Navigation – Plan du site
Perspectives

Le voyage asiatique de Humboldt. Les interactions savoir-pouvoir au prisme de la fabrique géographique moderne

Laura Péaud

Résumés

Depuis une quinzaine d’années, les géographes se penchent sur l’enjeu des interrelations entre savoir et pouvoir au sein de leur discipline. Dans une perspective historique et épistémologique, cet article propose d’illustrer ce questionnement à travers l’exemple du géographe et naturaliste prussien Alexandre de Humboldt. Son parcours est remarquable, autant par ses contributions à la construction de la géographie moderne que par sa proximité avec les cercles du pouvoir européen. En 1829, Humboldt réalise un voyage à travers l’empire russe, à la demande du tsar Nicolas Ier. Le pouvoir russe contrôle tout le déroulement de l’expédition et ne laisse pratiquement pas de latitude à Humboldt. À travers l’exemple spécifique du voyage asiatique réalisé en 1829 par Humboldt, il s’agit d’éclairer les modalités des interactions savoir-pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le débat est notamment très riche depuis l’après-guerre. Dès les années 1960, P. George et M. Phlip (...)

1« À quoi sert la géographie ? » En 2010, un numéro spécial de la revue Tracés s’ouvrait sur ce titre un peu provocateur (Calbérac et Delage, 2010). Il soulève deux questions concomitantes : à qui sert la géographie ? Et sert-elle aujourd’hui les mêmes intérêts qu’il y a un ou deux siècles ? L’évolution historique du public et des usages de la géographie interroge, et ses rapports entre pouvoir et savoir constituent un volet d’importance. Si cet enjeu n’étonne plus depuis longtemps les historiens ou les sociologues, il se renouvelle récemment en géographie, donnant lieu à de nombreux travaux d’histoire de la discipline. L’enjeu réflexif est pourtant loin d’être neuf chez les géographes : Calbérac et Delage rappellent la récurrence des questionnements relatifs à l’identité de la géographie (2010 : 122)1. Pour autant, les rapports entre production scientifique et champ politique sont encore peu explorés de façon systématique. Ils apparaissent davantage depuis quelques années, en raison d’une évolution de la place des géographes dans la société. En effet, ceux-ci s’invitent dans l’espace public et voient leur carrière se professionnaliser. Ils se situent dans le domaine de l’action au contact d’autres acteurs (État, collectivités locales), et plus seulement du côté de l’observation. Investis d’un rôle d’experts de l’espace, ils entretiennent des relations durables avec le politique.

2Les historiens et épistémologues de la discipline investissent cette question par deux entrées temporelles et épistémologiques. Les travaux récents portent en effet aussi bien sur la période contemporaine (Robic, 2006) que sur des objets historiquement plus lointains (jusqu’au XVIe siècle ; voir Besse, 2003). Les rapports entre pouvoir et savoir interrogent, d’une part, notre façon actuelle de faire de la géographie, dans ses méthodes, ses outils, ses concepts et surtout ses fins. D’autre part, ils reflètent l’exigence de saisir un héritage disciplinaire dans une perspective historique. Ces deux volets soulèvent un ensemble commun de questions : Comment les géographes se situent-ils face au pouvoir, et réciproquement ? Dans quelle mesure l’interaction des champs du politique et du savoir influence-t-elle la production savante ? Qui utilise ce savoir, et comment s’effectue la circulation du savoir d’un champ à l’autre ? Quelles transformations éventuelles subit-il ? Enfin, comment est-il utilisé ?

  • 2 Humboldt se distingue notamment par ses travaux réalisés en géographie des plantes, qui mettent en (...)
  • 3 Les extraits de la correspondance ou des ouvrages de Humboldt sont donnés dans leur langue original (...)

3L’exemple humboldtien offre un objet d’étude empirique qui fait résonner de façon historique l’intérêt contemporain pour ces questions. Reconnu grâce à la nouveauté et à l’innovation de ses travaux2, Alexandre de Humboldt (1769-1859) constitue une figure de la géographie moderne européenne. Parcourant l’Europe, l’Amérique et l’Asie et brillant par ses connaissances scientifiques, il entretient de nombreux contacts avec le monde politique, qui tendent à s’accentuer au fur et à mesure de sa carrière. Lui-même aspire pourtant à une indépendance totale. L’extrait suivant, issu d’une lettre écrite à son ami F. Arago le 20 août 1827, exprime ce besoin : « Plus je suis rapproché de la Cour et plus il me paraissait utile de prouver que ma première ambition est celle d’un homme de lettres. » (Humboldt, 1907 : 31)3. Malgré cette exigence, le politique interfère parfois grandement avec ses projets géographiques. Le voyage qu’il réalise en 1829 en Asie constitue un acmé en la matière, car il s’effectue sous le patronage complet du tsar de Russie, Nicolas Ier.

