Navigation – Plan du site
SynThèses

Science, musique, politique. Les musicologues français sous l’Occupation 1940-1944

Thèse de doctorat en musicologie, sous la direction d' Esteban Buch et Hermann Danuser, soutenue le 30 novembre 2011, Humboldt-Universität zu Berlin / École des Hautes Études en Sciences Sociales
Sara Iglesias

Texte intégral

1Ce travail étudie l’impact de l’Occupation allemande et de la politique du régime de Vichy sur la musicologie française de 1940 à 1944 à travers ses textes, ses institutions et les initiatives politiques de ses acteurs. Les recherches scientifiques sur cette histoire politique de la musicologie française demeurent encore marginales dans le champ historiographique comme dans celui de la musicologie. Cependant, les archives et publications analysées dans le cadre de cette recherche montrent clairement l’importance des articulations entre production musicologique et contingences politiques et idéologiques, ainsi que la profondeur des bouleversements institutionnels que la musicologie a subies dans cette période. Des questionnements à intérêt interdisciplinaire surgissent alors : dans quelle mesure et de quelle manière l’idéologie et le politique entrent-ils dans le discours scientifique ? Quelles sont les interactions entre les sphères de la musicologie et de la politique de Vichy et de l’occupant ? Dans quels processus microhistoriques celles-ci s’inscrivent-elles ? Comment la situation de l’Occupation se répercute-t-elle sur le travail scientifique au quotidien ? Quelles significations et fonctions sociales les auteurs octroient-ils à la musique ? Et enfin : en quoi la musicologie peut-elle être « engagée » ?

2Cette étude se situe au croisement de différentes disciplines. Nous avons donc recours à une approche méthodologique empruntant des outils musicologiques et historiographiques. Le matériau de la recherche est constitué d’archives publiques, institutionnelles et semi-privées issues de fonds français et allemands, ainsi que de 118 ouvrages et de nombreux articles de presse des musicologues parus entre 1940 et 1944. La limitation chronologique (nous nous concentrons sur la période entre les deux majeurs événements créateurs de sens pour les acteurs, l’invasion allemande de 1940 et la Libération en 1944) et géographique (Paris comme centre de la musicologie de l’époque) favorise une description dense des processus analysés plutôt que l’étude des évolutions diachroniques plus larges de la discipline. Cependant, les périodes avant et après ces quatre années d’Occupation entrent également en considération afin de mettre en perspective les positions des acteurs et les discours en présence avec ceux de l’entre-deux-guerres, et de prendre en compte les répercussions de ces événements sur l’épuration et la sortie de guerre.

3Le travail est organisé en quatre parties, suivies d’un épilogue. La première d’entre elles se consacre à un état des lieux social et épistémologique de la musicologie de 1940, afin de spécifier les limites de la discipline, l’ancrage social des musicologues dans les couches supérieures de la société et politiquement conservatrices, et la fragilité institutionnelle de la musicologie. Cet aperçu sert ensuite de base à une étude des publications musicologiques de la période de Vichy mises dans leur contexte éditorial et analysées selon différentes grilles idéologiques possibles. La deuxième partie est dédiée à l’enrôlement de la musique par les musicologues « au service de la nation ». Nous étudions ici les différentes manières de participer activement au programme de la Révolution nationale, les définitions d’une « musique nationale », ainsi que l’engagement pour une France résistante. La troisième partie propose un regard sur les présences de l’occupant dans le champ musicologique, de la montée du discours « pro-européen » aux persécutions politiques de musicologues en passant par les modes concrets de cohabitation quotidienne et de collaboration directe. La création du Département de la musique à la Bibliothèque nationale en 1942 prend une importance particulière dans ce contexte. L’épilogue analyse la sortie de l’Occupation et l’épuration quasiment inexistante du champ musicologique.

4L’interprétation des événements et des discours passe par une lecture herméneutique rapprochée des publications musicologiques au sein de leur contexte politique précis d’un côté et la reconstitution détaillée des faits historiques autour des acteurs de la musicologie de l’autre. Elle met en question la conception de la musique comme transcendante et apolitique et celle de la musicologie comme objective et autonome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Iglesias, « Science, musique, politique. Les musicologues français sous l’Occupation 1940-1944 », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/971

Haut de page

Auteur

Sara Iglesias

s.iglesias@in-script.eu

Articles du même auteur

Haut de page