Navigation – Plan du site
Penser le (non-)travail

De quoi le licenciement libère-t-il ?

Considérations sur des salariés licenciés « heureux », éclairées par la critique du travail de Hannah Arendt
Mélanie Guyonvarch

Résumés

Le licenciement, cette forme imposée de non-travail, est sans aucun doute source de difficultés. Or, le présent article éclaire un autre aspect des témoignages de licenciés : certains se disent au contraire libérés, soulagés voire heureux que le licenciement leur ait permis de porter un autre regard sur leur rapport au travail et sur leur mode de vie. Ceux-là font en quelque sorte l’expérience des « travailleurs sans travail » qu’évoquait Hannah Arendt en 1958 dans sa critique de la société moderne focalisée sur le travail. L’expérience du licenciement permet de rendre tangible une ambivalence non explicitement exprimée en situation ordinaire de travail : le profond attachement au travail coexiste avec une forte distanciation aux valeurs de la société capitaliste contemporaine, que ces salariés disent cautionner ou subir sans s’y reconnaître. S’ils ne peuvent pas forcément s’en affranchir, ce non-travail imposé est alors l’occasion d’une prise de recul réflexive sur leur rapport au travail et sur les incidences de ce dernier sur leurs modes de vie, d’engagement et de pensée.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La banalisation du licenciement renvoie au fait qu’il est aujourd’hui largement considéré comme une (...)

1Si le licenciement est aujourd’hui davantage banalisé dans les discours managériaux, les politiques publiques d’emploi et les pratiques des gestionnaires des ressources humaines1, il n’en va pas de même pour les salariés confrontés à cette épreuve, qui les affecte dans leur trajectoire professionnelle et personnelle.

2Ce constat, résultat d’une recherche sur la banalisation du licenciement (Guyonvarch, 2008), s’est pourtant accompagné d’une analyse à rebours de cet enseignement principal. Parmi la soixantaine de salariés, cadres et techniciens, interrogés dans deux entreprises procédant à des plans sociaux, une dizaine offrait une réalité bien différente, éclairant la perception du « non-travail ». Pour ces derniers, le licenciement n’est ni une épreuve, ni une opportunité leur permettant de « rebondir » et de construire eux-mêmes leur carrière. Il apparaît comme une forme de soulagement, dans la mesure où il leur ouvre la perspective de sortir de cette carrière-là et de ce monde du travail-ci. Le licenciement a ainsi pu donner lieu à l’expression de ce sentiment spécifique de libération. Mais de quoi le licenciement et le non-travail qui en est la conséquence directe libèrent-t-ils ? Cette interrogation prend une tournure spécifique dans la mesure où elle concerne dans cette enquête des salariés très qualifiés, appartenant à la frange supérieure de la hiérarchie professionnelle, cadres et techniciens, censés les plus acquis aux discours sur la nécessaire « flexibilité » et « adaptabilité » des salariés au contexte changeant du monde du travail actuel.

3Par-delà le discrédit, sur lequel la majorité des analystes s’entendent, en sociologie notamment, à l’encontre de « la fin du travail » (Grozelier, 1998 ; Schnapper, 1997), le détour par cette forme de non-travail apporte pourtant des éléments éclairants. L’expérience du licenciement permet de rendre tangible l’ambivalence du rapport au travail, parfois très difficile à percevoir ou non explicitement exprimée en situation ordinaire de travail. La crise que constitue le licenciement montre le profond attachement, en partie aliénant, des salariés au travail en même temps que la forte distanciation par rapport à des valeurs de la société capitaliste contemporaine qu’ils disent cautionner ou subir sans s’y reconnaître. S’ils ne peuvent pas forcément s’en affranchir, cette forme spécifique de non-travail imposé fut l’occasion pour certains de prendre du recul vis-à-vis de leur rapport au travail et des incidences hors travail de celui-ci, dans leur modes de vie, d’engagement et de pensée. Ces réflexions entrent en résonance avec l’analyse de Hannah Arendt sur l’avènement d’une « société de travailleurs sans travail », décrite à la fin des années 1950. Cette référence de la philosophie politique est apparue primordiale dans cette recherche sociologique sur le licenciement, car sa critique du travail dépasse le travail en tant que tel et se relie à celle de la consommation et du mode de production des sociétés contemporaines. Or, c’est précisément sur ces points que les salariés interrogés ont mis l’accent, tel que nous allons le développer par la suite.