4L’exemple du voyage asiatique permet, d’une part, d’interroger les modalités de la production géographique dans une perspective historique et, d’autre part, de l’’inscrire dans la réflexion épistémologique contemporaine. Une première partie est consacrée à la présentation de l’exemple humboldtien, en montrant comment l’approche historique permet de s’ancrer dans le champ épistémologique actuel. Une deuxième partie se penche ensuite sur le voyage de 1829.

L’exemple humboldtien : une entrée historicisée dans le champ du pouvoir-savoir

5Ma démarche générale procède d’une historicisation du questionnement, à partir des voyages de Humboldt. Il se situe à un moment charnière de l’histoire de la géographie, le « moment 1800 » (1780-1850), qui consiste en une longue transition entre le projet universaliste et l’affirmation d’une discipline définie. Les historiens de la géographie interrogent de plus en plus cette période de changement (Besse, Blais et Surun, 2010 ; Laboulais-Lesage, 2004). L’ouvrage collectif Naissances de la géographie moderne se penche sur la « nature du savoir géographique, sur son identité et sur les fonctions sociales de la géographie » (Besse, Blais, Surun, 2010 : 7) et s’enquiert dans cette réflexion identitaire de l’influence du politique sur la production de savoirs géographiques. Les auteurs mettent en tension ces savoirs avec le contexte politique, voire militaire, de cette période. L’exemple humboldtien s’inscrit dans cette mise en perspective de la production scientifique avec le champ politique.

6Autant par l’ampleur de ses écrits et de ses contributions que par sa position de passeur entre plusieurs champs, le parcours de Humboldt éclaire les modalités de production des savoirs géographiques modernes. Tout d’abord, sa contribution scientifique est l’une des plus riches du début du XIXe siècle. Humboldt se situe encore sur l’horizon de la tradition encyclopédiste et universaliste héritée des Lumières, tout en engageant parallèlement les savoirs géographiques dans une spécialisation et une indépendance accrues. Les deux versants complémentaires de cette posture scientifique trouvent leur aboutissement dans son œuvre majeure, Kosmos (Humboldt, 2004). Sur un plan institutionnel, il participe à la fois aux séances des instituts universalistes (Académie des sciences de Berlin, l’Institut parisien) et contribue également à la création des deux premières sociétés de géographie, celles de Paris (1821) et de Berlin (1820). Sa longue carrière reflète et construit la formation de la géographie moderne. Cette position de transition entre deux moments donne à penser Humboldt comme un passeur.

  • 4 Humboldt entretient par sa correspondance des liens, de nature scientifique, politique ou privée av (...)

7De plus, Humboldt doit aussi être envisagé comme passeur entre divers espaces. D’un point de vue personnel comme scientifique, il partage sa vie entre les grandes institutions européennes : Paris et Berlin font jeu égal dans son parcours biographique et constituent les deux principaux pôles humboldtiens. Sa correspondance active lui permet d’entretenir un vaste réseau4, qui le relie à l’actualité scientifique de ses collègues européens et américains. Il fait figure de véritable « tête de réseau », faisant circuler l’information et soutenant inlassablement toute activité naturaliste. À ce titre, et grâce à sa renommée scientifique, il acquiert un véritable statut de diplomate entre les deux pays. Son statut de passeur scientifique se double d’un rôle de passeur politique, qui d’officieux devient de plus en plus officiel. Après son retour d’Amérique en 1804, il multiplie les missions diplomatico-scientifiques pour le compte, alternativement, des pouvoirs prussien, français et russe. En 1822, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III lui demande par exemple de l’accompagner au congrès de Vérone. Il profite du voyage pour poursuivre ses recherches sur les volcans italiens, tout en se tenant à la disposition de son roi.

