Navigation – Plan du site
SynThèses

Origines contrôlées. La police à l’épreuve de la question minoritaire à Paris et à Berlin

Thèse en sociologie, soutenue le 23 février 2012, sous la direction de René Lévy et de Hans-Jörg Albrecht, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines / Albert-Ludwigs-Universität Freiburg im Breisgau
Jérémie Gauthier

Texte intégral

1Les émeutes françaises de l’automne 2005 constituèrent le point de départ de cette recherche sur les relations entre police et minorités visibles à Paris et à Berlin. Contrastant avec le contexte français, le cas berlinois donnait à voir une situation moins conflictuelle, l’action policière dans les quartiers étiquetés comme « sensibles » n’étant pas associée à des affrontements entre policiers et adolescents marginalisés et issus de l’immigration. Au-delà de la question des émeutes, cette thèse vise à montrer comment l’action policière s’articule avec la « question minoritaire » (définie comme la manière dont les policiers en tant qu’acteurs individuels, et la police, en tant qu’institution, définissent et mettent en pratique des catégories de classement relevant de la nationalité, de la culture, de l’origine, de l’apparence ou encore de la religion) et en quelle mesure celle-ci est constitutive de l’économie des représentations et des pratiques policières. Les données mobilisées sont issues d’enquêtes ethnographiques menées dans différents services de police de sécurité publique de proche banlieue parisienne et de quartiers d’immigration berlinois. Une soixantaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des policiers français et allemand ; plusieurs centaines d’heures d’observation directe du travail de patrouille ont été collectées.

2Après avoir montré en préalable que les modes d’utilisation de la police de sécurité publique différaient selon les contextes franciliens (polarisation des tâches et des valeurs policières sur l’anticriminalité) et berlinois (mise en avant de la prévention), nous interrogeons l’existence d’un « racisme policier ». Si des marques d’un racisme militant n’ont pas été observées, tous les policiers reconnaissent l’existence de formes de racisme au sein de la profession, entre collègues ou avec la population. Du point de vue policier, cette expérience policière du racisme prend la forme d’un « dilemme racial » : comment comprendre que ceux qu’on « voit », ceux qui sont « visibles » sont en grande majorité des immigrés et des enfants d’immigrés ? Dans les deux contextes, ce « dilemme racial » peut conduire à exprimer des formes de racisme lorsque les policiers déclarent ressentir ce qu’ils appellent de la « frustration » (les policiers français et allemands utilisent le même terme), c’est-à-dire une forme de désenchantement professionnel qui s’accompagne d’une tentation d’ériger en norme des préjugés raciaux. Certains policiers répondent à ce dilemme racial par des formes d’hostilité envers les personnes minoritaires, ce qui soulève ainsi la question des pratiques discriminatoires.

3L’observation directe du travail des gardiens de la paix montre que l’apparence, l’origine, la culture ou la religion constituent des catégories d’action routinières et des principes de cadrage des interactions policières. Bien souvent, ces catégories de classement des clientèles relèvent pour les policiers d’un savoir-faire racialisé, qui doit être compris comme une compétence professionnelle valorisée. C’est à partir de ce savoir-faire racialisé que les policiers orientent leur regard, construisent leur soupçon, définissent leur attitude et la déférence qu’ils vont exiger des acteurs civils. Dans le cas français, la valorisation des pratiques de contrôle et de recherche proactive d’infractions implique que les policiers vont utiliser la couleur de peau, l’apparence ou encore l’origine comme catégories d’action alors même que ces dernières sont proscrites par l’encadrement légal. Dans le contexte de banlieue parisienne, l’ethnographie montre que les interactions entre policiers et jeunes maghrébins ne sont bien souvent pas déterminées par une rationalité pénale mais des enjeux de maintien de l’ordre social local au sein duquel prédominent les relations de face-à-face qui ont toutes les chances de se transformer en insultes, provocations, tensions, conflits ou violences.

4Dans le cas berlinois, les types d’interactions informelles et conflictuelles évoquées dans le contexte français apparaissent moins fréquentes. La mise à distance des pratiques de contrôle, la politique de prévention et d’« ouverture interculturelle » impliquent que les formes d’assignation identitaire sont pour partie neutralisées et pour partie étayées par une politique institutionnelle articulée sur la « culture » supposée des personnes issues de l’immigration. Ainsi c’est une autre forme de contrôle social qui se dessine : plutôt que de maintenir l’ordre local par la multiplication des contrôles d’identité, des interpellations et des mesures de garde à vue, la police berlinoise privilégie des formes de coproduction de la sécurité en sollicitant familles, écoles, représentants d’associations culturelles, religieuses, politiques, sportives ou encore responsables municipaux des questions migratoires. Dans le contexte berlinois, l’institutionnalisation de la question minoritaire, se traduisant par une approche différentialiste et culturaliste, apparaît moins coûteuse en terme de violence que l’universalisme de façade du contexte français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Gauthier, « Origines contrôlées. La police à l’épreuve de la question minoritaire à Paris et à Berlin », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/969

Haut de page