4Nous évoquons dans un premier temps cet aspect de La condition de l’homme moderne, afin de voir en quoi elle éclaire l’étude des réactions de ces licenciés « heureux » auxquels est consacré le second temps.

5L’analyse repose sur une enquête qualitative réalisée auprès de salariés qualifiés. 69 entretiens ont été menés dans des situations de restructurations, dans deux entreprises procédant à des plans de licenciements collectifs, avec des cadres ou managers et des techniciens de recherche, tous licenciés pour motif économique. Ces plans sociaux sont intervenus entre 2003 et 2006 dans un centre de recherche d’un grand groupe de l’industrie pharmaceutique et dans une Société de Services et d’Ingénierie Informatique (SSII). Le choix des enquêtés a été effectué selon des variables telles que l’âge, le sexe, le degré d’ancienneté, le niveau hiérarchique ou encore la fonction occupée.

Une « société de travailleurs sans travail » ?

« J’ai été licenciée il y a 3 mois. Et en ce moment, je fais une pause. Je fais des cours au CNAM en psychologie du travail, et en septembre je verrai. Ça donne de l’air ! Ça faisait déjà deux, trois ans que je me disais que je voulais partir, mais bon, c’était la tranquillité financière. C’est quand même un contexte qui fait flipper le chômage, tout le monde te dit : ‘Ouh, là, là, tu vas être au chômage...’. C’est un peu dur de rester zen pour dire que je démissionne, tu n’es pas à l’aise du tout vis-à-vis des autres, vis-à-vis de toi, pour démissionner. Mais quelque part, c’est salutaire, je peux me dire que [cet employeur] m’a permis… je ne vais pas le remercier, mais il fallait que je m’arrête. » (Marie, 35 ans, cadre supérieur dans une SSII)

6Si l’on en croit le témoignage de cette enquêtée, le licenciement est une expérience douloureuse, la privant de son travail et du confort matériel qui l’accompagne. En amont de cette citation, l’interviewée fait d’abord état du traumatisme déclenché dans sa vie personnelle et professionnelle par l’annonce de son licenciement. En même temps, elle insiste ensuite ci-dessus sur la libération qu’a représenté cette interruption contrainte de son activité professionnelle : c’est en effet un événement qu’elle juge « salutaire » afin d’arrêter la machine dans laquelle elle était embarquée depuis plusieurs années sans pouvoir véritablement la maîtriser, et sans s’interroger profondément sur les doutes ressentis de façon récurrente tout au long de sa carrière. Au-delà du travail, sur lequel de nombreuses critiques sont émises, c’est aussi plus largement leurs façons de consommer, leurs modes de vie et la société en général qui sont abordées et remises en cause par ces individus. Les témoignages qui s’inscrivent dans cette logique – une dizaine parmi les 69 entretiens – insistent de façon similaire sur le soulagement qu’a finalement engendré la perte de l’emploi. Ils font certes état des déstabilisations variées produites par le licenciement, mais ils se différencient des autres témoignages en dépassant ce premier diagnostic, laissant la place à un sentiment de libération. Les points de vue de ces salariés sont apparus a priori étonnants au regard de la majorité des autres témoignages recueillis, car ces derniers insistaient souvent exclusivement sur les effets délétères des licenciements et sur une valorisation très forte de l’activité de travail dont ils furent privés avec l’annonce des plans sociaux. Les diagnostics positifs, voire heureux de ces salariés lorsqu’ils évoquent leur licenciement invitent à s’interroger sur les raisons de tels points de vue.

  • 2 Les licenciements en question dans cette recherche n’ont certes pas pour origine l’automatisation d (...)