8Sa position de passeur interpelle, alors que lui-même exprime très tôt son exigence de liberté et de continuité de son projet scientifique. Il n’envisage en effet de conduire ses travaux géographiques que libres de toute limitation extérieure. A ses correspondants, il répète à l’envi ce désir et dénonce les contraintes - notamment temporelles - que lui impose le politique. En 1822, il s’entretient ainsi avec J.-B. Boussingault : « Quoique j’ai assez de plaisir de revoir le Vésuve et que le voyage avec le roi de Prusse à Naples me paraisse comme un voyage à Saint-Cloud, cela me contrarie un peu. Ce sera de peu de mois et il n’y avait pas de moyen de refuser. » (Lettre du 22 août 1822, Humboldt, 1905 : 291)

  • 5 L’approche internaliste consiste à ne s’intéresser qu’aux résultats scientifiques, sans tenir compt (...)

9Face à l’expression de son indépendance, sa proximité avec le pouvoir (prussien, français ou autre) exprime un paradoxe qui m’a poussée à questionner la place du politique dans son projet géographique. Ma démarche est pour ce faire plurielle. Je m’appuie tout d’abord sur les outils que ma formation de géographe m’a apportés : méthodologiques, conceptuels (la notion de réseau est ici centrale) et bien sûr graphiques et cartographiques. Mon terrain se situe dans un espace encore peu parcouru par les géographes, puisque la correspondance forme mon matériau principal. Ce support textuel permet par son étendue remarquable (environ 15.000 lettres écrites au long de sa vie) de mettre à jour le réseau humboldtien, inséré aussi bien dans le champ scientifique que dans le politique. L’entrée par la correspondance relève d’une approche « externaliste » qui complète une vision « internaliste »5 des écrits humboldtiens. Les voyages d’exploration, moment privilégié de recueil de données géographiques, ont été choisis pour conduire l’analyse. Les expéditions fonctionnent en effet comme catalyseurs de l’interaction savoir-pouvoir.

  • 6 Ils ont tout deux posé des cadres de réflexion théoriques permettant d’envisager l’articulation pro (...)

10Les matrices conceptuelles issues des traditions philosophique (Foucault) et sociologique (Weber, Latour : voir Latour, 1989) complètent ces approches. Ces traditions se sont penchées tôt sur les rapports entre savoir et pouvoir. À côté notamment de l’école pragmatique américaine, deux pensées doivent être soulignées : celle de Weber d’une part, et celle de Foucault d’autre part6. La vision foucaldienne offre un cadre théorique qui s’adapte parfaitement à l’exemple humboldtien, dessinant un champ de « savoir-pouvoir ». Les travaux de Werner et Espagne (1988) ainsi que de Schlögel (2003) inscrivent cette recherche du côté de l’histoire transnationale. Schlögel propose notamment une lecture spatialisée de l’histoire et des civilisations, participant au spatial turn des dernières années qui touche de nombreuses disciplines de sciences humaines. Il s’intéresse aux rapports entre espace et pouvoir qui s’expriment au travers des constructions territoriales, envisagées à différentes échelles. Il offre en cela une vision renouvelée de la géopolitique, applicable au niveau des États comme des personnes, dans laquelle s’inscrit l’expédition de 1829.

11Celle-ci illustre l’affirmation du politique dans la construction de la géographie moderne. Les moments des voyages humboldtiens révèlent une construction politico-scientifique des savoirs géographiques, dont les modalités varient d’après de multiples facteurs (durée, objectifs, lieu du voyage, etc.). Si, parfois, Humboldt s’implique spontanément dans le champ politique (en 1804 au Mexique, il remet au vice-roi un rapport sur l’état du royaume), la plupart du temps le politique est synonyme plutôt de contraintes que de partenariat. Ses voyages sont soumis à l’aval du pouvoir, comme l’exemple italien de 1822. La contrainte ne s’exprime pas seulement sur les plan matériel et temporel. En termes de périmètres d’objets étudiés, l’encadrement par le politique signifie souvent une limitation de son travail. En 1799, Humboldt doit renoncer à partir en Algérie et en Égypte, sous la pression politique et géopolitique, fermant du même coup son champ d’étude (Humboldt, 1973). L’acmé de l’intrication du pouvoir dans la pratique géographique humboldtienne survient cependant lors de l’expédition de 1829 en Asie.

