Navigation – Plan du site
SynThèses

Le Faust de Goethe. Étude de réception comparée du personnage diabolique (Méphistophélès) dans les aires culturelles germanophone et francophone (1775-1870)

Thèse de doctorat en littérature comparée et en littérature germanique, sous la direction de Françoise Alexandre et Manfred Schmeling, soutenue le 17 octobre 2011, Université de Metz / Université de la Sarre
Claude Paul

Texte intégral

1Cette thèse de littérature comparée vise à mettre en valeur la richesse de la réception du personnage diabolique du chef-d’œuvre de Goethe par la critique, les lectorats et les artistes des aires culturelles germanophone et francophone. Méphistophélès est en effet un diable, et au diable sont associées un certain nombre de représentations qui divergent de part et d’autre du Rhin.

2Dans un premier chapitre, la thèse revient sur les racines mythiques de Méphistophélès et expose brièvement l’évolution de la représentation et de la fonction du diable dans les beaux-arts et la littérature. Cet aperçu est complété par un bref récapitulatif de l’évolution de la légende faustienne des origines jusqu’à Goethe, que suit un état de la recherche relativement exhaustif sur le personnage diabolique du Faust de Goethe. Le second chapitre est consacré à la réception, dans les territoires germanophones puis francophones, de l’œuvre goethéenne. Il retrace l’évolution et dégage les dynamiques des deux réceptions par l’analyse comparée des discours de la presse, des publications monographiques mais également des réécritures, des illustrations, des mises en scène et des opéras. Puis le chapitre se consacre au discours herméneutique portant sur Méphistophélès et à la réutilisation de ce dernier dans quelques œuvres plus particulièrement représentatives : mise en scène de Seydelmann, illustrations de Nauwerck, Ramberg et Seibertz, réécritures de Holtei et Braun von Braunthal pour les territoires germaniques, illustrations de Tony Johannot, réécritures de Béraud, Merle et Nodier et de Lesguillon, opéra de Gounod pour les territoires francophones. Enfin, notre étude replace les réécritures, spectacles et illustrations cités dans le contexte de leur création et de leur réception, identifie leurs sources secondaires et met en valeur leur caractère novateur et leurs enjeux singuliers. Un troisième et dernier chapitre se concentre sur trois œuvres de réécriture plus complexes : le poème épique Faust de Nikolaus Lenau (1835), le cycle lithographique d’Eugène Delacroix (1828) et la Damnation de Faust d’Hector Berlioz (1846). Ces trois artistes n’assument en effet qu’une partie de l’héritage tiré de leur source commune et rejettent les conclusions métaphysiques auxquelles Goethe était parvenu pour offrir leur propre version du mythe faustien, allant jusqu’à faire triompher le diable du savant. Dans cette perspective, leurs œuvres sont à la marge de la réécriture ou de l’illustration car leur fidélité formelle cache une volonté de répondre – au sens jaussien du terme – au drame de Goethe en développant une réflexion sur les enjeux de son drame.

3D’un point de vue théorique, cette recherche, qui se situe à la croisée des théories de la réception, de la mythocritique et de l’intermédialité, pointe du doigt la spécificité du rôle joué par chaque medium lors d’un transfert interculturel. Les œuvres visuelles n’ont en effet pas le même statut que les œuvres textuelles, mais elles profitent d’une plus grande diffusion auprès du public visé et remplissent ainsi un rôle différent de celui des traductions par exemple. Cette thèse pose également la question de savoir jusqu’à quel point une œuvre littéraire peut être comparée à son adaptation picturale ou spectaculaire, et quels sont les éléments qui restent de l’ordre de l’incomparable. Cet aspect du sujet nous conduit à thématiser la place relative de toute œuvre au regard de ses œuvres-sources et à développer un lexique visant à stimuler la discussion. En partant de la fortune des termes d’hypotexte et d’hypertexte développés par Gérard Genette, nous proposons de parler d’hypo-icône et d’hyper-icône lorsque deux œuvres des beaux-arts sont liées par un rapport d’intericonicité, ainsi que d’hypopartition et d’hyperpartition pour deux œuvres auditives liées par un rapport d’intermusicalité. De la même façon, considérant que les lithographies de Delacroix, désignées jusqu’ici et faute de mieux comme des illustrations du Faust de Goethe, constituent en réalité une réécriture de la tragédie goethéenne, nous suggérons le terme de « reformulation » – visuelle, auditive, textuelle, spectaculaire, etc. – pour désigner toute œuvre qui « répond » au sens jaussien du terme à une œuvre antérieure, quels que soient les media concernés.

4L’examen de la réception de Méphistophélès dans les aires culturelles francophone et germanophone sert ainsi de support à une réflexion théorique sur le lien entre réception interculturelle et intermédialité, tout en mettant en valeur les deux dynamiques antithétiques qui aboutirent à une incompréhension mutuelle des lectorats concernés. En effet, tandis que la tragédie goethéenne se réduisait pour les Français à une œuvre originale qui se contentait de réactualiser la figure mythique de Satan selon une intrigue inédite, pour le lectorat germanophone, elle n’était pas moins que le parachèvement d’un mythe faustien proprement germanique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Paul, « Le Faust de Goethe. Étude de réception comparée du personnage diabolique (Méphistophélès) dans les aires culturelles germanophone et francophone (1775-1870) », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/981

Haut de page