7Or, il nous semble que ce sentiment de libération a partie liée avec la configuration toute particulière de nos sociétés occidentales contemporaines dans laquelle prend place le licenciement : puisque le travail est devenu et se maintient comme le lieu principal de l’épanouissement potentiel (ou de son pendant négatif : l’aliénation) (Méda, 1995), alors la perte d’emploi nous prive en effet du moteur essentiel de notre sentiment d’utilité sociale. Or, ceci n’est pas sans rappeler l’analyse que fait Hannah Arendt en 1958 dans La condition de l’homme moderne, à propos de « la société de travailleurs sans travail » (Arendt, 2003). Dans cet ouvrage, Arendt questionne selon plusieurs angles la condition moderne de l’homme et analyse à cet égard le phénomène de l’automatisation, qui infiltre de façon toujours croissante le monde du travail2. Ce regard sur l’introduction systématique des machines dans le travail humain prend place dans une réflexion plus large : elle étudie la façon dont est considéré le travail par les sociétés au cours de l’histoire. Méprisé à l’époque antique et réservé aux esclaves, le travail est magnifié à l’époque moderne, devenu valeur de toutes choses, et ayant transformé la société en « société de travailleurs ». Or, c’est justement cette société que l’automatisation est censée libérer des chaînes du travail. Face à ces évolutions, l’auteur émet de fortes critiques affirmant que

« [c]ette société ne sait plus rien des activités plus hautes et plus enrichissantes pour lesquelles il vaudrait la peine de gagner cette liberté. On ne peut rien imaginer de pire, les hommes étant sur le point de se libérer de la seule activité qui leur reste. Une société de travailleurs sans travail, dans laquelle plus personne ne fait œuvre de quelque chose mais où tout le monde œuvre pour gagner sa vie. » Et plus loin : « Quoi que nous fassions, nous sommes censés le faire pour ‘gagner notre vie’. » (Arendt, 2003 : 37, 177)

  • 3 La vita activa s’oppose à la vita contemplativa et implique de s’interroger sur ce que nous faisons (...)

8Dans les sociétés modernes, Arendt souligne ainsi la prédominance du travail dans les différentes parties constituantes de la vita activa (labor, work, action3). En s’imposant face aux autres activités, le travail rabaisse l’œuvre et l’action au statut de « passe-temps ». Selon Arendt, Marx s’est totalement fourvoyé en estimant qu’en émancipant l’homme du travail, notamment par l’éloge du machinisme, celui-ci orienterait automatiquement son temps vers des activités « plus hautes ». Pour Arendt au contraire, la consommation est le seul loisir qu’il reste à l’individu, répondant à ses désirs insatiables et ne se bornant plus à la nécessité, mais envahissant le domaine du superflu. Si bien qu’elle implique « la menace qu’éventuellement aucun objet du monde ne sera à l’abri de la consommation, de l’anéantissement par la consommation » (Arendt, 2003 : 184). Elle voit dans la transformation de l’économie en une vaste économie de gaspillage un signe alarmant. Pour elle, dans une société de travail, autrement dit de consommation, les hommes ne sont jugés que par les fonctions qu’ils remplissent dans le processus de travail, et non pas en tant que personne, par la qualité de leur production.

9Ceci fait écho aux témoignages de ces salariés qui, au moment de leur licenciement et de l’enquête, prennent du recul sur leur situation et se retrouvent dans cette situation de « travailleurs sans travail », déplorant de manière réflexive cet état de fait. En effet, ils étaient très investis dans leur travail, sacrifiant souvent leur vie personnelle ; ils se faisaient les chantres des valeurs de l’entreprise et ne comptaient pas leurs heures, la pression voire l’épuisement physique et moral étaient perceptibles, mais ils continuaient de croire en ce qu’ils faisaient. Puis, soudainement, eux qui n’avaient juré que par le travail, ils sont remerciés. C’est au moment précis, où l’enquêteur les rencontre, qu’ils sont devenus des « travailleurs sans travail », privés de l’activité, salariée, qui était au centre de leur existence. Et c’est justement dans cette période très particulière qui suit leur licenciement que les langues semblent se délier et que « les verrous lâchent » – laissant apparaître à leurs propres yeux l’ampleur des remises en causes et des questionnements rendus possibles par la perte de leur travail. Les thèmes abordés sont alors beaucoup plus larges que ceux évoqués par la plupart des autres interviewés : modes de vie centrés sur l’argent, consommation excessive, critique de la mondialisation financière, manque de temps pour se consacrer au hors travail, inégalités sociales croissantes, fabrication de marchandises sans réflexion sur leur utilité, etc. Ces thèmes, extrêmement variés, ont pour point commun de dépasser la seule critique du travail pour la relier à celle du fonctionnement global des sociétés contemporaines, de leur mode de production et de consommation. Autant de points qui rappellent l’analyse de Hannah Arendt sur la société de travailleurs (entendus ici au sens d’individus qui ont tout centré sur le travail) sans travail (ici, face au licenciement). Il s’agit donc d’étudier les réactions de ces travailleurs qui se retrouvent sans travail et prennent alors du recul sur la place exorbitante que prenait leur activité salariée, y compris en dehors de la sphère professionnelle. C’est en ce sens que les salariés licenciés interrogés nous semblent avoir des points communs avec les travailleurs sans travail de Hannah Arendt.