Le voyage de 1829 : une pratique géographique aménagée par le politique

Un voyage dans le sillage du pouvoir russe

12Humboldt réalise seulement en 1829 le voyage en Asie qu’il a conçu pourtant plus de trente ans avant comme le pendant de son voyage américain (1799-1804). De façon générale, l’ensemble de ses voyages prend place dans un projet scientifique d’une remarquable continuité. Dès les années 1790, l’explorateur dessine un vaste programme dans lequel le voyage asiatique trouve place. Une lettre datée du 11 juillet 1793, adressée à V. J. Sojmonov, en témoigne :

« Vous me demandez dans votre avant-dernière lettre d’un ton déterminé ‛si jamais il serait possible de Vous voir dans cette partie de l’Asie ?’ - Voulez-Vous que je sois sincère, mon très aimable ami ? Que ne le voudriez-Vous pas. Eh bien, je ne Vous cache pas que depuis 3 ans c’était là un de mes souhaits les plus ardens [sic]. » (Humboldt, 1973 : 255).

13Il doit renoncer plusieurs fois à ce projet, jusqu’à l’année 1827 où le ministre du tsar Nicolas Ier, Georg Cancrin, lui offre une possibilité inédite. Le gouvernement russe lui fournit un financement de 20000 roubles, ainsi que la prise en charge de ses frais de voyage. Humboldt accepte, sachant qu’une telle opportunité ne se représentera pas. Il voyage en compagnie de Gustav Rose (minéralogiste) et Christian Gottfried Ehrenberg (botaniste), de mai à décembre 1829, depuis Saint Pétersbourg jusqu’à la frontière chinoise (voir illustration 1).

14Plusieurs étapes importantes jalonnent l’expédition. À deux reprises, à l’aller et au retour, Humboldt réalise des prospections minières. Dans la région de l’Oural, entre Kasan et Perm, il contribue à mettre à jour les veines de diamants, exploitées ensuite par le pouvoir russe. Il visite ensuite des usines de lavage d’or, à proximité d’Uralsk. Entre ces deux moments dédiés à l’objectif officiel de son voyage, Humboldt parcourt les vastes steppes de l’Asie centrale, jusqu’à la frontière chinoise (Ust-Kamenogorsk). Il profite de sa longue traversée de l’Altaï pour recueillir les matériaux nécessaires à ses travaux scientifiques.

Illustration 1 : L’itinéraire du voyage asiatique de 1829 (Péaud, 2012).

  • 7 « Drei Diamanten sind hinter einander gefunden ; einen habe ich selbst in Verwahrung. Ich freue mic (...)

15Les conditions matérielles du voyage posent d’emblée la question de l’articulation des champs du pouvoir et du savoir. Son financement ne va pas sans contreparties, clairement exprimées par le pouvoir russe : le voyage vise à fournir des informations géographiques, géologiques et minéralogiques au gouvernement russe. Dès 1827, Cancrin le sollicite à propos du développement de l’industrie minière et le tsar l’entretient de la présence de diamants en Russie. Humboldt endosse le rôle de l’expert géographique, dont les résultats scientifiques rencontrent une attente politique. À la fin de son périple russe, il présente les résultats escomptés. Le 24 octobre 1829, il annonce à Cancrin : « Trois diamants ont été trouvés les uns à la suite des autres ; j’en ai un en ma possession. Je me réjouis qu’une telle découverte ait été faite sous votre ministère et pendant le temps de mon voyage et j’espère que l’on en trouvera bientôt plus. »7 (Humboldt, 2009 : 204)

16Par les modalités de sa réalisation, le voyage russe illustre une étroite intrication entre les attentes du pouvoir et celles du champ scientifique.

  1. L’entrée par la correspondance

17La correspondance humboldtienne permet d’évaluer cette intrication et d’en soulever les conséquences. Tout d’abord, une approche en termes de volume épistolaire donne à voir le réseau humboldtien lors du voyage (Humboldt, 2009). L’entrée par le réseau épistolaire permet en effet de faire apparaître les liens activés lors du voyage russe, et leur nature. Plus de la moitié des échanges se fait avec des membres du pouvoir russe, surtout avec Cancrin. La quantité de la correspondance offre un premier indicateur et illustre le patronage de l’expédition par le tsar et son ministre (voir illustration 2). Les correspondants scientifiques sont, quant à eux, minoritaires.

Illustration 2 : La prédominance des acteurs politiques dans la correspondance humboldtienne russe (Péaud, 2012)

18La qualité de la correspondance, intéressant son contenu et sa tonalité, complète cette première entrée. Humboldt écrit depuis la Russie sur un double mode, officiel et privé, en fonction de son destinataire. Ce double mode traduit son rapport complexe au politique. Du côté officiel, il multiplie les marques renouvelées de reconnaissance et de remerciement lorsqu’il s’adresse au pouvoir russe, par exemple à Cancrin, le 9 juin 1829 :

  • 8 « Überall genießen wir die Früchte Ihrer Sorgfalt und überall fühlen wir uns daher auch angeregt, I (...)

