Navigation – Plan du site
SynThèses

Un regard créateur sur l’Autre de l’art. Les Fauves et die Brücke (1905-1914) : primitivisme, colonialisme et art moderne

Thèse de doctorat en histoire et civilisations, sous la direction de Michael Werner, soutenue le 9 mai 2012, EHESS
Hélène Ivanoff

Texte intégral

1S’inscrivant dans les problématiques de l’histoire croisée et des études postcoloniales, cette thèse d’histoire culturelle étudie les transferts artistiques au prisme de la création des Fauves et de die Brücke entre 1905 et 1914. La première partie, « L’évolution d’un regard », repère les traces concrètes de ces transferts. Les trois suivantes, « Les trajectoires du regard », portent sur les acteurs de ces transferts en Amérique, en Océanie, et en Afrique. La dernière partie, « La révolution du regard », analyse les conséquences de ces transferts sur la création artistique. Elle montre l’articulation entre naissance de l’ethnologie, crise de la culture et émergence du primitivisme en France et en Allemagne.

2Les Fauves – Matisse, Derain et Vlaminck – et die Brücke – Kirchner, Heckel, Pechstein, Müller, Nolde et Schmidt-Rottluff – furent les premiers artistes à engager une réflexion esthétique collective sur les « arts primitifs ». Ils affirmèrent une nouvelle sensibilité artistique qualifiée de primitive, tout en défendant l’avènement d’un art moderne. Leurs œuvres et esquisses, leurs correspondances et écrits sur l’art, les livres de leurs bibliothèques et collections personnelles en portent la preuve. En décentrant le regard posé jusque-là sur l’art, ils mirent en crise les représentations artistiques européennes : désormais, elles ne relevaient que d’un modèle culturel parmi d’autres de figuration de la nature, le naturalisme – vision « rationnelle » de la nature symbolisée entre autre par la technique de la perspective.

3En cela, ils mettent au jour les sensibilités de leur temps : l’« art nègre », l’« art primitif », l’« Orient » correspondent à des catégories imaginaires pour évoquer cet « Autre de l’art » contestant les canons esthétiques dominants en Europe depuis la Renaissance. Ils rendent visibles une culture coloniale de masse caractéristique du début du vingtième siècle et leurs pratiques de collectionneurs correspondent aux logiques d’appropriation coloniale. Ces artistes contribuèrent néanmoins à modifier les représentations de leurs contemporains en proposant de nouvelles visions esthétiques et culturelles : l’art n’était plus l’apanage de l’Occident et les cultures « européenne » et « primitive » devaient être placées sur un pied d’égalité. Ils procédèrent à une « artification » de l’objet ethnographique ou oriental, tel qu’il était présenté dans les collections privées et publiques ou dans les spectacles exotiques en Europe, en faisant entrer ces objets dans le domaine de l’art. En choisissant des indigènes pour modèles, ils rompaient aussi avec une tradition scientifique les ayant cantonnés à un statut d’exemplarité d’anormalité ou de spécimen de race inférieure, notamment lors des expositions coloniales.

4En amont, ces transferts artistiques se sont opérés grâce à des « passeurs culturels » – tels Aby Warburg, Franz Boas, Theodor Koch-Grünberg, Leo Frobenius, Emil Stefan ou Augustin Krämer – ayant collecté ces objets au profit des musées d’ethnographie en situation coloniale. S’intéressant aux « religions primitives », ils étudièrent l’art de ces peuples et leur symbolique ornementale. À l’analyse, ces expéditions apparaissent plus importantes en Allemagne qu’en France. Même si les techniques de l’enquête ethnographique n’en étaient encore qu’à leurs prémisses, l’ethnographie de « comptoir » devenait progressivement une science de terrain engageant une observation participante. Ces pionniers de la discipline prétendaient sauvegarder l’authenticité de cultures appelées, selon eux, à disparaître devant la colonisation européenne. Non sans paradoxe, ils constataient en même temps les processus de métissages déjà à l’œuvre en leur sein. Certains d’entre eux s’opposèrent aux conceptions évolutionnistes et racistes de la culture. Des ethnologues – et à leurs côtés, des soldats, des colons, des voyageurs et des entrepreneurs de spectacle – ont été ainsi les agents de transferts entre les artistes d’Europe et ceux des aires amérindiennes, africaines et océaniennes.

5En aval, la réception de leurs écrits et des collections ethnographiques est différenciée entre les champs allemands et français. Les trajectoires du regard des Fauves et de die Brücke sont communes pour l’art africain, croisées pour l’art océanien, tandis que la reconnaissance de l’art amérindien est une spécificité allemande avant 1914. À la lecture des récits ethnographiques, au gré des visites dans les musées et expositions, lors de leurs voyages, ils se constituèrent leurs propres « bibliothèques de formes » et « palettes d’objets ». Ils inventèrent « l’art primitif » pour théoriser l’art moderne, esthétique rompant avec la mimesis et le naturalisme. Leurs créations manifestent une hybridation des transmissions culturelles, visible dans les emprunts stylistiques, les pratiques artistiques et les conceptions esthétiques. La dimension analytique fortement marquée du primitivisme des Fauves contraste avec l’approche formelle et mimétique de die Brücke. Au-delà du transfert artistique, les artistes de die Brücke, touchés par la Lebensreform, trouvèrent dans ces « mondes primitifs » de nouveaux modèles culturels aptes à contester le modèle de civilisation occidentale et développèrent un « primitivisme » plus théâtral dans leurs modes et cadres de vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Ivanoff, « Un regard créateur sur l’Autre de l’art. Les Fauves et die Brücke (1905-1914) : primitivisme, colonialisme et art moderne », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/972

Haut de page