Avoir un travail ou ne pas en avoir : pour quoi ?

10Le licenciement est présenté par nombre de gestionnaires des ressources humaines de façon positive, dans le sens où il permettrait selon eux aux salariés de « rebondir » et de reconstruire ailleurs une carrière discontinue, constituée de « virages » et dont ces salariés seraient responsables (Guyonvarch, 2011). Mais ce n’est pas du tout cette signification-là qui est mise en avant par ces licenciés « heureux ». Ils expriment plus volontiers un sentiment de libération. Quel(s) sens ce sentiment recouvre-t-il ? Après des éléments préalables précisant le contexte de ces réactions, nous évoquons leurs différentes expressions puis nous émettons différentes hypothèses sur leurs significations.

11Quelques considérations préalables d’abord, pour mieux comprendre ces réactions et situer des éléments du contexte de leur évocation. En premier lieu, celles-ci ne sont pas majoritaires. En second lieu, elles sont toujours apparues en fin d’entretien, une fois abordés plusieurs thèmes généraux : mobilité, flexibilité, rapport au travail et articulation avec la vie hors travail. Ce n’est donc pas ce que mettent frontalement en avant les salariés, accordant davantage de place aux déstabilisations, aux difficultés, et à des émotions exacerbées que le licenciement engendre. Des questions de fond ont été mentionnées, telles que le sentiment d’utilité sociale, les répercussions du licenciement dans la vie privée, ainsi que des considérations politiques sur la place du travail, de la consommation et sur le mode de production des sociétés occidentales contemporaines. Or, ces thèmes – même s’ils ont été mis en avant exclusivement à l’initiative de l’individu et sans être précédés de questions de l’interviewer – ont souvent été évoqués avec un certain malaise, par des propos peu assurés, ou se sont accompagnés de silences ou d’hésitations. Ces individus soulignent par exemple qu’ils livrent là « le fond de leur pensée » et qu’ils n’ont eu guère l’occasion de la partager avec leurs proches ou leurs collègues. En ce sens, ces considérations semblent être plus diffuses et plus souterraines. En dernier lieu, soulignons que ces dix individus n’ont pas de points communs en termes d’âge, de sexe ou de diplôme. C’est bien davantage le rapport entretenu avec leur travail, l’articulation au hors travail (famille, activités de loisirs, etc.), et des débats plus politiques ou citoyens qui semblent ici faire émerger ou non ce type de réactions.

12Les formes que prennent ces réactions a priori positives face au licenciement sont variées mais on peut souligner trois points récurrents : le caractère jugé salutaire du licenciement ; la persistance d’aspects douloureux ; son rôle de révélateur d’une remise en cause plus globale du mode de fonctionnement de l’entreprise et de la société dans son ensemble.

13Ces salariés licenciés évoquent d’abord le caractère salutaire du licenciement, qu’ils relient à l’ambiance fortement dégradée depuis l’annonce du plan social et aux transformations du travail enregistrées depuis plusieurs années, sous le coup des restructurations successives du groupe (Linhart, Rist, Durand, 2002). Paradoxalement, ils expriment alors un soulagement à faire partie des salariés licenciés. Certains font même référence à des cas de figure tout à fait particuliers de vagues de démissions, en marge des licenciements.