« Partout nous jouissons des fruits de votre soin et partout nous nous sentons encouragés à vous remercier. Notre voyage à travers un beau pays, boisé, paré d’une magnifique végétation printanière, n’est pas seulement agréable, mais est aussi d’un très grand bénéfice scientifique et d’un point de vue géognostique. »8 (Humboldt, 2009 : 135)

19Du côté privé, le géographe se plaint de la perte de temps occasionnée lors du voyage par les obligations mondaines et politiques qui lui incombent. Ces remarques interviennent le plus souvent dans les lettres à sa famille et à ses amis. À son frère Guillaume il écrit le 14 mai 1829 : « Cette éternelle représentation (dure nécessité de ma position et de la noble hospitalité du pays) devient bien fatigante. » (Humboldt, 2009 : 126) Et encore, le 27 mai :

« Partout les premières visites des Gouverneurs, des personnes décorées qui (d’après des ordres émanés d’en haut) demandent du matin au soir ce que l’on ordonne. Cet excès de politesse, tout en facilitant le voyage, ôte aussi (je ne te le dis que tout-bas) le bonheur d’être un peu à soi et à la nature. Mais cela appartient à une position qu’on ne saurait changer. » (Humboldt, 2009 : 131)

20Le déroulement du voyage russe révèle une tension, qu’Ottmar Ette qualifie de « schizophrénie humboldtienne » (Ette, 2007 : 23). Le désir d’indépendance de Humboldt, qui tend vers l’horizon de la vérité scientifique, se heurte aux obligations imposées par le pouvoir russe.

  1. Une restriction du champ géographique humboldtien

21Ses travaux géographiques montrent généralement une continuité de directions remarquable, en dépit des obstacles géopolitiques ou financiers subits. Le champ politique entrave rarement ses projets, si ce n’est de façon ponctuelle ou dans l’ordre pratique. Il en va cependant tout autrement pour ce qui concerne le voyage russe.

22Tout d’abord, ce voyage se fait sous surveillance complète. La seule latitude dont Humboldt dispose se trouve dans le choix de ses compagnons de route. En dehors de cela, il n’a aucun choix en matière d’itinéraires ou de personnes rencontrées. Cette limitation entraîne une réduction du champ à explorer, d’autant plus accentuée qu’elle s’accompagne de consignes strictes de la part du gouvernement. La contrainte ne s’exprime donc pas seulement en termes temporels ou matériels, mais aussi et surtout en termes de périmètres d’objets. Les questions minières orientent très fortement le champ de recherche, ce qui a comme première conséquence de centrer le voyage sur un objet bien spécifique. En outre, Nicolas Ier et Cancrin lui demandent explicitement de ne pas traiter du volet humain et social de l’Empire russe. Le servage et les conditions de vie des classes inférieures sont spécialement prohibés. Humboldt y consent, le rappelant sans détour dans une lettre à Cancrin du 5 juillet 1829 :

  • 9 « Es versteht sich von selbst daß wir uns beide nur auf die todte Natur beschränken und alles verme (...)

« Il va sans dire que tous les deux [i.e. Humboldt et Ehrenberg] nous nous limitons uniquement à la nature morte et évitons tout ce qui concerne les organisations des hommes et les conditions des classes inférieures : ce que des étrangers, qui ne maîtrisent pas la langue, diffusent dans le monde est toujours périlleux, inexact et, en vue de la machinerie si compliquée que forment la condition et les droits acquis des classes supérieures ainsi que les devoirs des classes inférieures, cela est agaçant et ne peut être utile d’aucune façon. »9 (Humboldt, 2009 : 148)

23Cette exigence le soumet à une très forte obligation de réserve, qu’il intègre comme une condition sine qua non s’il veut réaliser jusqu’au bout son voyage. Ottmar Ette analyse les conditions du voyage russe comme une sérieuse entrave à la science humboldtienne (2007 : 23) et souligne l’ambiguïté des rapports du scientifique avec le politique.

