Navigation – Plan du site
SynThèses

La culture religieuse des adolescents en France et en Allemagne. Des connaissances aux défis de l'exculturation, de la popularisation et de l'altérité

Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction d'Anne-Sophie Lamine et Hubert Knoblauch, soutenue le 09 novembre 2011, université de Strasbourg / Technische Universität Berlin
Bruno Michon

Texte intégral

1Les acteurs du monde de l’éducation et du monde universitaire déplorent, depuis le milieu des années 80, le manque de « culture religieuse » des jeunes générations françaises. Interrogeant à plusieurs égards le régime français de la laïcité, le sujet n’avait pourtant fait l’objet d’aucune étude. Trois questions principales sont par conséquent au cœur de cette recherche : quels phénomènes expliquent l’émergence du topos de la perte de culture religieuse ; que peut-on dire de l’état réel de cette culture religieuse ; et cette perte de culture religieuse est-elle une spécificité française ? Pour répondre à ces questions, une méthode comparative a été privilégiée, appliquée à deux régions françaises, l’Alsace et la région parisienne, et à trois régions allemandes, le Bade-Wurtemberg, le Brandebourg et Berlin.

2Le défi méthodologique principal était d’adapter l’entretien sociologique à la population adolescente et au sujet de la connaissance. L’« entretien ludique », une méthode sociologie mixte (qualitative et quantitative) développée dans le cadre de cette recherche, a permis de faire émerger une pluralité de connaissances (savantes, visuelles, catégorisations mentales, représentations géographiques) et d’éviter un formatage scolaire des connaissances. Le dispositif qualitatif allie une posture sociologique spécifique, celle de l’animateur, à un type d’entretien particulier, l’entretien collectif réalisé dans un cadre ludique. 206 jeunes Français et Allemands ont ainsi été interviewés dans 27 établissements scolaires.

3Loin des aprioris, le résultat principal de cette recherche est d’avoir prouvé l’existence de connaissances sur les religions chez les adolescents. Ces connaissances se nourrissent de sources peu légitimées par l’institution scolaire et universitaire (principalement les médias, le groupe de pairs et l’environnement multiculturel). La famille, l’enseignement confessionnel et l’école sont des sources traditionnellement considérées comme des lieux d’apprentissage sur le religieux. Pour plusieurs raisons, parmi lesquelles le « déclin des institutions » (François Dubet) et « l’exculturation » du christianisme (Danièle Hervieu-Léger), ces sources peinent pourtant à transmettre des connaissances aux adolescents. Quant à l’école, il faut ajouter la conception « patrimoniale » du religieux transmise par l’école française. La religion y est avant tout envisagée comme un phénomène violent et inscrit dans un passé très éloigné de la réalité quotidienne des adolescents interrogés. C’est ainsi l’opposition entre des sources traditionnelles et des sources informelles de connaissance sur le religieux qui structure leur « stock de connaissance » (Alfred Schütz).

4Car ce que démontre ce travail, c’est bien le rôle fondamental de la vie quotidienne, c’est-à-dire plus spécifiquement de l’environnement mono- ou multi-culturel et des médias dans la construction du stock de connaissance sur les religions. Ces sources sont avant tout informelles en ce qu’elles n’ont pas pour objectif premier de transmettre des connaissances. L’analyse des entretiens permet en ce sens de mettre en exergue l’omniprésence du religieux dans les médias et dans l’environnement immédiat des jeunes de milieux urbains. Ce constat en entraine un second : en matière de connaissances sur les religions, l’idéologie nationale (de la laïcité en France, de la culture chrétienne en Allemagne) compte moins que la réalité vécue localement. Autrement dit, un Parisien et un Berlinois sont plus proches du point de vue de leurs connaissances sur le religieux que ne le sont un jeune de milieu rural alsacien et un Parisien.

5Le second apport important de ce travail de recherche est d’imbriquer deux concepts issus de deux traditions nationales et théoriques différentes : l’exculturation et la popularisation (Hubert Knoblauch). L’éviction du christianisme comme religion de référence dans le stock de connaissance des jeunes Français et Allemands apparaît ainsi comme un fait majeur. Ce constat peut être relativisé dans quelques zones rurales en Alsace et dans le Bade-Wurtemberg et au sein de quelques familles généralement issues de milieux favorisés et pratiquantes. On ne peut cependant pas se contenter de ce constat : l’analyse des données montre que la popularisation débute là où l’exculturation s’achève.

6La popularisation décrit le phénomène de diffusion de symboles, rites, mythes et genres communicatifs propres au religieux au sein des sphères non religieuses. Notre travail de recherche démontre que le stock de connaissance sur les religions des adolescents français et allemands n’est plus structuré à partir de significations issues de la tradition chrétienne, mais de connaissances et d’interprétations d’abord passées par le prisme des médias de masse et de la pluralisation religieuse de la société. Opérant conjointement, l’exculturation et la popularisation représentent un véritable défi pour le sociologue et interrogent les réflexions classiques sur l’impact du religieux dans la culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Michon, « La culture religieuse des adolescents en France et en Allemagne. Des connaissances aux défis de l'exculturation, de la popularisation et de l'altérité », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/977

Haut de page