« Ça a bousculé tout le monde, avant, pendant et après. Je sais par des collègues qu’il y en a d’autres sur le départ. Il y en a beaucoup qui démissionnent. » (Marie, 41 ans, Manager, SSII)

« Ici dans mon service, c’était des lettres de gens qui ne voulaient pas rester, mais partir, oui, ils ont été submergés de lettres de motivation de gens qui voulaient partir. Ils laissaient partir les personnes qui n’étaient plus vraiment indispensables à l’entreprise. Et ils essayaient de convaincre les autres de rester. » (Josiane, 43 ans, manager, SSII)

14Ensuite, évoquant leur situation actuelle, quelques semaines ou quelques mois après leur licenciement, ils soulignent combien cette expérience douloureuse fut finalement analysée avec le recul comme un événement positif dans leur vie personnelle – si ce n’est dans leur vie professionnelle.

« Je me suis dit : ‘Si je me fais licencier, ça me permettra au moins de me poser la question de savoir ce que je veux faire. Ce que je veux faire vraiment. Ce n’est pas dans mon quotidien de travail que je faisais ça !’«  (Maxime, 35 ans, manager, SSII)

15En effet, et c’est le second point récurrent de ces témoignages, le licenciement – s’il procure finalement un réel soulagement – demeure une expérience douloureuse. Le fait d’interviewer les individus quelques semaines ou mois après l’annonce de leur licenciement a fait apparaître cette concomitance d’éléments a priori contradictoires : d’un côté, le licenciement est une épreuve douloureuse, tant le travail est structurant dans nos sociétés et dans la définition du statut social – qui plus est pour des cadres, soumis aux exigences de disponibilité, de forte perméabilité entre travail et non-travail et très imprégnés des valeurs de l’entreprise (autant d’éléments auxquels le licenciement vient mettre un terme). D’un autre côté – et pour ces mêmes raisons – le licenciement est aussi un soulagement car une fois surmontées ces difficultés, ces salariés s’appesantissent davantage sur le sens de leur travail, et émettent des doutes quant à la finalité de ce qu’ils faisaient. Ils soulignent combien le rythme effréné de leur quotidien de travail les empêchait de prendre le recul nécessaire à ce type de réflexions.

16Un troisième et dernier élément commun caractérise enfin ces témoignages : le licenciement leur a fait certes prendre conscience d’un mal-être au travail qu’ils avaient étouffé ou auquel ils s’étaient plus ou moins résignés ; mais ils laissent surtout transparaître une remise en question plus globale engendrée par leur licenciement, à un niveau plus citoyen et politique. C’est ainsi que l’explicite de manière tout à fait emblématique Roland, directeur de laboratoire dans un centre de recherche et développement de l’industrie pharmaceutique :

« Alors quand vous recevez votre lettre de licenciement, vous réfléchissez et puis finalement, je n’ai plus d’emploi mais... est-ce que j’ai besoin de tout ce que j’ai chez moi, tous ces objets. Alors c’est vrai que c’est du confort bien sûr mais pour quoi ? Quand on voit comment tourne le monde, comment on ferme un centre de recherche en parfait bon état pour faire plus de rentabilité ailleurs dans le monde, on se dit : ‘mais tout ça pour quoi ?’ Alors oui, je suis heureux de ne plus participer à faire tourner ce monde. » (Roland, 55 ans, directeur de laboratoire, industrie pharmaceutique)

  • 4 Ceci rejoint la « joie consumériste » dont Frédéric Lordon évoque les vertus mobilisatrices pour le (...)