  1. Les enjeux de la publication

24Les enjeux épistémologiques apparaissent lors de la parution de Asie Centrale en 1843, l’ouvrage issu de l’expédition. La confrontation des deux extraits suivants révèle le prix que paie Humboldt en choisissant de restreindre ses objectifs dans l’espoir de pouvoir mener à bien son projet géographique global. Humboldt dédicace son ouvrage au tsar Nicolas Ier dans les termes suivants, écrits sur le mode officiel :

« C’est pour moi un devoir sacré et doux à remplir que de déposer ici le tribut de ma vive et respectueuse reconnaissance. L’expédition, dont Votre Majesté Impériale a daigné me confier la direction, a offert un caractère particulier, celui qui distingue au plus haut degré notre époque, le libre développement des facultés intellectuelles. Votre Majesté Impériale n’a voulu rien prescrire sur les régions que j’aurais à visiter. » (Humboldt, 1843 : VIII).

25La dernière phrase contraste avec la lettre écrite à Cancrin en 1829 et illustre l’ambiguïté de la position à laquelle Humboldt se soumet.

26À son ami Schumacher, le 22 mai 1843, il commente l’écriture de cette même dédicace en des termes autres, cette fois-ci sur le mode privé :

  • 10 « Es hat mir viel gekostet, die 3 Bände meiner ‛Asie Centrale’ dem Russischen Kaiser zu dediciren. (...)

« Cela m’a beaucoup coûté de dédicacer les trois tomes de mon ‛Asie Centrale’ au tsar de Russie. L’expédition ayant été réalisée à ses frais, c’était indispensable. Mes relations avec le monarque se sont dégradées depuis 1829 à cause de mes envois politiques à Paris. La dédicace, rédigée d’après une concertation et d’une discussion avec Arago lui-même, est digne de mon travail et adroite. Le tsar m’a envoyé son portrait : cela m’aurait agacé s’il ne m’eût donné aucune réponse ou qu’il m’eût répondu froidement. »10 (Humboldt, 1979 : 112)

27Le coût de l’expédition réside dans la limitation de ses thématiques, objets et ambitions. L’entrée par la correspondance révèle précisément le hiatus de leurs rapports, en faisant apparaître les tensions qui peuvent habiter le géographe, partagé entre un désir d’indépendance et une réalité de dépendance vis-à-vis du politique.

  • 11 Les travaux de M. Espagne et M. Werner (1988) ont donné à ce terme une signification bien précise, (...)

28Le voyage de 1829 montre Humboldt non pas seulement comme un passeur entre le champ du pouvoir et celui du savoir, mais bien plus encore comme un Mittler11. Située à la fois dans les deux champs, sa production de savoirs géographiques relève d’un constant équilibre. Cette tension entre savoirs géographiques et politique se manifeste à plusieurs moments. Que ce soit en amont du voyage, dans la dimension idéelle de son projet scientifique, dans le moment même du voyage ou en aval, dans la production et la publication de résultats scientifiques, Humboldt ne peut jamais se départir de l’influence plus ou moins marquée du politique. Plus qu’un passeur entre champ scientifique et champ politique, il négocie sans cesse les modalités de leur relation. Il est Mittler dans le sens où, quoi qu’il désire, c’est-à-dire atteindre la vérité scientifique sans condition, il est de fait engagé pleinement dans l’action, car sa production de savoirs lui confère aussi un statut d’agent politique.

29Son exemple interroge l’identité du géographe. Celle-ci s’envisage à la lumière de postures successives et ne semble jamais fixée une fois pour toutes : la fabrique savante s’ajuste au contexte politique. La figure humboldtienne ne résume pourtant pas l’identité géographique depuis deux siècles. Le contexte contemporain exprime différemment l’interaction de la géographie avec le politique. Au sein par exemple des collectivités locales, la production géographique trouve un écho dans les décisions d’aménagement. La pratique de la négociation se retrouve, mais ses modalités différent. L’intérêt du voyage asiatique réside dans l’exceptionnalité des liens savoir-pouvoir qu’il présente et dans les enjeux qu’il soulève. Par effet miroir, il ouvre la question suivante : en quoi les géographes d’aujourd’hui négocient-ils leur périmètre d’objet, leur production et publication de résultats en lien avec le politique ?

Haut de page

Bibliographie

Besse, Jean-Marc (2003) : Les grandeurs de la Terre, aspects des savoirs géographiques à la Renaissance. Lyon (ENS Éditions).

