Navigation – Plan du site
SynThèses

Les ambassadeurs de France à Bonn (1955-1999)

Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Maurice Vaïsse, soutenue le 12 décembre 2011 à l’IEP de Paris
Matthieu Osmont

Texte intégral

1« La relation franco-allemande se porte si bien que l’on pourrait se demander à quoi cela sert d’avoir des ambassadeurs à Bonn et à Paris. » Cette phrase, prononcée en juin 1960 par l’ambassadeur François Seydoux, résume bien l’enjeu de cette thèse. Dans un contexte de rapprochement franco-allemand ininterrompu depuis les années 1950, la place des représentants permanents dans la relation entre les deux pays mérite d’être interrogée. Les ambassadeurs ont-ils encore un rôle à jouer à partir du moment où les chefs d’État et de gouvernement, les ministres, mais aussi les hauts fonctionnaires français et allemands se rencontrent fréquemment et tiennent le devant de la scène ?

2Pour analyser l’évolution du rôle du représentant permanent français dans la capitale allemande entre 1955 (date qui correspond à l’ouverture d’une ambassade française à Bonn) et 1999 (date du déménagement à Berlin de l’ambassade), nous nous intéressons à la fois aux individus et au travail de l’ambassadeur. Cette thèse se présente d’abord comme un « portrait de groupe » de douze ambassadeurs français. Il s’agit successivement de Louis Joxe, Maurice Couve de Murville, François Seydoux, Roland de Margerie, Jean Sauvagnargues, Olivier Wormser, Jean-Pierre Brunet, Henri Froment-Meurice, Jacques Morizet, Serge Boidevaix, Bertrand Dufourcq et François Scheer. D’autre part, notre recherche s’intéresse aux missions de l’ambassadeur, à partir de plusieurs cas concrets. Nous étudions ainsi le rôle des ambassadeurs lors de certains événements historiques, tels le voyage du général de Gaulle en Allemagne en septembre 1962, la négociation de l’accord quadripartite sur Berlin de 1971 ou encore les réactions de la diplomatie française après la chute du mur de Berlin.

3À l’issue de cette étude, qui s’appuie sur des fonds d’archives variés en France et en Allemagne, plusieurs conclusions s’imposent. On observe tout d’abord que des facteurs structurels tendent à réduire le rôle de l’ambassadeur en tant que « médiateur » entre dirigeants français et allemands. D’intermédiaire incontournable des chefs d’État et de gouvernement dans les années 1950 et 1960, l’ambassadeur est devenu un interlocuteur parmi d’autres des responsables politiques français et allemands à partir des années 1970. Certains « couples franco-allemands » (notamment les « couples » Giscard-Schmidt puis Mitterrand-Kohl) pratiquèrent une diplomatie au sommet qui eut tendance à marginaliser celle des ambassadeurs.

4Indépendamment du dialogue politique au plus haut niveau, l’ambassadeur de France à Bonn a conservé toutefois un rôle éminent dans plusieurs domaines. Interlocuteur privilégié des responsables politiques dans les Länder, auxquels il sert de relais vis-à-vis du gouvernement français, il est aussi, jusqu’en 1990, le « Haut-Commissaire » français à Berlin, participant à ce titre à des négociations qui furent au cœur de la Guerre froide. L’ambassadeur français à Bonn est resté également le « patron » incontesté de l’appareil diplomatique, consulaire et culturel français en Allemagne, une organisation considérable qui n’a pas d’équivalent ailleurs dans le monde.

5Par ailleurs, le rôle des individus reste déterminant pour comprendre l’influence qu’ont pu avoir certains ambassadeurs. Ainsi, les générations successives d’ambassadeurs se distinguent par une formation et une socialisation à l’Allemagne différentes, mais aussi par un rapport différent à la construction européenne. S’ils ont tous en tête les intérêts français, certains ambassadeurs défendent le pré carré français dans une approche intergouvernementale, là où d’autres se prononcent résolument en faveur d’une intégration plus fédérale de l’Europe.

6L’observation attentive de l’action des ambassadeurs français à Bonn contredit la thèse d’un « déclin des ambassades ». Accompagnant l’institutionnalisation du partenariat franco-allemand, les diplomates français qui se succèdent à Bonn entre 1955 et 1999 n’ont pas cessé d’assurer leurs traditionnelles fonctions d’information, de négociation et de représentation. Ils s’en acquittent toutefois selon des modalités sans cesse renouvelées. Si la fonction de représentation reste importante – l’ambassadeur est un personnage public pour lequel la communication est essentielle – , certaines autres fonctions se transforment. De négociateur, l’ambassadeur se mue en organisateur de rencontres au sommet, en expert et analyste des questions économiques, des questions culturelles, voire des questions sociales et financières. À travers l’exemple de l’ambassade de Bonn, cette thèse apporte donc un éclairage nouveau sur les évolutions récentes d’une administration régalienne, le Quai d’Orsay. Elle permet aussi de mieux comprendre le fonctionnement, au quotidien, du « couple franco-allemand » et des réseaux diplomatiques qui l’animent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Osmont, « Les ambassadeurs de France à Bonn (1955-1999) », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/979

Haut de page