17Quelles significations attribuer à ces réactions et à leurs récurrences ? Plusieurs pistes d’explications peuvent être avancées pour saisir la logique de ces attitudes face au licenciement. Soulignons d’emblée que la confrontation avec ce non-travail imposé est complexe, non dénuée d’ambivalence : elle est difficile car elle va à l’encontre des valeurs dominantes centrées sur la valorisation du travail et constitue une brisure, dans un système (de consommation, de mode de vie4) dans lequel les salariés évoluaient et dont ils embrassaient en partie les valeurs ; mais elle libère cependant aussi car elle met fin au tiraillement qu’ils s’évertuaient à faire taire, provenant de ce travail qui n’avait plus forcément de sens pour eux mais qu’ils continuaient, bon an mal an, à réaliser – cautionnant par là même les valeurs de l’entreprise et le système économique et marchand plus global dans lequel il s’insère, comme le rappelle l’interviewé cité ci-dessus. En ce sens, le sentiment de libération qu’éprouvent ces licenciés provient aussi du fait de se sentir à nouveau acteur et maître de leurs choix, en cohérence avec leurs valeurs propres, tandis que la situation antérieure était vécue de manière plus subie, adhérant passivement à un univers (de travail) qui ne leur convenait finalement pas.

  • 5 Cette réaction est d’ailleurs totalement cohérente avec une partie des discours managériaux qui leu (...)

18Une piste d’explication consiste à considérer que ce type de réactions correspond à des formes d’explication (ou d’adaptation) a posteriori : comme le licenciement est inévitable, les individus s’y résignent et cherchent à maîtriser tout de même le cours de leur trajectoire professionnelle. C’est ainsi qu’ils s’efforcent après coup de mettre en avant les aspects positifs de ce changement, pourtant durement vécu, et d’en faire une chance à saisir5. Erving Goffman, dans un article intitulé « Calmer le jobard, quelques aspects de l’adaptation à l’échec », parle de « rationalisations protectrices » (Goffman, 1989 : 277-300). Il faut aussi faire référence à ce qui peut se jouer dans l’entretien : l’objectif des salariés peut être de « faire face » à l’enquêteur en insistant sur les aspects supposés satisfaisants. Le fait de ne pas s’épancher sur ses difficultés et d’exhiber au contraire ces points positifs peut être une façon de ne pas paraître en échec. L’enjeu est à ce moment-là de montrer une image de soi intacte face à la perte d’emploi et active pour s’en sortir. En outre, nous pourrions arguer que ce ne sont là que des cas exceptionnels, renvoyant à des salariés privilégiés qui auraient les ressources (matérielles, sociales, culturelles) pour s’octroyer du temps afin, par exemple, de réaliser un projet personnel, de laisser s’exprimer une vocation artistique, etc.

19Une seconde piste, plus générale, nous semble pourtant mériter une importance particulière, rejoignant l’analyse de Hannah Arendt abordée plus haut. En effet, la première explication fournie ne nous paraît pas suffire pour saisir ces réactions. Pour les comprendre, peut-être faut-il les mettre en regard de ce qui imprègne aujourd’hui le monde du travail et qu’Alain Ehrenberg appelle le « culte de la performance » (1995) : dans les modes de management contemporain, une des exigences requises consiste en l’injonction à la réussite et une mise à distance systématique de l’idée d’échec. Ainsi, il y aurait une tendance forte pour ces salariés à « ne pas s’avouer vaincu ». Ceci fait écho aux exigences managériales faisant de la réussite une injonction permanente, comme le montrent également Nicole Aubert et Vincent de Gaulejac lorsqu’ils analysent « les coûts de l’excellence » (Aubert et Gaulejac, 1991). Pour eux, la logique de l’excellence sous-tend ces nouveaux modes de management et « introduit l’impossibilité de l’échec et la nécessité du dépassement permanent de soi-même » (ibid. : 64). Ils rejoignent sur ce point l’analyse d’Olivier Cousin sur les cadres, lorsqu’il explique que la valorisation de la mobilité est aussi pour ces salariés le résultat d’une « obligation de jouer » et de réussir (Cousin, 2004 : 214). Quel lien avec les réactions de soulagement au moment du licenciement ? Dans une telle configuration quotidienne et diffuse du culte de la performance, il est apparu tout à fait révélateur que « ces verrous lâchent » au moment même où les enquêtés perdent leur emploi, entraînant l’expression d’un fort sentiment de libération, mis en mots lorsqu’ils reconstruisent leur expérience de cette mobilité imposée. En effet, cette intériorisation des exigences managériales persiste certes au moment de leur licenciement et continue en partie de s’exprimer ; mais on perçoit clairement des premières fissures dans ce modèle qu’ils avaient fait leur, quand ce ne sont pas de franches brisures exprimées par le salarié désormais licencié.