Besse, Jean-Marc, Blais, Hélène et Surun, Isabelle (dir.) (2010) : Naissances de la géographie moderne (1760-1860). Lieux, pratiques et formations des savoirs de l’espace. Lyon (ENS Éditions).

Calbérac, Yann et Delage Aurélie (dir.) (2010) : « A quoi sert la géographie ? L’approche spatiale comme moyen de compréhension et d’action sur les sociétés », in : Tracés. Revue de Sciences Humaines, volume hors-série : A quoi servent les sciences humaines ? II, p. 121-134.

Espagne, Michel et Werner, Michael (1988) : Transferts. Relations interculturelles franco-allemandes (XVIII-XIXème siècle). Paris (Ed. Recherches sur les Civilisations).

Ette, Ottmar (2007) : « Amerika in Asien. Alexander von Humboldts Asie Centrale und die russisch-siberische Forschungsreise im transarealen Kontext », Humboldt im Netz, VIII-14, p. 16-40.

Foucault, Michel (1975) : Surveiller et punir, Paris (Gallimard, collection Tel).

Humboldt, Alexander von (2009) : Briefe aus Russland 1829. Berlin (Akademie Verlag).

Humboldt, Alexander von ([1845] 2004) : Kosmos, Entwurf einer physischen Weltbeschreibung. Frankfurt am Main (Eichborn Verlag).

Humboldt, Alexander von (1979) : Briefwechsel zwischen Alexander von Humboldt und Heinrich Christian Schumacher. Berlin (Akademie Verlag).

Humboldt, Alexander von (1973) : Die Jugendbriefe Alexander von Humboldts. Berlin (Akademie Verlag).

Humboldt, Alexander von (1907) : Correspondance d’Alexandre de Humboldt avec François Arago. Paris (E.T. Hamy).

Humboldt, Alexander von (1905) : Lettres américaines d’Alexandre de Humboldt (1799-1826), Paris (E.T. Hamy).

Humboldt, Alexander von (1843) : Asie centrale : recherches sur les chaînes de montagne et la climatologie comparée. Tome 1. Paris (Gide).

Humboldt, Alexander von ([1807] 1959) : Essai sur la géographie des plantes. Londres (Society for the bibliography of natural history).

Laboulais-Lesage, Isabelle (dir.) (2004) : Combler les blancs de la carte. Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (XVIè-XXè siècle). Strasbourg (Presses Universitaires de Strasbourg).

Lacoste, Yves (1976) : La géographie ça sert, d’abord, à faire la guerre. Paris (François Maspéro).

Latour, Bruno (1989) : La science en action. Introduction à la sociologie des sciences. Paris (La Découverte/Poche).

Päßler, Ulrich (2009) : Ein « Diplomat aus den Wäldern des Orinoko » : Alexander von Humboldt als Mittler zwischen Preußen und Frankreich. Stuttgart (Franz Steiner Verlag).

Robic, Marie-Claire (dir.) (2006) : Couvrir le monde. Un grand XXème siècle de géographie française. Paris (ADPF – Ministère des Affaires Etrangères).

Schlögel, Karl (2003) : Im Raume lesen wir die Zeit. Über Zivilisationsgeschichte und Geopolitik. München (Carl Hanser Verlag).

Weber, Max ([1919] 2002) : Le savant et le politique. Paris (Bibliothèques 10/18).

Haut de page

Notes

1 Le débat est notamment très riche depuis l’après-guerre. Dès les années 1960, P. George et M. Phlipponneau (géographie active/appliquée) engagent un débat sur le rôle que doivent jouer les géographes, tandis qu’en 1976 Y. Lacoste pose avec fracas la question du rapport de la géographie au pouvoir (Lacoste, 1976).

2 Humboldt se distingue notamment par ses travaux réalisés en géographie des plantes, qui mettent en jeu notamment de nouvelles méthodes d’analyse de l’espace (approche multiscalaire, vision systémique) (Humboldt, 1959).

3 Les extraits de la correspondance ou des ouvrages de Humboldt sont donnés dans leur langue originale, soit en français soit en allemand. Une traduction accompagne les citations en allemand.

4 Humboldt entretient par sa correspondance des liens, de nature scientifique, politique ou privée avec de nombreuses personnes. Ces liens, plus ou moins denses en fonction des correspondants, dessinent un « réseau », une trame de relations autour de lui. Humboldt mobilise ce réseau, ou celui-ci le sollicite, selon le contexte et les besoins que chacun des épistoliers a à satisfaire. Le réseau épistolier soutient ainsi son activité scientifique.

