Navigation – Plan du site
SynThèses

Qingdao dans l’imaginaire colonial allemand du premier vingtième siècle

Thèse en études germaniques sous la direction de Jacques Poumet et Christian Henriot, soutenue le 25 novembre 2011, université Lumière Lyon 2
Clémence Andréys

Texte intégral

1À la croisée des études germaniques et de l’histoire de la Chine, cette thèse sur Qingdao dans l’imaginaire colonial allemand du premier vingtième siècle est une étude du discours sur la colonie, c’est-à-dire de la reconstruction narrative et figurative du fait colonial. C’est pourquoi les recherches ont été menées à partir de sources diverses : archives officielles, presse, récits littéraires, journaux intimes, autobiographies, mais aussi photographies et cartes postales, qui ont été croisées afin de mettre en lumière la transversalité des champs.

2L’étude porte sur la fabrication du discours qui varie selon ses émetteurs : communauté allemande et communauté chinoise, ceux qui vivent ou ont vécu à Qingdao, journalistes allemands en Chine, universitaires, représentants du pouvoir politique, etc. Elle examine aussi la diffusion de l’idéologie coloniale à travers l’exemple de Qingdao et sa réception par la population allemande. L’analyse de l’image de Qingdao est effectuée à différentes échelles : à l’échelle locale, à l’échelle nationale et à l’échelle internationale. Elle fait apparaître en quoi la colonisation de Qingdao en tant qu’événement fait partie de « l’histoire globale » tout en soulignant ses spécificités.

3L’accent a été mis sur l’analyse de la culture coloniale dans sa complexité car le processus colonial renvoie à la fois à l’expérience de la colonisation dans le pays colonisé et aux répercussions de l’expansion impériale dans la métropole. La construction d’une « communauté imaginée », telle que l’a définie Benedict Anderson, se fait à travers la colonisation et le regard porté sur les colonisés. Une place centrale est donc accordée à l’identité et au rôle joué par la colonisation dans l’émergence du sentiment national. Chaque communauté se forge une image de l’Autre et, par réflexion, sa propre image. La représentation de l’Autre est, en effet, toujours orientée vers les contours de sa propre culture. Il s’agit d’un phénomène d’autocontemplation à travers l’image de l’Autre, d’un retour à Soi par la médiation d’une fiction de l’Autre. Nous pouvons dans ce sens identifier le colonialisme comme une action culturelle réfléchissante.

4Ce travail tente donc de comprendre et de déconstruire les représentations actives dans la culture allemande, et plus particulièrement dans la culture visuelle, et leur rôle dans le processus de définition des identités collectives. L’étude s’articule entre autres autour des concepts du Soi et de l’Autre et vise à décrypter différents regards du Soi sur l’Autre pour mieux comprendre la construction de l’identité wilhelminienne. L’accent est également mis sur les rapports de mimétisme entre la métropole et la colonie, sur la manière dont la colonie s’est construite en référence à la métropole et sur la volonté d’expérimenter des projets dans la colonie qui pourraient être adaptés par la suite à la métropole.

5La colonie était aussi considérée comme un espace vierge pour la création d’un imaginaire national où le Soi peut notamment prouver sa capacité à dominer. Les recherches montrent que les Allemands se sont approprié l’image de Qingdao pour en faire un élément de la mythologie impériale, constitutif de l’identité allemande. La notion de « colonie modèle », appliquée à Qingdao, amène à s’interroger sur l’idéalisation, voire la mythification de la colonie. L’évolution de l’image de Qingdao et la pérennité du lien entre la métropole et l’ancienne colonie, la survivance de Qingdao dans les médias allemands indiquent que la mise en scène du souvenir est une autre composante de la fabrication de l’image mythique et que se crée un passage de la mythification à la mystification. L’analyse de la mémoire coloniale conduit à réexaminer les rapports entre histoire et mémoire et les mécanismes de la mémoire, mémoire individuelle et mémoire collective, autour de Qingdao.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Andréys, « Qingdao dans l’imaginaire colonial allemand du premier vingtième siècle », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/960

Haut de page