20L’acceptation du licenciement acquiert ici une signification tout à fait différente, source de malaise en même temps que de libération : les salariés évoquent ainsi une forme de tiraillement entre un (sur)investissement au travail et un détachement par rapport à l’entreprise : cela rejoint d’ailleurs partiellement l’idée de l’économiste Thomas Coutrot selon lequel une source de malaise des salariés provient du fait d’être sollicité comme sujet dans le travail et comme objet lorsqu’il s’agit d’être licencié, l’accent étant mis dans ce cas sur le caractère interchangeable des salariés (Coutrot, 1998). Les injonctions à l’autonomie et au succès, l’impossibilité de l’échec, le dépassement de soi... autant d’exigences auxquelles le salarié est socialisé, est imprégné quotidiennement et auxquelles il se soumet durant sa carrière, avec une plus ou moins grande adhésion, lorsqu’il est en emploi. Ces valeurs peuvent certes être pour lui sources de malaise mais « tant que la machine tourne », il s’en accommode, il s’adapte, il s’en arrange avec plus ou moins de facilités (Chelly, Flocco, Guyonvarch, Linhart, 2012). Jusqu’à ce que survienne, brusquement, un licenciement, qui arrête ce processus et entraîne une remise en cause profonde du sens à donner à ces exigences et à l’objectif visé d’un point de vue plus général, dans une perspective sociale, citoyenne, personnelle, politique. Le licenciement leur fait alors ressentir à quel point ces valeurs étaient structurantes dans leur rapport au travail, dans leur mode de vie voire de pensée ; d’où leur adhésion aux valeurs du capitalisme contemporain et la douleur consécutive au licenciement. Mais aussi à quel point ces mêmes valeurs leurs pesaient, alors que s’ouvre la possibilité de prendre le temps de les questionner, si ce n’est de s’en affranchir ; d’où leur distanciation vis-à-vis des valeurs du capitalisme contemporain et le soulagement consécutif au licenciement.

21Ce sentiment de libération consécutif à la perte d’emploi permet de mettre en lumière ce qui n’est pas toujours nettement perceptible lorsque les salariés sont en activité. En effet, à l’occasion de leur licenciement et des difficultés qu’ils engendrent, ces salariés laissent éclater au grand jour ce qu’ils critiquent parfois de manière sourde dans leur activité ordinaire de travail : ils remettent en cause les conditions de leur travail, son management et son organisation ; mais ils remettent également par là en cause la finalité même de leur activité de travail salarié, la place de la consommation dans la société et la façon dont sont produites les marchandises sans s’interroger collectivement sur leur utilisé sociale. Si le licenciement donne surtout lieu à l’étude des souffrances engendrées par la perte d’emploi (Guyonvarch, 2011) – avec pour implicite le fait que la place du travail est prépondérante dans la constitution des individus d’un point de vue social et psychique –, l’analyse de ces licenciés « heureux » apporte des éléments tout aussi éclairants sur le rapport au travail. Car le moment de la perte d’emploi est pour certain celui d’une remise en cause profonde du sens du travail, de son utilité sociale et de sa place dans le processus de production et de consommation. C’est dans cette perspective que l’analyse critique du travail développée par Hannah Arendt il y a plus de cinquante ans retrouve toute sa pertinence pour saisir pleinement les réactions des ces salariés extraits du monde du travail et heureux de l’être.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hannah ([1958] 2003) : Condition de l’homme moderne. Paris (Pocket).

Aubert, Nicole, Vincent de Gaulejac et Klimis Navridis, dir. (1997) : L’aventure psychosociologique. Paris (Desclée de Brouwer).

Chelly, Luc, Gaëtan Flocco, Mélanie Guyonvarch et Danièle Linhart (2012) : La redéfinition de la loyauté des cadres aujourd’hui. Rapport de recherche IRES.

Cousin, Olivier (2004) : Les cadres. Grandeur et incertitude. Paris (L’Harmattan).

Coutrot Thomas (1998) : L’entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ?. Paris (La Découverte).

Ehrenberg, Alain (1995) : Le culte de la performance. Paris (Hachette).

