Navigation – Plan du site
SynThèses

Le déclin du Bayernpartei et ses déterminants causaux (1949-1969) : plaidoyer pour une analyse plurifactorielle et anti-rétrospectiviste

Thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Paul Bacot et Daniel-Louis Seiler, soutenue le 9 décembre 2011, Institut d’Études Politiques de Lyon/ Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence
Thomas Landwehrlen

Texte intégral

1Fondé à Munich en octobre 1946 suite à la réorganisation d’un proto-parti mariant rejet de l’unitarisme autoritaire et provincialisme anti-prussien, le Bayernpartei (BP) se fit après la guerre le courtier des revendications autonomistes bavaroises et le médiateur de l’hostilité populaire à l’égard des réfugiés de langue allemande originaires d’Europe centrale et orientale. Couronné de succès lors des élections fédérales de 1949 – à l’occasion desquelles il recueillit en Bavière 20,9 % des suffrages –, il présente la particularité d’avoir subi durant vingt ans un déclin électoral régulier, et d’avoir totalement cessé d’être « relevant » au sens de Sartori au moment même où l’on assistait à l’échelle européenne, et même occidentale, à un nouvel essor des partis régionalistes procédant du clivage centre/périphérie.

2Quels sont les déterminants causaux du progressif déclin du Bayernpartei ? Quels facteurs explicatifs peuvent rendre compte de sa graduelle transformation en une simple association folklorique sans réelle importance ? Tel est le questionnement sous-tendant le présent travail de thèse, et auquel nous proposons de répondre en nous dégageant du rétrospectivisme monocausal, linéariste et exogénéisant dont firent preuve les rares politistes ayant tenté de rendre compte de l’étiolement politique passé de ce parti régionaliste bavarois.

3Se plaçant dans la continuité des travaux politologiques allemands qui se saisissent non seulement d’une focale d’analyse fédérale, mais aussi d’une focale d’analyse régionale à même de rendre compte des idiosyncrasies partisanes propres aux différents Länder de la RFA, la présente thèse souhaite ce faisant contribuer à une meilleure connaissance du BP et de la culture politique bavaroise dans laquelle s’enracine son succès passé. Elle souhaite par ailleurs fournir aux chercheurs désireux de rendre compte de l’évolution des performances électorales d’un parti régionaliste des éléments permettant d’expliquer le déclin, ou a contrario le maintien ou la progression politico-électorale, d’une formation de défense de la périphérie.

4L’approche adoptée commence par examiner l’impact sur le sort du parti régionaliste de la stabilisation des contraintes externes définissant en Bavière l’ordre de la méta-politique, c'est-à-dire déterminant ce qui se situe au-delà de la politique, et n’apparaît donc pas ou plus négociable dans le cadre du débat politique. La thèse montre ce faisant que l’abandon des réflexions d’après-guerre en termes de recomposition territoriale – imposé par la relation de Guerre froide qui s’instaura assez rapidement entre les deux superpuissances victorieuses du « Reich » hitlérien –, la clôture des débats constitutionnels fondamentaux après l’adoption de la Grundgesetz, ainsi que le règlement en Bavière de la question du régime que posaient encore les partisans du retour des Wittelsbach, furent promptement préjudiciables au Bayernpartei. Ce dernier, en tant que formation autonomiste (voire séparatiste) abritant en son sein nombre de monarchistes, prétendait en effet remettre en cause ce qui était devenu temporairement intangible : la communauté politique ouest-allemande et le régime républicain bavarois (Partie I).

5Le travail évalue par la suite l’impact sur le déclin du BP des grandes évolutions de société que sont le processus d’industrialisation/urbanisation de la Bavière, l’intégration socio-économique des réfugiés allemands et l’accroissement de la mobilité géographique. Il indique alors en quoi certaines interprétations socialement mécanistes peuvent se révéler pertinentes si elles sont réinsérées dans une explication multifactorielle plus globale, et si elles laissent place à une lecture dialectique des relations existant entre le système politique et son environnement social (Partie II).

6La thèse examine subséquemment le rôle joué par la transformation des conditions de lutte propres au sous-champ politique bavarois de l’après-guerre, notamment du fait de la modification des règles du jeu électoral aux niveaux fédéral et régional, de l’accroissement de la capacité de lutte de la CSU – en crise à la fin des années 40 et au début des années 50 –, et de la transformation de la structure de l’offre électorale consécutive à la progressive sortie de jeu des partis nationalistes-centralistes (Partie III).

7Enfin, le travail de thèse analyse la responsabilité qu’a pu avoir le parti sur son propre sort, en montrant notamment que le BP, qui n’a pas su innover afin de contrarier les effets des facteurs contribuant de manière exogène à son déclin, a pâti d’un haut degré de factionnalisme interne l’ayant amené à commettre ce que l’on pourrait appeler des erreurs politiques. Exacerbés par le mode d’organisation du parti – qui en était à la fois le signe et l’élément amplificateur –, les conflits internes eurent en effet des conséquences directes non seulement en termes de cohérence et de continuité stratégiques, mais aussi en termes de lisibilité des pratiques parlementaires (Partie IV).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Landwehrlen, « Le déclin du Bayernpartei et ses déterminants causaux (1949-1969) : plaidoyer pour une analyse plurifactorielle et anti-rétrospectiviste », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/974

Haut de page