Navigation – Plan du site
SynThèses

Le vague – De l’usage évaluatif d’un terme en français et en allemand à la reconstruction d’un concept

Thèse de doctorat en sciences du langage, sous la direction de Sophie Moirand et de Thomas Krefeld, soutenue le 5 décembre 2011, Sorbonne Nouvelle – Paris 3/ Ludwig-Maximilians-Universität München
Pascale Brunner

Texte intégral

1Ce travail aborde le concept du vague à travers l’usage que font les locuteurs ordinaires (les non linguistes) des termes « vague » en français et « vage » en allemand dans le discours quotidien. Au centre de l’étude se trouve le locuteur natif, émetteur d’énoncés métalinguistiques, énoncés avec lesquels il porte un jugement sur la clarté, la précision et, en l’occurrence, le vague de certaines séquences langagières.

2Il s’agit, d’une part, de mettre au jour les catégories du vague qui peuvent être à l’origine de ces jugements (la question sous-jacente est celle de savoir pourquoi un locuteur juge une expression ou une réponse comme « vague » ; que veut-il dire à travers cette évaluation ?). Nous montrons, d’autre part, qu’il existe des recoupements entre théories scientifiques et « théories populaires » à ce sujet. Ce travail propose ainsi une approche supplémentaire d’un phénomène qui, jusqu’à présent, a uniquement été abordé de manière déductive et à travers le seul regard des scientifiques (philosophes, logiciens et linguistes).

3La première partie de cette thèse expose d’abord un panorama des divers travaux consacrés à la définition de ce qu’est le vague (théories logico-philosophiques, sémantiques et pragmatiques). Cette partie sert d’appui aux arguments d’ordre méthodologique à l’aide desquels nous avons conçu notre propre approche du vague. Celle-ci consiste principalement à inverser la méthode habituellement suivie par les études pragmatiques qui stipulent des expressions vagues a priori (les hedges, les approximateurs, les mots passe-partout, etc.) pour ensuite les confronter à un corpus. Ayant choisi une méthode inductive, nous avons constitué un corpus (issu de la presse écrite) rassemblant des énoncés qui comportent les mots « vague » en français et « vage » en allemand afin d’établir a posteriori les catégories du vague sur la base des commentaires métalinguistiques des locuteurs ordinaires.

4La Folk Linguistique et certaines notions de la pragmatique constituent l’arrière-plan théorique de cette recherche. Avec la Folk Linguistique, nous prenons parti pour la prise en compte de « savoirs profanes » et leur valorisation à travers leur intégration dans des études scientifiques. Les notions du principe de coopération (selon H.P. Grice (1979) qui postule que la contribution conversationnelle correspond à ce qui est exigé du locuteur « par le but ou la direction de l’échange » dans lequelle le locuteur s’est engagé), de l’intention et de l’effet perlocutoire (l’effet produit par une séquence langagière) servent de cadre à notre démarche.

5Pour l’analyse, nous avons rassemblé des énoncés contenant les termes « vague »/« vage » employés par un locuteur non linguiste. Le corpus est alors principalement constitué d’extraits d’articles de presse francophone et germanophone contenant les jugements de valeur « c’est vague », « réponse vague », « expression vague », « vager Ausdruck », « vage Antwort », « Vagheit », etc.

6L’analyse des données, exposée dans la deuxième partie de la thèse, est découpée en trois phases successives :

7L’analyse sémasiologique se consacre aux formes « vague »/« vage » afin de dégager à travers les différents emplois de ces termes les sens avec lesquels ils sont utilisés. Les extraits examinés ont été classifiés dans différentes catégories selon les sens des mots « vague »/« vage » relevés (par exemple : manque d’informations, problème de définition, expression multi-référentielle, abstraction, etc.)

8Avec l’analyse des associations, nous montrons que les locuteurs associent une valeur essentiellement négative au vague (par exemple à travers des cooccurrences telles que « vague » et « trouble », « inopérant », « simpliste »). En examinant le cotexte, il a également été possible d’analyser les oppositions vague vs. précis, vague vs. concret, vague vs. clair. Enfin, nous avons relevé les fonctions que les locuteurs présument derrière l’usage du vague lorsqu’ils remarquent qu’une personne « reste dans le vague pour… ».

9Avec l’analyse pragmatique, nous avons examiné les valeurs fonctionnelles que peuvent avoir les termes « vague »/« vage » lorsqu’un locuteur les utilise, par exemple, dans le dessein de disqualifier son adversaire (fonction prépondérante dans le domaine politique).

10En ce qui concerne la comparaison interlangue, abordée au dernier chapitre, nous avons posé la fonction de l’évaluation comme tertium comparationis des deux langues pour examiner s’il y a variation quant aux sens, associations et fonctions mis au jour à travers l’usage des termes « vague » en français et « vage » en allemand. Les résultats montrent qu’il n’y a pas de très grandes divergences dans la façon dont le vague est appréhendé en français et en allemand.

11Les trois parties d’analyse permettent donc d’aborder le vague à travers l’évaluation du locuteur ordinaire et d’éclairer les sens, les associations et les fonctions qu’implique l’usage des mots « vague »/« vage » afin de fournir une contribution théorique aux études consacrées au vague.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Brunner, « Le vague – De l’usage évaluatif d’un terme en français et en allemand à la reconstruction d’un concept », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/964

Haut de page