Gaulejac, Vincent de (2005) : La société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social. Paris (Seuil).

Goffman, Erving (1989) : « Calmer le jobard, quelques aspects de l’adaptation à l’échec », in : Castel, Robert, Jacques Cosnier et Isaac Jacob, dir. : Le parler frais d’Erving Goffman. Paris (Minuit), p. 277-300.

Grozelier, Anne-Marie (1998) : Pour en finir avec la fin du travail. Paris (Éditions de l’Atelier-les éditions ouvrières).

Guyonvarch, Mélanie (2008) : Une sociologie du licenciement dans les entreprises « gagnantes ». Banalisation de la gestion du licenciement et déstabilisation du rapport au travail des cadres, managers et techniciens. Thèse de doctorat de sociologie, Université Paris Ouest/Université d’Évry Val d’Essonne.

Guyonvarch, Mélanie (2009) : « Aux frontières de l’emploi, le reclassement. L’accompagnement social des salariés licenciés par des cabinets privés d’outplacement », Education Permanente 179, p. 139-153.

Guyonvarch, Mélanie (2011) : « L’investissement de soi au travail… lorsqu’on le perd », Communications 89, p. 103-115.

Guyonvarch, Mélanie (2011) : « Violences euphémisées, violences démultipliées ? Gestionnaires des ressources humaines et banalisation du licenciement », in : Durand, Jean-Pierre et Marnix Dressen, dir. : La Violence au travail. Toulouse (Octarès), p. 253-263.

Linhart, Danièle, Barbara Rist et Estelle Durand (2002) : Perte d’emploi, perte de soi. Ramonville-Saint-Agne (Érès).

Lordon, Frédéric (2010) : Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza. Paris (La Fabrique).

Méda, Dominique (1995) : Le travail, une valeur en voie de disparition ? Paris (Flammarion).

Schnapper, Dominique (1997) : Contre la fin du travail. Entretien avec Philippe Petit. Paris (Textuel).

Haut de page

Notes

1 La banalisation du licenciement renvoie au fait qu’il est aujourd’hui largement considéré comme une transition ou un élément « normal » des parcours professionnels, désormais plus discontinus, alors qu’il était auparavant davantage appréhendé comme une rupture dans un parcours professionnel plus linéaire. Ceci a d’importantes répercussions sur les discours et les pratiques des gestionnaires des ressources humaines confrontés à l’organisation des licenciements (Guyonvarch, 2011).

2 Les licenciements en question dans cette recherche n’ont certes pas pour origine l’automatisation de leurs postes, mais ils s’inscrivent indirectement dans cette logique, dans la mesure où ils proviennent d’une stratégie d’optimisation des bénéfices marchands et financiers que peuvent en retirer les entreprises considérées. Ils relèvent aussi d’un processus de rationalisation (ici la baisse de la masse salariale) visant à renforcer et à maintenir une position dominante au niveau international (respectivement dans le conseil en ingénierie informatique et dans l’industrie pharmaceutique).

3 La vita activa s’oppose à la vita contemplativa et implique de s’interroger sur ce que nous faisons, en examinant les activités humaines : elle comprend le travail, l’œuvre et l’action.

4 Ceci rejoint la « joie consumériste » dont Frédéric Lordon évoque les vertus mobilisatrices pour les salariés (Lordon, 2010 : 76), en même temps qu’elle les enserre dans un système marchand que les salariés rencontrés remettent justement en question.

5 Cette réaction est d’ailleurs totalement cohérente avec une partie des discours managériaux qui leur sont adressés, consistant à valoriser la responsabilisation individuelle (de leurs réussites comme de leurs échecs) et les ressources propres pour « rebondir » et faire quasiment du licenciement une « opportunité de carrière ». C’est bien ce type de discours que l’on retrouve également auprès des consultants chargés du reclassement, des « transitions professionnelles » ou du « repositionnement de carrière » (Guyonvarch, 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Guyonvarch, « De quoi le licenciement libère-t-il ? », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/884

Haut de page

Auteur

Mélanie Guyonvarch

Centre Pierre Naville - Université d’Evry Val d’Essonne, mguyonvarch@free.fr

Haut de page