Navigation – Plan du site
SynThèses

Citoyennes sous tutelle. Le mouvement féministe « radical » dans l’Allemagne wilhelmienne. Présupposés – enjeux – stratégies

Thèse de doctorat en études germaniques et en histoire, sous la direction conjointe de Monique Mombert et Sylvia Paletschek, soutenue le 9 décembre 2011, université de Strasbourg / Albert-Ludwigs-Universität Freiburg im Breisgau
Anne-Laure Briatte-Peters

Texte intégral

1La présente étude du mouvement féministe « radical » de l’Allemagne wilhelmienne (1888-1919) vise à rendre visibles les formes d’intervention politique de femmes engagées dans leur siècle, qui aspiraient à apporter leur contribution aux réflexions suscitées par l’avènement de la modernité. Elle se concentre sur ses chefs de file, qui se comprenaient comme l’avant-garde du mouvement des femmes allemand, et démontre le caractère historiquement construit de l’identité collective de « radicales ». Elle identifie par ailleurs un modèle féminin propre aux « radicales », celui de la citoyenne de l’État (Staatsbürgerin). Cette thèse de doctorat constitue une synthèse inédite de ce mouvement social, dont elle dégage les présupposés théoriques, les enjeux et les stratégies d’action.

2Dans quelle mesure les revendications formulées par les féministes « radicales » impliquaient-elles une refonte de l’ordre politique ? Comment s’articulaient les luttes proprement féministes des « radicales » avec leur projet politique, qui touchait la société allemande dans son entier ? Le mouvement féministe « radical » était-il un mouvement politique et, le cas échéant, selon quelle définition de la politique ? Telles sont les interrogations qui sous-tendent notre enquête. La revue Die Frauenbewegung. Revue für die Interessen der Frauen, qui parut pendant un quart de siècle (1895-1919) comme l’organe de presse central du mouvement féministe « radical », constitue l’élément majeur du corpus de sources exploité.

3La première partie traite de la période allant de 1888, où l’association berlinoise Frauenwohl, berceau du mouvement féministe « radical », voit le jour en 1899, date à laquelle les « radicales » se libèrent du carcan de l’Union des associations féminines allemandes (Bund Deutscher Frauenvereine, BDF) et créent la Confédération des associations progressistes de femmes (Verband fortschrittlicher Frauenvereine, VfF). Dans cette phase de constitution, les « radicales » prennent conscience de la nature politique de leur projet d’améliorer le statut social, économique et juridique des femmes. Elles commencent à développer une approche politique de la « question des femmes » : parallèlement à la diversification de leurs domaines d’intervention, elles déploient une stratégie de spécialisation active. Cette période est aussi celle du positionnement des « radicales » dans le paysage féministe allemand : il s’agit de comprendre les dynamiques à l’œuvre dans leur affrontement avec la majorité du BDF ainsi que dans leurs difficultés à coopérer avec le mouvement prolétaire féminin. Il apparaît que, sur ces deux fronts, les « radicales » défendent une conception propre du mouvement féministe compris dans une vision politique en gestation.

4La deuxième période analysée commence en 1899, avec la création d’une organisation faîtière indépendante, le VfF, qui confère aux « radicales » une plus grande autonomie, et s’achève en 1907/1908, avec l’affiliation du VfF au BDF et la promulgation de la nouvelle loi sur les associations. À l’apogée de leur visibilité dans l’espace public, les « radicales » s’imposent comme des actrices politiques dans l’Empire allemand. Le VfF leur permet de mettre au point des techniques de militantisme au profit de l’action collective et, avec le lancement du mouvement pour le suffrage des femmes, de se tailler un profil d’avant-garde du mouvement féministe allemand. L'analyse révèle également le caractère éminemment politique des efforts déployés par les « radicales » pour s’entourer de partenaires et gagner en influence au sein des mouvements de femmes, tant au niveau national qu’international. Enfin, les « radicales » tentent de s’affirmer comme des sujets politiques égaux aux hommes en manifestant leur volonté de participation aux affaires de la Cité. Leurs incursions dans les parlements et dans les partis politiques finissent de les convaincre de leur aptitude à la citoyenneté, mais c’est également pour elles l’occasion de mesurer la force de l’antiféminisme ambiant.

5La dernière partie analyse la période allant de 1908 à 1919, avec l’entrée en vigueur du droit de vote des femmes et la parution du dernier numéro de la revue Die Frauenbewegung en décembre 1919. Cette période est placée sous le signe de la perte de cohésion idéelle et humaine du mouvement féministe « radical », une évolution que rien ne semble pouvoir contrer. Les années de guerre font l’objet d’une réflexion sur le rapport entre féminisme et pacifisme chez les féministes « radicales » : car, si leurs chefs de file se sont majoritairement engagés dans des organisations pacifistes, leur engagement pacifiste ne répondait pas toujours aux mêmes prémisses.

6Enfin, l’épilogue s’interroge sur la disparition du mouvement féministe « radical » et sur le devenir des « radicales » après 1919, faisant apparaître en creux leur héritage idéel dans des périodes de l’histoire aussi peu propices à la réalisation de leurs visions politiques que la République de Weimar et le « Troisième Reich ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Briatte-Peters, « Citoyennes sous tutelle. Le mouvement féministe « radical » dans l’Allemagne wilhelmienne. Présupposés – enjeux – stratégies », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/962

Haut de page