5 L’approche internaliste consiste à ne s’intéresser qu’aux résultats scientifiques, sans tenir compte du contexte de production : les publications officielles en forment le matériau principal. Au contraire, l’approche externaliste postule que le contexte de production informe les savoirs scientifiques (Latour, 1989) : la correspondance est une entrée qui permet de saisir ce contexte.

6 Ils ont tout deux posé des cadres de réflexion théoriques permettant d’envisager l’articulation problématique du pouvoir et du savoir : le premier dans le Savant et le politique (Weber, 1919) et le second dans Surveiller et punir (Foucault, 1975). Dans cet ouvrage, Foucault affirme les liens étroits entre savoir et pouvoir, qui constituent un champ à part entière : « Il faut plutôt admettre que le pouvoir produit du savoir (et pas simplement en le favorisant parce qu’il le sert ou en l’appliquant parce qu’il est utile) ; que pouvoir et savoir s’impliquent directement ; l’un l’autre ; qu’il n’y a pas de relation de pouvoir sans constitution corrélative d’un champ de savoir, ni de savoir qui ne suppose et ne constitue en même temps des relations de pouvoir. » (Foucault, 1975 : 36).

7 « Drei Diamanten sind hinter einander gefunden ; einen habe ich selbst in Verwahrung. Ich freue mich, daß eine solche Entdekkung unter Ihrem Ministerium und zur Zeit meiner Reise gemacht worden ist und hoffe, daß man bald mehr finden wird. » (Traduction par l’auteure)

8 « Überall genießen wir die Früchte Ihrer Sorgfalt und überall fühlen wir uns daher auch angeregt, Ihnen zu danken. Unsere Reise durch ein schönes, waldreiches, mit herrlicher Frühlingsvegetation geschmüktes Land ist nicht bloß angenehm, sondern auch von reicher wissenschaftlicher Ausbeute und geognostischer Hinsicht gewesen. » (Traduction par l’auteure)

9 « Es versteht sich von selbst daß wir uns beide nur auf die todte Natur beschränken und alles vermeiden was sich auf Menschen Einrichtungen, Verhältnisse der untern Volks-Classen bezieht : was Fremde, der Sprache unkundige, darüber in die Welt bringen, ist immer gewagt, unrichtig und bei einer so complicirten Maschine, als die Verhältnisse und einmal erworbenen Rechte der höhern Stände und die Pflichten der untern darbieten, aufreizend ohne auf irgend eine Weise zu nüzen. » (Traduction de l’auteure)

10 « Es hat mir viel gekostet, die 3 Bände meiner ‛Asie Centrale’ dem Russischen Kaiser zu dediciren. Es musste geschehen, da die Expedition auf seine Kosten geschehen war. Mein Verhältnis zu dem Monarchen ist mannichfaltig seit 1829 zerrütet wegen meiner politischen Sendungen nach Paris. Die Dedication, mit Arago selbst verabredet und durchgesprochen, ist meiner würdig und geschickt. Der Kaiser hat mir sein Portrait geschickt : es würde mich gereizt haben, wäre gar keine oder eine kältliche Antwort erfolgt. »

11 Les travaux de M. Espagne et M. Werner (1988) ont donné à ce terme une signification bien précise, que je reprends ici. Le Mittler se distingue du passeur au sens où il participe également à deux espaces ou deux moments : il ne réalise pas seulement une transition, un travail de passage entre les deux, comme le fait un passeur, mais inscrit son action dans les deux entités qu’il relie. On peut qualifier Humboldt de Mittler, puisqu’il participe de façon comparable voire symétrique à la structuration des champs scientifique et politique. U. Päßler reprend également ce terme pour le qualifier dans ses activités de diplomate (2009).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : L’itinéraire du voyage asiatique de 1829 (Péaud, 2012).
URL http://trajectoires.revues.org/docannexe/image/941/img-1.png
Fichier image/png, 96k
Légende Illustration 2 : La prédominance des acteurs politiques dans la correspondance humboldtienne russe (Péaud, 2012)
URL http://trajectoires.revues.org/docannexe/image/941/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Péaud, « Le voyage asiatique de Humboldt. Les interactions savoir-pouvoir au prisme de la fabrique géographique moderne », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/941

Haut de page

Auteur

Laura Péaud

Doctorante en géographie, Université Lyon 2, laura.peaud@univ-lyon2.fr

Haut de page