soziale Praxis. Einleitung », in : Alf Lüdtke, éd. : Herrschaft als soziale Praxis. Göttingen (Vandenhoeck & Ruprecht), p. 9-63.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MacMahan, Jeff (2009) : Killing in war. Oxford (Clarendon Press).
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780199548668.001.0001

Mauger, Gérard (2006) : L’émeute de novembre 2005. Une révolte proto-politique. Paris (Le croquant).

Musso, Pierre (2003) : Critique des réseaux. Paris (PUF).

Rawls, John (2009) : Théorie de la justice. Paris 
(Seuil).

Sfez, Lucien (2010) : La communication. Paris (PUF).

Sironi, Françoise (2007) : Psychopathologie des violences collectives. Essai de psychologie géopolitique clinique. Paris (Odile Jacob).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thompson, Edward Palmer (1978) : « Eighteenth-century English society: class struggle without class ? », in : Social History, 3, p. 133-165.
DOI : 10.1080/03071027808567424

Walzer, Michael (1977) : Just and Unjust war. New York (Basic Books).

Haut de page

Notes

1 La réception de John Rawls ne fut en effet véritablement importante que dans les années 1980-1990, dans le ressac des philosophies marxistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Baloge, Marc Berdet, Yoann Boget et Elissa Mailänder, « Repenser le conflit », Trajectoires [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/841

Haut de page

Auteurs

Martin Baloge

Articles du même auteur

Marc Berdet

Articles du même auteur

Yoann Boget

Articles du même auteur

Elissa Mailänder

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page