Navigation – Plan du site
SynThèses

Regards de l’Est sur l’abstraction. Otto Freundlich, Etienne Béothy, Jean Leppien

Thèse en histoire et civilisations, sous la direction de Michael Werner, soutenue le 4 janvier 2012, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Denise Vernerey-Laplace

Texte intégral

1Au gré des transferts esthétiques opérés d’est en ouest au XXe siècle par les artistes émigrés, des modifications perceptives et représentatives sont advenues dont cette thèse veut mettre en lumière l’originalité. Elle s’appuie sur le concept d’histoire croisée développé par Michael Werner et Bénédicte Zimmermann. Cette étude « par cas » considère trois figures « discrètes » des avant-gardes, les Allemands Otto Freundlich (1878-1943) et Jean Leppien

2(1910-1991), le Hongrois Etienne Béothy (1897-1961). Leur sort a accompagné celui des artistes exilés, internés, déportés, des résistants au totalitarisme nazi. Cette triangulation a imposé ses contraintes méthodologiques mais dilaté le champ spatio-temporel ; elle a, par-delà, induit une approche générationnelle fondée sur les écrits de Karl Mannheim et Walther Dilthey.

3La première partie, oscillant entre macro-histoire et Alltagsgeschichte, propose une étude diachronique des parcours biographiques, des tensions entre périphéries et centres artistiques allemands, hongrois et français.

4En 1905 Otto Freundlich vient à Paris et côtoie les artistes de l’« Ecole de Paris ». Camarade et voisin d’atelier de Picasso au Bâteau-Lavoir, il refuse l’esthétique cubiste, ses substrats figuratifs et perspectivistes. Dès 1911, il peint une Composition abstraite qui l’impose aux côtés de Kandinsky ou Kupka. Passeur infatigable entre l’Allemagne et la France dans l’entre-deux-guerres, il fuit à Paris en 1933. Interné dès 1939, déporté vers la Pologne en 1943, on perd sa trace aux portes de Lublin-Maïdanek, ou, selon Serge Klarsfeld, Sobibor. Etienne Béothy n’arrive à Paris qu’en 1925. Il peine à s’affranchir des leçons de Rodin, de Maillol ; mais à l’écoute des propositions de Brancusi, de Archipenko, il épure peu à peu l’élancement de ses bois sculptés. Jean Leppien arrive à Paris en 1933, survit de « petits boulots » qui retardent sa création artistique jusqu’à son retour d’internement au Bruchsal, au sein du groupe des artistes de la Côte d’Azur.

5À travers les engagements esthétiques d’Otto Freundlich, Etienne Béothy et Jean Leppien nous analysons, dans un deuxième temps, l’affrontement entre la dramaturgie national-socialiste et l’observance par les avant-gardes de la « nécessité intérieure » définie par Kandinsky. En 1937, deux sculptures d’Otto Freundlich, artiste juif, abstrait, proche des mouvements de gauche, sont exposées à Munich lors de l’exposition de l’ « Art dégénéré » : la Petite Tête et L’Homme Nouveau - Der Neue Mensch – reproduit sur la couverture du catalogue. Jean Leppien, adhère à Kostufra, la cellule communiste des étudiants du Bauhaus de Dessau et s’oppose à la montée du national-socialisme. Etienne Béothy, franc-maçon en butte aux poursuites nazies, traverse la guerre à Paris, résistant au sein du Mouvement pour l’Indépendance de la Hongrie.

6La traduction de sources écrites et sonores inédites a autorisé dans un troisième temps l’étude de l’activité théorique, autoréférentielle des avant-gardes. Les nombreux écrits d’Otto Freundlich expriment la réfutation du kantisme par un artiste engagé dans les combats sociaux et politiques de son temps. Attentif aux propositions d’Albert Einstein, il est l’un des hérauts de l’inscription du temps au sein de l’œuvre d’art. Etienne Béothy, proche des cercles théosophiques, développe dans la Série d’or une théorie pratique de la sculpture fondée sur le Nombre d’Or qui trouve son application immédiate dans le groupe du Surhomme, puis des Rythmes plastiques. Plus pragmatique, Jean Leppien est demeuré, sa vie durant, un Bauhäusler. Il tend à la synthèse des arts et exprime dans son autobiographie, son journal, des interviews, les fondements d’un art qui se construit en séries thématiques et formelles.

7Le champ des transferts esthétiques opérés par Otto Freundlich, Etienne Béothy et Jean Leppien s’évalue enfin à travers l’analyse des réseaux tissés, l’adhésion aux groupes de l’abstraction « concrète » qui les installe au cœur des débats de l’art non-figuratif. Ils rejoignent Seuphor et Torres-Garcia à Cercle et Carré puis Herbin, Arp, Gleizes et les artistes abstraits à Abstraction/Création ; après 1945, ils retrouvent Herbin, Sonia Delaunay, Mondrian, Vantongerloo et les représentants de l’ « art concret » aux Réalités Nouvelles. Dans le groupe Espace, Jean Leppien rejoint André Bloc et Le Corbusier. Le Movimento d’Arte concreta l’a déjà introduit auprès de Domela, Gilioli et les artistes abstraits italiens.

8D’est en ouest, ces trois créations émigrées ont élaboré un langage original, abstrait, coloré, respectueux de la planéité picturale. Entre abstraction géométrique et abstraction lyrique, biomorphisme et transposition des « impressions de la nature », ils ont imposé en France un vocabulaire formel autonome empreint d’un profond humanisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Vernerey-Laplace, « Regards de l’Est sur l’abstraction. Otto Freundlich, Etienne Béothy, Jean Leppien », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/983

Haut de page